Recherche en cours...


Septembre 1918

À cause des restrictions et des conditions de vie difficiles, les mouvements sociaux se multiplient dans tous les pays et incitent les gouvernements, confrontés également à l’épuisement des armées, à ouvrir des négociations. Si l’Allemagne propose une paix séparée à la Belgique qui la refuse, un de ses alliés, la Bulgarie, la demande officiellement aux Alliés.

11 juillet 2019
Auteur : Patrick Roques

En France, le 4 septembre, est inauguré le service postal aérien régulier qui relie Nice à Ajaccio.

Grippe

Une pandémie éclate : la grippe, abusivement appelée "grippe espagnole", est d’autant plus virulente qu’elle touche des populations affaiblies par les restrictions. Les États-Unis déclarent leurs premiers cas mortels et l’épidémie se propage en Allemagne, en Suisse, en Espagne, en Hollande, en France… sévit à Toulon mais également dans notre région, à Foix… "fait une nouvelle victime" à Tarascon-sur-Ariège. L’Express du Midi informe ses lecteurs que la grippe "ayant fortement réduit le nombre de [ses] ouvriers", le journal ne paraîtra les jours suivants que sur deux pages.

Agriculture

Septembre étant le mois des vendanges, les compagnies de chemin de fer proposent, comme chaque année, des transports à demi-tarif aux groupes de 5 vendangeurs minimum. Il faut, de plus, que le parcours, certifié par le maire, soit au moins de 100 km aller-retour et qu’il soit effectué entre le 1er septembre et le 15 novembre.

Les autorités rappellent les salaires des vendangeurs, de 7 à 9 F, et des porteurs, de 10 à 15 F, le vin étant à la discrétion des propriétaires. Ces derniers devront déclarer avant le 15 novembre la superficie des vignes qu’ils possèdent, le volume ou le poids de leur récolte et la quantité de moût qu’ils auront expédié ou reçu.

Armée

Les jeunes Gaillacois de la classe 1920 ont passé les opérations du conseil de révision et la censure ne permet pas de donner le nombre de "déclarés bons" et des autres catégories. C’est cette censure que contournent parfois les militaires comme Louis Léon Fabre, originaire de Castres, soldat au 10e régiment d’artillerie. Convoyeur militaire, il parcourt la France et le Maroc. Sa famille est informée de ses déplacements grâce aux cartes postales qu’il envoie des lieux où il fait une halte.


Ravitaillement

Le gouvernement, arguant les difficultés de la soudure entre les récoltes de 1917 et de 1918, prend de nouvelles mesures de restrictions. Par exemple, il rend obligatoire le repas à prix fixe et tous les restaurateurs doivent en afficher le menu et le tarif, "bien en vue". Le ministre du Ravitaillement incite au développement de restaurants corporatifs et crée une usine centrale pour ravitailler les soldats au front.

À la fin du mois, de nouvelles cartes d’alimentation sont distribuées pour le dernier trimestre 1918 : le coupon n°1 sert au pain, le n°2 au sucre, le 3 au pétrole le 4 aux pâtes alimentaires, le 5 au charbon et le 6 au bois de chauffage. Le coupon n°1 est détaché en mairie au moment de la remise des feuilles comportant les tickets de pain et pour le bois et le charbon, les règles suivantes sont établies : de 1 à 3 personnes on a 3 parts, de 4 à 5, 4 parts de 6 à 7, 5 parts et de 8 à 10, 6 parts.


Les cartes d’alimentation n’assurent pas de recevoir les quantités réglementées : le sucre manque à Villefranche-de-Rouergue et les 38 épiciers locaux, qui subissent quotidiennement les mécontents, informent qu’ils n’en sont pas responsables tout comme à Gaillac : faute d’arrivage, les distributions tombent en septembre à 250 g sauf pour les enfants et les malades. Dans cette ville, le coupon de charbon représente 5 kg et à Toulouse 10.

On ne trouve plus une boîte d’allumettes à Foix car les arrivages sont aléatoires. Mais, lorsque, à la grande surprise des autorités locales, 620 kg de pâtes alimentaires arrivent, ils sont aussitôt distribués à raison d’un paquet de 250 g par ménage et en échange du coupon n°4 pour 0,70 F.

Municipalité

À la poudrerie de Toulouse, un nouveau pont dit "Pont mixte d’Empalot" vient d’ouvrir à la circulation. Parallèle à la voie ferrée Toulouse-Bayonne, il relie la route de Toulouse à la Croix-Falgarde avec la route nationale 20. C’est le deuxième pont depuis celui ouvert en 1916 à cet endroit.

C’est également grâce au développement d’une usine, celle de Pamiers, qu’une enquête d’utilité publique est lancée pour créer une voie ferrée reliant cette ville à une carrière à Saint-Jean-de-Verges. Une deuxième enquête concerne l’établissement d’une voie ferrée à traction animale entre la carrière de Crampagna et les fours à chaux de l’usine de ce village ariégeois.

La capitale régionale informe qu’en raison des besoins de l’armée, elle cesse, comme de nombreuses villes, la distribution de la viande congelée à partir du 8 septembre. Elle rappelle que 138 000 kg de viande congelée ont été vendus sur les étals toulousains à un prix inférieur à la viande fraîche ce qui a fait faire des économies aux consommateurs. Le bénéficie de l’opération doit être réparti entre l’œuvre municipale des orphelins de guerre et les œuvres de guerre de la préfecture.

Le long du canal du Midi, les riverains se plaignent des abords car suite au nettoyage des berges, les détritus ont été déposés et ne sont pas retirés alors qu’ils se décomposent en pleine chaleur.

Enfin, dans les villes viticoles, les maires alertés par de nombreux vols de raisins, considérant que "le grappillage n’est qu’un prétexte au maraudage" l’interdisent, la plupart jusqu’au 9 novembre.

Transport

Les véhicules à moteur, faute d’essence, ne peuvent plus être utilisés. Aussi les transports à cheval sont-ils recherchés : les Postes, Télégraphe, Téléphone demandent "une personne disposant d’un cheval et d’une voiture" pour apporter les dépêches et les municipalités, des rouliers avec charrettes pour transporter du bois.

Car les trains affrétés par la "compagnie des chemins du Midi ont des retards considérables et fréquents". Selon l’entreprise, ils seraient dus à l’obligation de laisser passer les troupes et le matériel pour le front : elle conseille à ses clients de réserver leurs places en prévision de l’affluence en période de rentrée. De plus, les wagons étant réquisitionnés par l’armée, il en reste peu pour l’activité économique comme s’en plaignent les boulangers de la région qui ne peuvent plus recevoir de bois pour chauffer leurs fours même "en payant un prix élevé".

Vie chère

Le 5 septembre, les cantonniers de Foix se mettent en grève car ils demandent l’augmentation de leur salaire de 2,50 F par jour. Les immondices encombrent les rues et une semaine plus tard, une équipe de soldats les nettoie. À Toulouse, la municipalité est plus généreuse et l’union des groupements du personnel municipal (octroi, police, travailleurs et employés municipaux) la remercie de leur avoir accordé 3 F par jour d’indemnité de vie chère. Mais elle réclame un nouvel effort, considérant l’augmentation du coût de la vie depuis la demande faite au mois de mai.

Face aux mouvements de foule de plus en plus nombreux et violents, les autorités interviennent autant que faire se peut : pour contrer les spéculateurs, le préfet de la Haute-Garonne réglemente le prix de la douzaine d’œufs à 2,50 F et le maire de Gaillac envisage de les réquisitionner sur le marché au prix officiel et de les vendre au même prix pour les familles de la commune. Il veut éviter les abus, les discussions pénibles entre consommateurs et vendeurs qui finissent de plus en plus.

Au niveau national une commission contre la vie chère est créée mais les sceptiques souhaitent plutôt une loi, des réquisitions, des taxations, des perquisitions, des arrestations…

 

Informations complémentaires