Recherche en cours...


Accueil > Chroniques 1914 1918 > Novembre 1916

Novembre 1916

Le 21 novembre, le vieil empereur François-Joseph Ier d'Autriche décède et Charles Ier lui succède. Le même jour, le Breguet XIV, surnommé plus tard "l’avion de la victoire", effectue son premier vol.

07 janvier 2019
Auteur : Patrick Roques

Armée

Les permissions accordées aux militaires de l’armée de terre sont étendues le 1er novembre 1916 par le ministre de la Marine aux marins français. Mais vu les spécificités de la Marine, les permissions ne seront pas réparties en trois fois sept jours mais en une ou deux fois.

Main d’œuvre

L’armée, à la recherche de main d’œuvre, passe des annonces dans la presse : elle propose par exemple aux Aveyronnaises au chômage et qui souhaiteraient travailler à la poudrerie de Saint-Médard à Bordeaux, de s’adresser au sous-lieutenant Cerles à Toulouse : elles percevront 2 F par jour et seront logées et nourries. Pour cela, elles doivent fournir un bulletin de naissance, un extrait du casier judiciaire et un certificat de bonne vie et mœurs.
À Toulouse, le Parc d’artillerie, rue Valade, demande des jeunes gens âgés de 13 à 17 ans en qualité d’apprentis armuriers. Et enfin, le vapeur « Medjerda » arrive le 9 novembre à Sète, transportant 330 personnes originaires d’Oran qui seront utilisées dans les usines de guerre.

Mémoire

En ce début de mois de novembre et jour de Toussaint, les commémorations patriotiques dédiées aux morts de la Grande Guerre ont lieu devant les monuments de 1870 pour les communes qui en ont un comme Toulouse, Montauban Villefranche-de-Rouergue…
Des projets concernant le souvenir aux soldats morts depuis août 1914 commencent à voir le jour : à Toulouse, la maquette du monument aux morts qui devrait être érigé au cimetière de Terre-Cabade est publiée le 1er novembre dans L’Express du Midi qui annonce la pose de la première pierre à 15 h. Dans la même ville, une commission d’initiative des quartiers Lalande et Ginestous convoque les habitants pour leur présenter un projet de monument dans le cimetière "à la mémoire de ses héros morts pour la patrie".
À Béziers, la 21e liste des souscripteurs du monument aux morts dans la cathédrale Saint-Nazaire est publiée le 8 novembre et un deuxième projet à la mémoire des Biterrois morts pour la Patrie se dessine pour l’église Saint-Jude. Enfin, les noms des morts sont recueillis dans les nombreux Livres d’or puis édités.

Approvisionnement et pénuries

Le ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes organise l’approvisionnement du sucre, secteur en crise depuis au moins le début de l’année, en décidant le 4 novembre la constitution d’un comité central de répartition du sucre et de comités départementaux. Ces derniers, également chargés d’établir l’inventaire des stocks, sont mis en place au milieu du mois par les préfets.
Le ministre des Transports gère la pénurie de wagons, réservés à la défense nationale, en demandant aux communes de regrouper les commandes d’engrais pour les agriculteurs, de charbons de forges pour les maréchaux-ferrants et forgerons. Mais comme dans d’autres gares de la région, celle de Lectoure, faute de wagons, est encombrée de céréales qui doivent être livrées et les habitants se plaignent de ne pas recevoir engrais et marchandises diverses.
À cause de la pénurie de wagons, le charbon manque ce qui menace l’activité des industries de la région. Pour résoudre ce problème, le colonel directeur militaire toulousain des services des transports s’engage à libérer des wagons, à subventionner les industriels qui souhaiteraient en fabriquer et envisage la possibilité d’un train-navette entre Toulouse et Castres, ville minière.
Les autres sources d’énergie, l’électricité, le pétrole, l’essence et le gaz, sont réservées en priorité aux usines qui travaillent pour la défense nationale. Le gouvernement décide des mesures suivantes appliquées à partir du 20 novembre : les magasins seront fermés dans toute la France à partir de 18 h, excepté les magasins d’alimentation, les pharmacies, les salons de coiffure, débits de tabacs et kiosques de journaux. L’éclairage intérieur des cafés sera réduit de 50 % et les restaurants, cafés, bars seront fermés à 21 h 30, les théâtres, concerts, music-halls et cinémas feront relâche un jour par semaine.
La municipalité toulousaine engage les industriels et les particuliers à "réaliser un maximum d’économies sur le chauffage et l’éclairage de leurs bureaux respectifs" et de leurs habitats pour favoriser l’alimentation des établissements de la défense nationale. Elle souhaite également réduire significativement l’éclairage public.
La liste des produits qui font défaut s’allonge : le sucre, le charbon, l’électricité, le pétrole… maintenant le cuir, bientôt le sel. Pour le cuir, l’armée a d’importants besoins : souliers, sacs, cartouchières… des militaires, selles, harnais, courroies de toutes sortes… On ne trouve déjà plus de cuir français et celui provenant de l’étranger a augmenté de 50 %, passant de 5,25 F en 1914 à plus de 10 F en 1916 alors qu’il serait de moins bonne qualité.
Aussi, les gens s’agacent-ils de voir certains clients aisés acheter des produits - par exemple le lait - à un prix supérieur au prix réglementé ce qui est en plus interdit. À Saint-Girons, les habitants se plaignent que le charbon est réservé aux seuls industriels et à Gaillac, la population exprime son mécontentement le jour où elle apprend la hausse importante du prix du gaz de 30 à 35 cts le m3 alors qu’il devrait être à 25 cts.
Les propriétaires de journaux semblent avoir résolu la crise du papier qui a touché de plein fouet la presse : la souscription lancée auprès de ses lecteurs a rapporté 86 000 F à L’Express du Midi, comptes arrêtés au 13 novembre.

Vie chère

À cause de la vie chère, les personnels parisiens de tramway se mettent en grève le 1er novembre. Ils obtiennent rapidement auprès du gouvernement une indemnité de vie chère de 0,75 F par jour que leurs employeurs, les compagnies de tramways de Paris et du département de la Seine, s’engagent à payer.
En revanche, les tisserands de Lavelanet qui se sont mis en grève pour obtenir une augmentation de 3 cts n’auront pas le même résultat.
Parce que les produits ont augmenté, le comité des fourneaux économiques de Montauban, qui ouvre ses œuvres le 9 novembre aux plus démunis, annonce qu’il laisse la soupe à 10 cts mais qu’il est obligé de porter la ration à 15 cts. C’est aussi le syndicat de l’arsenal qui intervient à Tarbes pour les plus démunis : il crée un restaurant coopératif où pourront être servis jusqu’à 3 000 repas à un tarif raisonnable.

Œuvres

Les œuvres de charité sont toujours actives : elles organisent les nombreuses journées comme la "Journée de l’orphelin" des 1er et 2 novembre : des insignes sont vendus à leur profit à Auch. À Tarbes des concerts comme le grand concert de charité sont organisés et à Foix ce sont des soirées.
D’autres associations œuvrent pour les soldats - à Rodez les membres de l’une d’elles leur confectionnent des tricots - ou pour les blessés - à Gaillac ce sont des coussins qui leur sont destinés, plus de 7 000 ayant été faits en 1915 -.
À Toulouse, le comité d’assistance aux travailleurs indochinois lance une souscription pour leur porter assistance et pour ouvrir un foyer.
Enfin, les centres de mutilés spécialisés dans la formation des soldats handicapés ou dans leur rééducation travaillent ensemble : les mutilés aveyronnais de la face ou des yeux sont envoyés à Montpellier qui, après leur avoir apporté les soins nécessaires, les renverra dans l’Aveyron dans les écoles de formation en agriculture, à Rodez et à Montagnac.

Impôts

Les rôles de l’impôt sur le revenu, nouvel impôt créé, sont publiés au cours du mois et le paiement de cet impôt prélevé pour la première fois en France s’effectuera cette année en une seule fois, à la fin de l’année. Malgré l’emprunt libérateur lancé en octobre dernier, qui a rapporté 11 milliards 360 millions de francs, au vu de l’important coût financier de la guerre, les autorités étudient l’augmentation ou la création de nombreux impôts et taxes. Tous les domaines seraient touchés et les discussions au Parlement vont bon train ainsi que dans les rues. 

 

Informations complémentaires