Recherche en cours...


Octobre 1918

Les événements internationaux se bousculent en ce mois d’octobre et annoncent une fin de conflit que tout le monde espère proche.

11 juillet 2019
Auteur : Patrick Roques

En France, plusieurs faits importants se déroulent : la grippe est virulente, un nouveau billet de 5 F apparaît, le changement d’heure est effectif dans la nuit du 5 au 6 octobre et le quatrième emprunt de la défense nationale est lancé. On apprend le 4 octobre la mort de Roland Garros abattu en plein vol près de Saint-Morel.

Événements internationaux

Le nouveau gouvernement allemand demande le 3 octobre l’armistice aux États-Unis et les empires centraux et la Turquie acceptent les "quatorze points de Wilson". Mais les Alliés refusent tout armistice tant que les territoires envahis sont occupés.

Pendant ce temps, la Tchécoslovaquie proclame la république, la Hongrie son indépendance, les Slovènes, Croates et Serbes annoncent leur séparation avec l'Autriche qui sollicite le 29 octobre une paix séparée alors que le 30, la marine allemande se mutine à Kiel, prémices d’une révolution dans ce pays.

Grippe

En France, la grippe fait plus de 1 000 morts dans la première semaine d’octobre. Jusqu’à ces derniers temps, notre région semblait épargnée mais à Gaillac tout comme à Villefranche-de-Rouergue "les cas sont très nombreux dans la ville, les médecins sont débordés et il n’y a pour l’instant que peu de décès". À la fin du mois, les municipalités reconnaissent tout de même un nombre de victimes élevé. La grippe touche tous les départements et la mortalité est "particulièrement importante chez les ouvriers employés au Transpyrénéen", à Ax-les-Thermes.

Face à cette pandémie, les autorités ne peuvent que prodiguer les conseils suivants : bien se laver les mains, éviter les transports en commun, les réunions et les lieux publics tels que les cafés, théâtres, cinémas. Comme le virus est fortement contagieux, il faut isoler les malades et, pour éviter l’encombrement des services, "évacuer les convalescents".

À Toulouse, la mairie rappelle qu’il est interdit de cracher dans les locaux publics et privés, dans les tramways ou dans les voitures. La société de tramways, qui craint une baisse de fréquentation, informe aussitôt le public qu’elle désinfecte régulièrement ses voitures.

L’épidémie perturbe les réunions sportives et les préfets décident, sur les rapports alarmants des médecins, de fermer les écoles primaires et élémentaires du 21 octobre au début novembre. Autre conséquence, en raison du nombre d’agents malades et des nécessités militaires, de nombreux trains sont supprimés.

Mais la mesure qui mécontente les Toulousains est celle prise par leur maire le 25 octobre : il interdit les convois funéraires et oblige le transport de corps par fourgons directement du lieu de décès aux cimetières où seront les familles. Les décès doivent être déclarés dans les plus brefs délais pour éviter tout retard dans l’inhumation. Cinq ou six cercueils sont alors transportés en même temps et la mesure soulève de nombreuses protestations car les familles  sont attachées aux rites funéraires et au passage par l’église.

Le maire n’en démord pas, rend compte du sous-effectif des pompes funèbres municipales et, face aux inhumations "dont le nombre sans être alarmant demeure sensiblement au-dessus de la moyenne", ne retire pas son arrêté qui impose ce "régime provisoire".

Emprunt

La nouvelle coupure de 5 francs, un billet mauve, comporte au recto deux médaillons une tête de jeune guerrier et une femme casquée représentant la France. Le verso symbolise le commerce maritime avec un robuste débardeur et un navire marchand.

La souscription au quatrième emprunt de la défense nationale dit "de la Libération", est ouverte du 20 octobre au 24 novembre. Exempt d’impôt, son prix d’émission est de 70,80 F au "revenu réel" de 5,65%. Aussitôt l’Église de France lance un appel en sa faveur. Des manifestations sont également organisées comme à Foix le 20 octobre où il est donné lecture de l’appel des maires de France, les élèves des écoles publiques exécutent des chœurs patriotiques. Dans d’autres villes, une fête artistique est donnée, les troupes sont passées en revue, les citations brillantes sont lues… Dans le cadre de la propagande pour favoriser l’emprunt, un sous-marin français est amarré au quai de la Seine à Paris et des avions survolent à basse altitude les principales villes françaises. Lors de cette "journée des As", le 28 octobre, les pilotes lancent des tracts et des papillons sur Castelnaudary, Carcassonne, Pamiers, Foix, Muret, Saint-Gaudens, Montauban, Toulouse et les villes se trouvant dans la vallée de la Garonne entre Bordeaux et Toulouse.

Les souscriptions qui se font auprès des habituels agents économiques et des notaires sont étendues à la presse et aux sociétés et diverses associations agricoles.

Restrictions

Les restrictions sont de plus en plus dures, Gaillac ne peut plus distribuer que 10 kg de charbon par famille, de quoi faire du feu une journée en octobre et un coupon toulousain ne représente que 5 kg seulement. De plus, la qualité n’y est pas car "30% de pierres composent le dernier wagon reçu".

Pour le lait, les prix réglementés font de nombreux mécontents car pour un même département, l’Ariège, ils fluctuent de 0,55 F le litre à Foix à 0,50 à Pamiers et Lavelanet, 0,45 pour Mirepoix et Saverdun, 0,40 pour Saint-Girons et Tarascon et 0,35 partout ailleurs.

À Toulouse, la mairie doit répartir 1 700 kg de sucre aux 1 100 viticulteurs locaux et à  Villefranche-de-Rouergue les quantités d’août et de septembre "sont encore à Bordeaux alors qu’elles devraient être à Toulouse mais le canal est à sec !".

La crise dans l’élevage de porcs, due à la pénurie de céréales et pommes de terre, incite le gouvernement à interdire la vente et la consommation de la viande les mercredis, jeudis et vendredis de chaque semaine.

Face au mécontentement, le ministre du Ravitaillement augmente les rations de pain de 100 g pour toutes les catégories sauf pour celles qui en ont le maximum, soit 500 g. Et pour faire cesser les trafics de tickets de pain, Toulouse informe qu’ils ne sont plus remplacés en cas de perte.

Municipalité

Le 4 juillet 1918, Toulouse prenait la décision de renommer la place Lafayette en "place du Président Wilson" ce qui est fait vers le 16 octobre. La même décision était prise le 17 septembre par Auch : la rue d’Étigny porte depuis le nom de la rue du "Président Wilson".

Dans la capitale régionale, une station de mécanique agricole vient d’être créée : située 45, rue des Récollets elle a pour but de former des conducteurs de tracteurs et autres machines agricoles et des ouvriers mécaniciens ruraux, techniciens indispensables au développement de l’agriculture.

Mais les Toulousains se plaignent toujours du manque d’eau et la rue des Champs-Élysées devient emblématique car elle n’en reçoit plus depuis avril entre 8 h à 21 h. Le service des Eaux de la ville promet une rapide réparation. Dans l'attente, les mécontentements dénoncent l’illumination du Capitole décidée par les autorités locales pour fêter la reconquête de Lille, Roubaix, Tourcoing, Douai, Bruges et Ostende.

Vie chère

L’augmentation du coût de la vie est générale dans tous les domaines, l’industrie et le commerce, à la ville comme à la campagne : avant-guerre 2 kg de pommes de terre étaient à 0,25 F et ils sont à 1,40 F. Sur les marchés aveyronnais, même "les châtaignes et les noix atteignent des cours jusqu’ici inconnus".

Aussi le conseil général de la Haute-Garonne verse-t-il une indemnité de vie chère à ses cantonniers, de l’ordre de 100 F par an, plus 40 F par enfant de moins de 16 ans.

L’État annonce enfin la réalisation du "vêtement national" car trois millions de draps vont parvenir d’Angleterre. Les Anglais l’ont déjà et les Italiens vont suivre notre exemple. Il y aura des vêtements pour les hommes, les femmes et les enfants et les autorités souhaitent "qu’à la fin de la guerre tout militaire puisse retrouver un vêtement civil à des prix abordables". Parce qu’il est difficile d’habiller tout un chacun en même temps, une carte d’habillement sera établie.

 

Informations complémentaires