Recherche en cours...


Recherche

ensemble des verrières basses

L'autorisation de réouverture des baies murées depuis les guerres de religion fut accordée au curé Larroque par l'architecte des monuments historiques Hulot, en visite à Albi

Historique

Datation :
2e quart 20e siècle
Année(s) :
1923 ; 1929
Auteur de l'oeuvre :
Fauré Joseph-Louis (peintre-verrier)
Personne(s) liée(s) à l'histoire de l'oeuvre :
Toulouse-Lautrec Adèle de (donateur) ; Andoque de Sériège Emilie d' (donateur) ; Tapié de Céleyran Amédée (donateur) ; Lacger chanoine de (donateur) ; Césérac Pierre-Célestin (donateur)
Lieu de provenance :
lieu d'exécution : Midi-Pyrénées, 81, Gaillac
Commentaire historique :
L'autorisation de réouverture des baies murées depuis les guerres de religion fut accordée au curé Larroque par l'architecte des monuments historiques Hulot, en visite à Albi dans les années 1920. L'architecte départemental Daures fut chargé d'en surveiller l'exécution et l'ouverture des baies est réalisée en 1922. Le prix de revient de chaque vitrail est estimé à 800 ou 900 francs. En 1923, les verrières sont réalisées par Joseph Fauré (1883-1967). Cet ensemble est complété en 1929 par la confection de la rosace dominant le grand orgue. Sont consignés dans le registre des délibérations du conseil paroissial la liste des donateurs et le coût global de l'entreprise. 16.947 francs furent dépensés. Fauré reçut la somme de 6.224 francs, le reste permit de rémunérer le maçon Millet, le serrurier Jeanzac, le peintre Carayon et les deux architectes.
En 1996, Jean-Dominique Fleury propose la création d'un vitrail pour l'absidiole nord qui fait l'objet d'une restauration mais une découverte archéologique a interdit sa réalisation.
En 1999, la verrière de la baie sud de l'absidiole sud est restauré par Jean-Dominique Fleury.

Description

Catégorie technique :
vitrail
Matériaux et technique :
verre transparent (en plusieurs éléments), peint polychrome ; plomb ; peint au pochoir
Commentaire descriptif :
Les verrières basses gothiques en arc brisé sont composées de lancettes doubles surmontées d'un occulus quadrilobé flanqué d'ajours. Les verrières des baies romanes sont cintrées.
Représentation :
ornementation
Précision sur la représentation :
Le décor des verrières est essentiellement réalisé avec la superposition de motifs identiques (quadrilobe, quatre-feuille, soufflet ou losange) répété cinq à huit fois suivant la hauteur des lancettes ou l'espacement retenu. Le fond en grisaille est orné d'un décor végétal. Les bordures sont très simples, seulement constituées de filets colorés, parfois enrichis de perles. Les vitraux des baies romanes possèdent de larges bordures colorées, enrichies de motifs végétaux divers contrastant avec le décor de grisaille.
Dimensions :
Baies n° 7 et 8 : h = 1,80 m ; la = 0,60 m.
Marques et inscriptions :
inscription concernant l'auteur (peinte, sur l'oeuvre) ; date (peinte, sur l'oeuvre) ; inscription concernant le lieu d'exécution (peinte, sur l'oeuvre) ; armoiries (peintes, sur l'oeuvre)
Précisions sur les inscriptions :
baie ? chapelle du sacré coeur : "Joseph Fauré" (lancette de gauche) "gaillac 1923". Baie n° ? (dernière chapelle sud) armes des Toulouse-Lautrec "écartelé, au 1 et 4 de gueules à la croix cléchée et pommelée d'or, aux 2 et 3 de gueules au lion dressé d'or" et armes des d'Andoque de Sériège "d'or à une barre de gueules chargée de trois lévriers d'argent accolés de sable et bouclés d'or". Baie n° ? (troisième collatéral sud) armes des Toulouse-Lautrec et armes des Tapié de Céleyran "de gueules à un chevron d'or, au chef d'azur chargé de trois étoiles d'or". baie n ° ? vitrail sainte thérèse armes des de Lacger "d'azur au lion d'argent avec un chef cousu de gueules chargé de trois besants" et des d'Yversen "d'or à un cerf courant ailé de gueules, membré de sable au chef d'azur chargé d'un soleil d'or accosté de deux croissants d'argent" . Baie n ° ? (2e travée sud) armes de Monseigneur Pierre-Célestin Césérac "parti d'azur et de gueules à la Vierge à l'Enfant d'argent, nimbée d'or et l'agneau pascal et sa vistoire d'argent" timbré d'un chapeau sinople aux cordons entrelacés terminés par quatre rangs de houppes

Localisation

Commune :
Albi
Adresse :
Saint-Salvy (parvis)
Aire d'étude :
Tarn
Edifice de conservation :
église paroissiale Saint-Salvi

Oeuvres liées

Détail du pilier et de ses chapiteaux dans l'avant-dernière travée, collatéral sud.
L'acte de donation établi vers 940, atteste qu'un chapitre de clercs placé sous le patronage de saint Salvi est déjà présent à cette époque à Albi. Des laïcs offrent à "l'abbé Gaubert et aux clercs de Saint-Salvi", un emplacement limité au sud et à l'est par un petit ruisseau, à l'ouest par l'alleu d'un certain Mafred, et à l'est par la paroisse Sainte- Martiane, que ce texte cite p

Illustrations

Aucune illustration n'est disponible pour cette notice.


Documents liés

Bibliographie :
Quidarré, Emmanuel, les vitraux de l'église Saint-Salvy d'Albi, dans "Foi, art et Culture en pays tarnais", Presses universitaires Champollion, 2009, p. 209-229,

Informations complémentaires

Sources :
Archives paroissiales, registres des délibérations du conseil de fabrique ; archives diocésaines du Tarn, registres de fabrique.
Conseil Régional Midi-Pyrénées, centre de documentation du patrimoine, Fonds Fleury
M.H. 78.993, format 13 x 18, photographe Heusé, date archivage M.H. 1925, (noir et blanc)
Archives photographiques des Monuments Historiques : M.H. 78.993, format 13 x 18, photographe Heusé, date archivage M.H. 1925, (noir et blanc).
Référence :
IM81001201
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Chabbert Roland
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2014/02/14
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler