Recherche en cours...


Juillet 1917

Le 22 juillet, le roi de Siam déclare la guerre à l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

09 avril 2019
Auteur : Patrick Roques

En France, la danseuse néerlandaise Mata Hari est arrêtée par la police et son procès débute le 24 juillet. Reconnue coupable d’espionnage, elle sera fusillée le 15 octobre suivant.

 

14 Juillet


À l’approche du 14 Juillet, les autorités interdisent la vente de produits détonants à base de chlorate de potasse ou de phosphore comme les pétards nommés "crapauds" ou "pétards marocains". À Toulouse, les rues et les principaux monuments sont pavoisés et la revue se veut sobre, une simple prise d’armes suivie d’une remise de décorations. Comme à Foix, le cortège va ensuite au cimetière déposer des gerbes "où reposent les morts de la grande guerre" et à Auch tout le monde part à l’hôpital mixte décorer un soldat grièvement blessé. Une représentation, au théâtre de la Nature, de l’opéra Mireille est offerte par Toulouse aux blessés militaires qui bénéficient de la gratuité des transports de 14 à 19 h et Villefranche-de-Rouergue distribue comme d’habitude des bons de pain aux indigents et aux pensionnaires de l’hospice. Des quêtes ont lieu toute la journée dans toutes les villes.


Armée


L’armée recrute à Auch des manutentionnaires au parc à fourrages et une cantinière qui "doit être capable de nourrir 200 officiers allemands prisonniers". Parce que les militaires représentent une source de revenus, l’association syndicale des hôteliers de Toulouse souhaite avoir un camp d’entraînement dans la ville pour les soldats américains.
Par ailleurs, pour contrôler plus rapidement et efficacement les permissionnaires militaires, l’armée crée trois carnets de différentes couleurs, rose s’ils restent à Paris ou dans le département de la Seine, vert s’ils vont seulement dans le département de la Seine et blanc s’ils vont ailleurs.
L’armée récompense également : le sous-secrétaire d’État du service de Santé informe de la création d’un insigne spécial destiné à récompenser les infirmières. Constitué de deux palmes entrecroisées au-dessus d’une petite croix rouge fixées sur une barrette blanche, il est porté sur le côté gauche du corsage de l’infirmière. En bronze après 12 mois de services effectifs, il est en argent la deuxième année et en or la troisième année. Mais c’est une autre récompense, la médaille d’honneur des épidémies, qui est décernée à madame Elmsall, originaire d’Angleterre, infirmière bénévole à l’hôpital temporaire du lycée de Foix.
Enfin, le ministre de la Guerre prend deux décisions importantes : pour assurer la tenue des conseils généraux, les militaires élus auront une permission à l’occasion des sessions car leur nombre baisse et il n’y a pas d’élections pendant le conflit. La deuxième mesure concerne les dossiers de pensions des femmes et enfants de militaires disparus. Ils doivent être constitués en attendant que le Parlement statue sur le projet de loi déposé par le gouvernement le 4 novembre 1915.


Agriculture


La France produisait en 1914-1915, 70 millions de quintaux de blé, l’année suivante 60 millions, en 1916-1917 58 millions et les autorités estiment la prochaine récolte à 40 millions de quintaux ce qui devrait les amener à prendre de nouvelles mesures de restriction. Ces statistiques sont établies à partir des carnets de récoltes et des déclarations faites par chaque agriculteur.
Pour réduire le nombre de bêtes "nuisibles", la chasse est ouverte cette année pour la première fois depuis le début de la guerre sauf "la chasse à courre qui constitue un sport de luxe [et qui] restera fermée". Aussi, les nombreux chasseurs de la région demandent-ils la gratuité du permis en 1917 car ils rappellent qu’ils l’avaient payé (28 F) en 1914 alors que la chasse a été interdite dès le début de la saison.


Impôts et taxes


Le gouvernement se félicite car les impôts rentrent bien – 47 % de plus qu’en juin 1916 – sur les revenus indirects et les monopoles principalement. Mais le coût de la guerre étant exorbitant, les autorités sont à la recherche de ressources en augmentant les prélèvements en créant le 1er juillet une taxe de 10 % sur les ventes effectuées par les commerçants à la charge de l’acquéreur ou de 5% sur quelques produits alimentaires et une autre de 30%, annuelle, sur toutes les donations, successions ou legs dépassant 2 000 F.
Le 31 juillet, la loi fiscale votée poursuit la profonde réforme engagée avec la création au début du conflit de l’impôt sur le revenu qui passe en juillet de 10 à 12,50 %. L’impôt sur les revenus boursiers passe à 6 % et celui sur l’immobilier de 4 à 5 %. Six autres impôts sont créés : l'impôt foncier des propriétés bâties et des propriétés non bâties, l'impôt sur le revenu des valeurs mobilières, l'impôt sur les traitements et salaires, l'impôt sur les bénéfices de l'exploitation agricole, l'impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux et l'impôt sur les bénéfices des professions non commerciales.


Œuvres


Le fourneau économique situé rue Réclusane à Toulouse informe qu’à compter du 16 juillet il délivrera des portions payantes et sera ouvert à la consommation sur place. La municipalité décide d’aider cette activité en accordant un litre de vin à chaque famille bénéficiant d’une carte gratuite de portions aux fourneaux économiques.
Dans cette ville, l’œuvre chargée d’organiser les obsèques lance un appel aux "personnes libres de leur temps dont les noms commencent par les lettres E et F" : elles sont priées d’assister à l’inhumation du soldat François Lapeyre du 39e R. I. T.


Restrictions


Les produits et les denrées deviennent de plus en plus rares et de plus en plus chers et les autorités répondent souvent aux difficultés du moment. Pour les marchandises alors que de grandes quantités de paille, de fourrages, de blés et de maïs restent en souffrance dans de nombreuses gares de la région par suite de suppression de trains, le conseil général du Gers met à disposition de la chambre de commerce un camion automobile pour les commerçants et industriels qui l’utiliseront pour le ravitaillement de la population. Les Ariégeois se plaignant du prix excessif du bois de chauffage - la "canne" est passée de 30 à 80 F - l’administration départementale décide de couper environ 3 000 stères de bois et 35 000 fagots dans la forêt de Pradières, à Foix.


C’est également le cas du charbon : les gens dénoncent les dépositaires qui appliquent des prix exorbitants et qui réservent de grandes quantités de charbon à ceux qui peuvent le payer cher. Aussi, les agriculteurs sont-ils aidés par les directions départementales des services agricoles grâce aux "bons de consommation" qu’elles leur délivrent. Quant aux autres, les chambres de commerce recensent les besoins des entrepreneurs comme les mairies le font auprès de la population en vue d’établir la carte du charbon. Les premières réponses étant peu crédibles, le maire de Toulouse demande la plus grande sincérité dans les déclarations et avertit que la carte donnera droit à une quantité de charbon qui variera en fonction des arrivages, de la composition des ménages, de l’usage ou non de gaz ou de chauffage central.
Les horaires de distribution de gaz mécontentent les ménagères qui se demandent comment elles peuvent préparer et faire chauffer les repas sans gaz et sans bois puisqu’il se fait rare. À Condom la question ne se pose plus car le gaz manque "pour une durée indéterminée" et à Montesquieu-Avantès, c’est le pétrole qu’on ne trouve plus. À Gaillac, il est délivré par bons aux familles et limité à 1 litre par quinzaine alors que le conseil général du Gers avertit que les services publics étant prioritaires, "toutes les demandes ne seront pas satisfaites".


La situation du sucre est source d’injustices : la Haute-Garonne bénéficie d’une seconde distribution pour les confitures alors que l’Ariège n’a pas reçu la première. Et les épiciers toulousains distribuent le sucre dans la journée alors qu’à Auch, elles se font sur plusieurs journées, la première réservée aux personnes seules, la seconde aux familles de 2 personnes, la troisième aux familles de trois personnes… Le sucre distribué est parfois blanc mais lorsqu’il est roux, les ménagères craignent de ne pas réussir leurs confitures, "ayant quelques inquiétudes sur la fermentation qui serait plus rapide". Aussi, les autorités conseillent-t-elles de conserver les fruits dans de l’alcool ou de les garder dans une pièce sombre.

Culture


L’œuvre de Nicolas Grandmaison, Les Deux Croix, est exposée dans la vitrine de monsieur Lafaurie, à Toulouse. La sculpture exaltant l’idée patriotique avec la Croix de guerre et celle religieuse avec la croix catholique sera utilisée dans la réalisation de monuments aux morts du même auteur, érigés dès la fin du conflit, comme celui situé dans l’église du quartier toulousain de Lardenne, béni en 1920.

Informations complémentaires