Recherche en cours...


Recherche

statue : Jonathas

Cette sculpture appartient à l'ensemble sculpté du choeur d'Albi réalisé entre 1474 et 1485. Les clichés photographiques de Louis Aillaud présentent l'état de l'oeuvre en 18

Historique

Datation :
4e quart 15e siècle
Auteur de l'oeuvre :
Le Moiturier Antoine (sculpteur, ?) ; Colombe Michel (sculpteur, ?)
Commentaire historique :
Cette sculpture appartient à l'ensemble sculpté du choeur d'Albi réalisé entre 1474 et 1485. Les clichés photographiques de Louis Aillaud présentent l'état de l'oeuvre en 1882. Elle ne semble pas avoir subi de dégradations depuis cette époque.

Description

Catégorie technique :
sculpture
Matériaux et technique :
calcaire ; peint
Commentaire descriptif :
Cette sculpture loge dans une niche dont le fond reste brut. On remarque que l'arrière du bloc de pierre est évidé sur toute sa hauteur et ce jusqu'à la tête. L'ensemble est polychrome.
Représentation :
Jonathas, en pied
Précision sur la représentation :
Jonathas a un visage marqué par le temps. Ses yeux en amande logent dans des orbites nettement marquées. Son nez dont la racine est large prolonge le font qui dissimulé sous la coiffe. Ses sourcils sont épais et ses pommettes bien saillantes. Une barbe frisée couvre la partie inférieure du visage. Brune, elle se perd avec la chevelure mi-longue qui s'anime également de belles mèches en crochets. Le lourd chaperon qui domine la tête de Josaphat présente un savant équilibre de plis et de matériaux puisque l'on peut aisément distinguer une bordure en fourrure, des ailerons godronnés en cuir épais sur les côtés et une étoffe ou un cuir plus souple dans la partie supérieure. Ce dernier élément se rassemble au dessus du front dans un bourrelet ceint d'un cordon doré.
Jonathas porte un lourd manteau bleu doublé de rouge. Orné d'un large liseré doré sur toute sa bordure, ce vêtement s'enrichit d'une très fine broderie rouge imitant les rinceaux qui court sur le liseré doré. Outre la richesse du costume, la complexité du drapé est à souligner. Jonathas relève un pan de son vêtement sur son épaule droite tandis que le pan opposé passe au dessus de son bras gauche. Il en découle un savant plissé en zigzag sur le devant du manteau complété par un large rabat doré qui fait office de col.
Lorsqu'il est soulevé, le manteau laisse voir une belle tunique bleue dont les galons dorés et en relief traduisent également la préciosité. Les motifs soigneusement dessinés sur la bordure inférieure de la tunique se retrouvent en taille réduite sur le col et à l'extrémité des manches.
Dimensions :
h = 142 ; la = 50 ; pr = 40
Etat de conservation :
manque
Précisions sur l'état :
Ecaillement de la polychromie sur le phylactère qui est détruit sur près de la moitié de sa hauteur sur le côté gauche.
Marques et inscriptions :
inscription concernant l'iconographie (peinte, sur l'oeuvre) ; inscription (en relief, sur l'oeuvre)
Précisions sur les inscriptions :
Inscription "JONATHAS" peinte sur le socle. Inscription sur le plylactère: "NUNC ERGO CLAMATE IN CELU UT LIBRM (...) COR UROR PRIMI MACHABEE IX"."

Localisation

Commune :
Albi
Adresse :
Sainte-Cécile (place)
Aire d'étude :
Tarn
Edifice de conservation :
cathédrale Sainte-Cécile
Référence de l'édifice de conservation :
IM81001038
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
flanc nord du déambulatoire, entre les travées 9 et 10

Oeuvres liées

Vue de la cathédrale depuis le sud-sud-ouest.
Sainte Cécile s'apparente, par sa forme et la simplicité de ses lignes, aux églises gothiques du Midi toulousain, mais elle les surpasse par son ampleur et l'élan de ses contreforts, harmonieusement arrondis et répartis. Côté sud, son allure de forteresse est tempérée par la porte de Dominique de Florence (v. 1400) et par le porche ou "baldaquin" (v. 1530), chef-d'oeuvre du gothique. On a
L'ensemble est commandité par l'évêque Louis Ier d'Amboise et probablement réalisé par les sculpteurs Michel Colombe ou Antoine Le Moiturier dans le dernier quart du 15e siècle.£L'étude détaillée qui a été menée semble confirmer l'hypothèse selon laquelle quatre ateliers distincts oeuvrèrent à la statuaire du choeur. Certains ont travaillé sur des ensembles localisés de façon ho

Illustrations

Aucune illustration n'est disponible pour cette notice.


Documents liés

Bibliographie :
Biget (Jean-Louis), Escoubiac (Michel), Sainte-Cécile d'Albi, sculptures, Editions Odyssée, Graulhet, 1997, p. 114 à 116 - 293.
Aillaud (Louis), Rolland (Jules), Rivières de (Edmond), La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, ses richesses artistiques, Toulouse, 1882, pl. 42.

Informations complémentaires

Référence :
IM81001067
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Chabbert Roland
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2013/06/03
Date de la protection :
1862 : classé au titre immeuble
Référence de la notice M.H. :
PM81000003
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler