Recherche en cours...


Recherche

statue : Josaphat

Ce personnage sculpté dans le dernier quart du 15e siècle appartient à la statuaire d'Albi. Le sculpteur a su travailler la pierre pour lui donner l'aspect d'une étoffe très r

Historique

Datation :
4e quart 15e siècle
Auteur de l'oeuvre :
Le Moiturier Antoine (sculpteur, ?) ; Colombe Michel (sculpteur, ?)
Commentaire historique :
Cette sculpture appartient à l'ensemble sculpté du choeur d'Albi réalisé entre 1474 et 1485. Documentée par des clichés photographies réalisés par Louis Aillaud en 1882, l'oeuvre ne semble pas avoir subi de transformations depuis la fin du 19e siècle.
Notice succincte :
Ce personnage sculpté dans le dernier quart du 15e siècle appartient à la statuaire d'Albi. Le sculpteur a su travailler la pierre pour lui donner l'aspect d'une étoffe très riche et imprimée avec des motifs savants comme ceux qui s'observent sur les vêtements de certains anges ou d'autres personnages de l'Ancien Testament. Le soin apporté au traitement de cet imprimé laisse à penser qu'un peintre a oeuvré à l'embellissement de cette sculpture. Il s'observe également dans le rendu d'un fine broderie de couleur rouge qui court tout le long du large liseré doré du manteau et contribue à renforcer le réalisme de l'oeuvre. Les lanières des chaussures, l'aumonière en cuir sur laquelle pend une clé métallique, le soin apporté à la coiffe où s'enchevêtrent avec bonheur le tissus souple qui retient chaque flanc de la coiffe de cuir sur laquelle se détache la couronne dorée incrustée de gemmes multicolores.Les mains de ce personnage sont elles aussi très réalistes. Le détail des veines, le rendu des articulations sont également des éléments qui témoignent de la qualité et de l'habilité du sculpteur.

Description

Catégorie technique :
sculpture
Matériaux et technique :
calcaire ; peint
Commentaire descriptif :
Sculpture taillée dans un bloc de calcaire rectangulaire dont le revers n'a pas été évidé. L'ensemble est polychrome.
Représentation :
Josaphat, en pied
Précision sur la représentation :
Le roi Josaphat porte un épais manteau sans manches. Cet habit taillé dans un tissus épais semble présenter deux couleurs : un vert ou un bleu sombre bordé d'un large liseré doré pour le devant et un rouge soutenu pour le col et la doublure.
Le drapé régulier à base de plis droits et tuyautés souligne la lourdeur de l'étoffe et la verticale du manteau tandis que les plis qui débordent à la base de l'oeuvre et qui recouvrent les chaussures du personnage signalent le tissus plus léger de la tunique.
Le front ridé se devine sous la coiffe grâce aux rides naissantes entre les sourcils. Les orbites sont très marquées et les sillons qui se dessinent de part et d'autre du nez accentuent l'aspect osseux d'un visage aux pommettes saillantes.
Dimensions :
h = 142 ; la = 47 ; pr = 28
Etat de conservation :
manque
Précisions sur l'état :
La polychromie du manteau est très altérée. Une épaufrure se remarque sur le bord du col, au-dessus de l'épaule droite. Une épaufrure se remarque sur le bord du col. Salissures
Marques et inscriptions :
inscription (en relief, sur l'oeuvre)
Précisions sur les inscriptions :
inscription sur le phylactère : "CREDITE IN DNO DEO UESTRO. CREDITE PPHETIS EJUS ET CUNCTA EUENIENT PSPERA.PALIXX"

Localisation

Commune :
Albi
Adresse :
Sainte-Cécile (place)
Aire d'étude :
Tarn
Edifice de conservation :
cathédrale Sainte-Cécile
Référence de l'édifice de conservation :
IM81001038
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
flanc nord du déambulatoire, entre les travées 3 et 4

Oeuvres liées

Vue de la cathédrale depuis le sud-sud-ouest.
Sainte Cécile s'apparente, par sa forme et la simplicité de ses lignes, aux églises gothiques du Midi toulousain, mais elle les surpasse par son ampleur et l'élan de ses contreforts, harmonieusement arrondis et répartis. Côté sud, son allure de forteresse est tempérée par la porte de Dominique de Florence (v. 1400) et par le porche ou "baldaquin" (v. 1530), chef-d'oeuvre du gothique. On a
L'ensemble est commandité par l'évêque Louis Ier d'Amboise et probablement réalisé par les sculpteurs Michel Colombe ou Antoine Le Moiturier dans le dernier quart du 15e siècle.£L'étude détaillée qui a été menée semble confirmer l'hypothèse selon laquelle quatre ateliers distincts oeuvrèrent à la statuaire du choeur. Certains ont travaillé sur des ensembles localisés de façon ho

Illustrations

Aucune illustration n'est disponible pour cette notice.


Documents liés

Bibliographie :
Biget (Jean-Louis), Escoubiac (Michel), Sainte-Cécile d'Albi, sculptures, Editions Odyssée, Graulhet, 1997, p. 98 à 100 - 293.
Aillaud (Louis), Rolland (Jules), Rivières de (Edmond), La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, ses richesses artistiques, Toulouse, 1882, pl. 48.

Informations complémentaires

Référence :
IM81001061
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Chabbert Roland
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2013/06/03
Date de la protection :
1862 : classé au titre immeuble
Référence de la notice M.H. :
PM81000003
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler