Recherche en cours...


Recherche

statue : Esther

Ce personnage sculpté dans le dernier quart du 15e siècle appartient à la statuaire d'Albi. Rare personnage féminin dans le choeur d'Albi avec Judith et la Vierge, Esther porte

Historique

Datation :
4e quart 15e siècle
Auteur de l'oeuvre :
Le Moiturier Antoine (sculpteur, ?) ; Colombe Michel (sculpteur, ?)
Commentaire historique :
Cette sculpture appartient à l'ensemble sculpté du choeur d'Albi réalisé entre 1474 et 1485. Documentée par des clichés photographies réalisés par Louis Aillaud en 1882, l'oeuvre présente déjà quelques dégradations. Des photos prises par Groc au début du 20e siècle montrent de nouvelles altérations dans la polychromie. L'oeuvre ne semble pas avoir subi de dégradations majeures depuis.
Notice succincte :
Ce personnage sculpté dans le dernier quart du 15e siècle appartient à la statuaire d'Albi. Rare personnage féminin dans le choeur d'Albi avec Judith et la Vierge, Esther porte les plus beaux atours qui soient. Sa robe, très riche, a été taillée dans une étoffe épaisse et doublée de fourrure. De couleur sombre, elle présente une série de motifs dorés en léger relief, donnant l'illusion du rajout d'un morceau de tissu.

Description

Catégorie technique :
sculpture
Matériaux et technique :
calcaire (en plusieurs éléments) : peint
Commentaire descriptif :
Sculpture taillée dans un bloc de calcaire rectangulaire dont le revers est évidé. L'ensemble est polychrome. Des éléments de pierre rapportés et taillés en forme de clous sont incrustés dans le bloc principal percé.
Représentation :
Esther, en pied ; I.H.S.
Précision sur la représentation :
Esther porte une robe, très riche ornée de motifs dorés en léger relief, donnant l'illusion du rajout d'un morceau de tissu. Les manches longues sont très amples et ouvertes en entonnoir. Le vêtement est très étroit dans sa partie supérieure. Il colle au corps féminin et dessine avec précision la taille d'Esther également soulignée par une fine ceinture ornée d'incrustations. Le vêtement se déploie en revanche en de profonds plis recreusés sur la partie inférieure de la sculpture. L'étroitesse de la taille est renforcée par le surcot qu'a revêtu Esther. Elle porte également un collier en forme de chaîne auquel est accroché un coeur. Le monogramme I.H.S. se lit en lettres rouges sur le médaillon.
Son visage possède des yeux en amandes et mi-clos. Il présente un grand front bombé surmonté par une jolie couronne fleuronnée retenant un léger voile. La couronne présente une alternance de coeurs, de fleurons, de perles et de cabochons et des lettres inscrites en rouge sur les coeurs dorés de sorte que l'on peut lire de gauche à droite les initiales suivantes R.E.R.M.R.
Les mains d'Esther présentent elles aussi quelques maladresses.
Dimensions :
h = 137 ; la = 47 ; pr = 37
Etat de conservation :
manque
Précisions sur l'état :
Les mains sont très sales et poussiéreuses. Leur polychromie est altérée. De nombreuses incrustations sur le bustier ont disparu.
Marques et inscriptions :
inscription concernant l'iconographie (peinte, sur l'oeuvre) ; inscription (peinte, sur l'oeuvre) ; inscription (en relief, sur l'oeuvre)
Précisions sur les inscriptions :
inscription : "ESTER REGINA " ; inscription en lettres rouge sur les coeurs dorés de la couronne "R.E.R.M.R" ; inscription sur le phylactère : "UIDI TE DNE QUASI ANGLU DEI ET COTURBATUM EST COR MEU PRE TIMORE GLORI TUE. HESTHER"

Localisation

Commune :
Albi
Adresse :
Sainte-Cécile (place)
Aire d'étude :
Tarn
Edifice de conservation :
cathédrale Sainte-Cécile
Référence de l'édifice de conservation :
IM81001038
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
flanc nord du déambulatoire, entre les travées 4 et 5

Oeuvres liées

Vue de la cathédrale depuis le sud-sud-ouest.
Sainte Cécile s'apparente, par sa forme et la simplicité de ses lignes, aux églises gothiques du Midi toulousain, mais elle les surpasse par son ampleur et l'élan de ses contreforts, harmonieusement arrondis et répartis. Côté sud, son allure de forteresse est tempérée par la porte de Dominique de Florence (v. 1400) et par le porche ou "baldaquin" (v. 1530), chef-d'oeuvre du gothique. On a
L'ensemble est commandité par l'évêque Louis Ier d'Amboise et probablement réalisé par les sculpteurs Michel Colombe ou Antoine Le Moiturier dans le dernier quart du 15e siècle.£L'étude détaillée qui a été menée semble confirmer l'hypothèse selon laquelle quatre ateliers distincts oeuvrèrent à la statuaire du choeur. Certains ont travaillé sur des ensembles localisés de façon ho

Illustrations


Albi (Tarn), cathédrale Sainte-Cécile.
Référence : IVR73_19998100303NUCA - Détail du visage. - Peiré, Jean-François, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Albi (Tarn), cathédrale Sainte-Cécile.
Référence : IVR73_20098101050NUCA - Vue de la statue représentant Esther. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Bibliographie :
Biget (Jean-Louis), Escoubiac (Michel), Sainte-Cécile d'Albi, sculptures, Editions Odyssée, Graulhet, 1997, p. 144 à 151 - 297.
Aillaud (Louis), Rolland (Jules), Rivières de (Edmond), La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, ses richesses artistiques, Toulouse, 1882, pl. 47.

Informations complémentaires

Référence :
IM81001062
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Chabbert Roland
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2013/06/03
Date de la protection :
1862 : classé au titre immeuble
Référence de la notice M.H. :
PM81000003
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler