Recherche en cours...


Ville de Cahors

L'enquête d'inventaire du patrimoine de Cahors a été décidée en 1987 suite au regain d'études urbaines,et a débuté par deux études d'urgence, réalisées par le Service Régional de l'Inventaire, sur des édifices en rénovation du "vieux Cahors". L'analyse du centre ancien de Cahors fut facilitée dès 1988 du fait des travaux occasionnés par le Plan de sauvegarde et de mise en valeur (P.S.M.V. du "secteur sauvegardé").

02 décembre 2011
Auteur : Laure COURGET, Franck CHALLEAT

Une enquête étendue

Les investigations se sont poursuivies de 1988 à 1998 dans le centre ancien (la ville intra muros du Moyen Age, i.e. le "Vieux Cahors"), puis de 1999 à 2003 sur les « faubourgs », ce qui a concerné la partie occidentale de la presqu'île, le faubourg de la Barre et les faubourgs de la rive gauche du Lot au sortir des ponts (le quartier Saint-Georges et le quartier de Cabessut). Enfin, la "périphérie" de la ville (quartiers modernes et campagne environnante), a fait l'objet d'une seule opération ponctuelle menée au hameau de Saint-Cirice en 2004.
Cahors s'est révélé être un conservatoire exceptionnel de maisons médiévales, mais face au vaste corpus d'édifices des 12e, 13e et 14e siècles, l'étude de la ville du 15e au 19e siècle ne fut qu'ébauchée. Seul un premier repérage a concerné les faubourgs, qui a néanmoins révélé quelques œuvres exceptionnelles, à l'instar de la collection d'instruments scientifiques du collège Gambetta.

Un outil en ligne

Lors de sa mise en ligne sur Internet fin 2003, l'inventaire rassemblait plus de 160 dossiers "architecture" et 400 dossiers "mobilier", liés à 4500 photographies originales et 1000 documents graphiques. Depuis 2004, la poursuite de l'inventaire et l'actualisation de cette documentation sont assurées par le Service du Patrimoine de la Ville de Cahors, d'abord conventionné avec le Ministère de la Culture, puis avec la Région Midi-Pyrénées après décentralisation de la mission d'inventaire en 2006.

Si jusqu'en 2009, les études de bâtiments ont suivi les travaux de rénovation, la mise en révision du règlement de secteur sauvegardé a provoqué dès 2010 la reprise de l'enquête systématique de terrain, alliant exigences opérationnelles et quête scientifique.