Recherche en cours...


Juillet 1918

Les 16 et 17 juillet, Nicolas II, tsar de Russie, et la famille impériale sont exécutés par les bolcheviks.

08 juillet 2019
Auteur : Patrick Roques

La contre-offensive alliée appelée "seconde bataille de la Marne" répond à l’attaque allemande du 15 juillet en Champagne. Les Allemands se replient au nord de la Marne.
Le 17 juillet, Raoul Villain, l’assassin de Jean Jaurès demande, après 1 800 jours de détention, d’être traduit devant le jury ou d’être remis en liberté provisoire et envoyé au front.

14 Juillet

En raison du faible nombre de soldats dans les dépôts, le gouvernement décide qu’il n’y aura qu’une simple prise d’armes le 14 juillet avec remise de décorations : comme à Villefranche-de-Rouergue, Foix, Montpellier… nombreuses sont les villes qui pavoisent leurs rues et leurs édifices. À Toulouse l’ordinaire des hôpitaux militaires et des fourneaux économiques est amélioré et des concerts sont donnés au bénéfice de l’œuvre des orphelins.

Armée

Le statut des femmes employées dans l’armée évolue : en cas de réduction d’effectif, "à mérite égal", elles sont licenciées les dernières, comme les parents de militaires tués, disparus, retraités ou réformés. Les avantages aux femmes en couches sont étendus à trois mois et le congé annuel de 8 jours "peut être augmenté à 15 jours" à condition qu’il n’y ait ni augmentation de personnel ni heures supplémentaires.
Pour les civils, blessés ou mutilés de la guerre, le ministre de l’Intérieur crée un insigne spécial constitué par un ruban composé d’une bande jaune avec une étoile blanche à cinq branches, le tout encadré de deux bandes bleues avec lisière bleue et jaune.

Cartes d’alimentation

De nombreuses cartes d’alimentation sont déclarées " perdues ". Leurs propriétaires espèrent, en recevant les nouvelles, avoir ainsi des rations supplémentaires. Aussi, la municipalité toulousaine, rappelle-t-elle que, comme l’exige la loi, une enquête de police est diligentée après chaque déclaration de perte et, pendant ce temps, l’impétrant n’a que 200 g de pain par jour.

Restrictions

La faible quantité de charbon reçue à Gaillac, 20 tonnes, représente pour juillet, 5,5 kg par personne. Aussi, le préfet demande-t-il aux particuliers de limiter leurs besoins et aux commerçants de supprimer l’éclairage de leurs vitrines et de fermer plus tôt.

Pour déjouer toute fraude, les maigres distributions d’essence (1 l par ménage) ou de pétrole (2 l) se font à Toulouse sur présentation du carnet de charbon et, pour ceux qui n’en possèdent pas, d’une déclaration sur l’honneur.

Le pain fait de nombreux mécontents : à Saint-Gaudens "depuis huit jours [il] est immangeable", réalisé avec "du maïs de Cuba", "exécrable, exempt de tout froment" à Villefranche-de-Rouergue. Par ailleurs, il manque depuis huit jours dans quelques communes ariégeoises. Aussi, parce que les mouvements de foules sont fréquents et parfois violents, "un gendarme ou un agent [préside] à la distribution de chaque boulangerie".

La crise du papier s’accentuant, l’office national de la presse décide qu’à partir du 1er août, les quotidiens ne paraîtront plus que sur deux pages les lundis, mercredis et vendredis et quatre pages les autres jours.

Quant au sucre, son prix est porté à 2,10 F le kg, et le produit de substitution, la saccharine, augmente elle-même de 60 %, le gramme passant à 0,50 F.

En revanche, le gouvernement qui a importé de grandes quantités de viande, congelée, décide d’en baisser le prix de 15% et de supprimer, à partir du 20 juillet, les mesures de restriction. Toulouse la distribue à raison de 2 kg par personne et informe qu’en conséquence, le marché au salé reprendra à la place des Carmes les lundis, mercredis et vendredis.

Municipalité

Les communes célèbrent le 4 juillet la fête de l’Indépendance de l’Amérique. À Toulouse, les services de la mairie sont fermés et toutes les réunions qui devaient se tenir ce jour, sont reportées. Un cortège parcourt la ville et les soldats américains rencontrés sont acclamés, certains sont même portés en triomphe, et à Montpellier c’est un grand concert qui est donné à l’Esplanade. Comme ailleurs, Foix pavoise ses maisons aux couleurs américaines ainsi que Villefranche-de-Rouergue où une matinée est organisée à l’hôpital mixte. À Toulouse encore, le maire, Jean Rieux, propose de baptiser la place Lafayette par la "place du Président Wilson". Les relations avec nos alliés sont renforcées et les recrutements d’interprètes organisés.

Le comité départemental de la Haute-Garonne inaugure le dispensaire d’hygiène sociale et de préservation antituberculeuse dans des locaux rue Saint-Jacques et annonce d’autres ouvertures dans le département ainsi que l’inauguration d’un sanatorium à Aspet.

Par ailleurs, une explosion retentit à Castres : elle s’est produite dans l’entrepôt de "bombes chargées" au Champ de Courses. Ayant détonné successivement, elles ont fait peu de dégâts dans un premier temps. Mais on apprend rapidement que trois victimes sont sorties des décombres.

Œuvre

La Croix-Rose, société de secours franco-belge aidant les jeunes filles chassées de leurs foyers, arrachées à leurs familles à cause de la guerre, propose de recevoir dans une maison de campagne en Ariège, pendant les quatre mois d’été, des "jeunes filles réfugiées, fatiguées et anémiées". Elles doivent être âgées de 14 ans au moins et munies d’un certificat de bonne vie et d’un certificat attestant être en bonne santé et sans maladie contagieuse. Car on apprend les ravages faits par la grippe espagnole qui s’étend en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse.

Vie chère

Les nombreux Parisiens réfugiés à Villefranche-de-Rouergue, sont surpris par le coût élevé de la vie et des denrées comme les pommes de terre, les haricots, le riz, les œufs…

Les professionnels répercutent généralement les charges auxquelles ils ont à faire face : le syndicat des limonadiers, invoquant la récente taxe de luxe de 20%, annonce une nouvelle augmentation de 20% ainsi que le syndicat des agents généraux d’assurance qui subit la création de nouveaux impôts lors de la dernière loi des finances. Les entrepreneurs du bâtiment prétextent les coûts salariaux élevés car ils ont augmenté les maçons, terrassiers, manœuvres, peintres…

Comme les Fuxéens, nombreux sont ceux qui se plaignent de la douzaine d’œufs vendue à 4,50 F ! En réponse, le gouvernement en limite le prix à 3,60 F ! Il décide d’appliquer l’affichage des prix aux hôtels, restaurants, cafés et à tous les établissements qui servent des aliments ou des boissons dans les villes de plus de 3 000 habitants. À Carcassonne les habitants demandent le respect des prix sur les marchés et un meilleur contrôle de la part des agents locaux et à Cahors, la manifestation de plus de 500 habitants est houleuse : ils demandent à la municipalité de créer des magasins municipaux ou des coopératives, ce qui a un coût. Béziers rappelle que la boucherie municipale n’a été créée que parce que monsieur Clavet a prêté 50 000 F à la mairie.

Enfin, Nîmes inscrit à son budget une somme de 10 000 F qu’elle réserve aux retraités nécessiteux et aux veuves dans le besoin : les indemnités varient entre 10 et 20 F par mois.

Informations complémentaires