Recherche en cours...


Recherche

plafond peint

Ce plafond a été mis au jour en 1972 lors de travaux de réfection. Il date très vraissemblablement du milieu du 15e siècle si l'on s'en referre à la multiplication des petite

Historique

Datation :
3e quart 15e siècle
Commentaire historique :
Ce plafond a été mis au jour en 1972 lors de travaux de réfection. Il date très vraissemblablement du milieu du 15e siècle si l'on s'en referre à la multiplication des petites fleurs sur les fonds colorés unis ou si l'on prête attention aux tissus diaprés qui figurent sur bon nombre de personnages.
Jacques Peyron et Annick Robert (op. cit.) proposent, grâce aux similitudes de ce décor avec celui du plafond de la maison voisine (IM81001428) et aux blasons retrouvés sur ce dernier, une datation entre 1461 et 1470, époque où Begue II Montanha est prévôt du chapître collégial

Description

Catégorie technique :
peinture
Matériaux et technique :
bois (support) : peint au pochoir ; peint ; tempera à l'oeuf
Commentaire descriptif :
Ce plafond est la sous-face d'un plancher à la française. Il se compose de 4 grandes poutres parallèles, disposées perpendiculairement à la galerie du cloître. Sur chaque poutre reposent 7 solives disposées est-ouest entre lesquelles sont disposés 8 métopes. La pièce ornée de ce plafond était équipée de 2 cheminées.
L'ensemble de la charpente est peint à la détrempe. Le noir est réalisé à l'aide de charbon de bois et toutes les couleurs sont d'origine minérale.
Représentation :
femme, danse ; musicien ; arbre ; homme, tête ; fleur de lys ; ornement végétal ; oiseau ; saint ; poisson ; couronne ; pigeon ; hybride ; lévrier ; I.H.S. ; putti ; chien ; ange ; grotesque
Précision sur la représentation :
La poutre orientale (A) présente un décor de jeunes femmes qui dansent dans un verger. Aux extrémités se tiennent des musiciens, coiffés de hautes toques rouge sombre et portant un pourpoint à larges épaules avec de gros plis. Les 8 métopes qui surmontent la poutre représentent du nord au sud : une tête masculine, une fleur de lys, un écu, des motifs floraux, une fleur de lys, un échassier, une tête féminine, un semis de fleurs de lys et motifs floraux.
Le décor de deux des 8 métopes au-dessus de la poutre suivante (B), vers l'ouest est manquant. Les 6 autres représentent du sud au nord : des motifs floraux, une tête masculine, un dindon, une tête féminine, un écu et des motifs floraux stylisés, un lapin passant à droite.
Sur la face opposée, 8 métopes figurent du nord au sud : un oiseau gris et une tête féminine portant une coiffe et une guimpe, une tête masculine dans un médaillon encadré de rinceaux, deux poissons entrecroisés avec la tête vers le sol, une tête masculine avec un médaillon, deux poissons entrecroisés avec la tête vers le plafond, une couronne alternant fleurons et fleurs de lys, un pigeon, un oiseau à tête féminine.
La troisième poutre (C) est ornée d'une frise où des lévriers courent avec de petits hommes au milieu d'arbres. La face opposée montre une frise de putti en train de pêcher. Au-dessus, côté est, seuls 7 métopes portent encore un décor. Du nord au sud : Le monogramme I.H.S., une tête masculine, une tête masculine, le monogramme I.H.S., un personnage masculin avec unbonnet conique et un chien bondissant. Sur la face opposée, les métopes montrent du sud au nord : une tête féminine avec un bandeau blanc, une tête masculine, une tête masculine, un écu noirci surmonté d'une couronne, deux feuilles, un poisson et un fou portant une coule à oreilles de lapin.
La dernière poutre (D), la plus occidentale ne présente qu'une face avec des femmes coiffées du hennin dansant dans une prairie avec des robes amples. Vers le sud on remarque la présence de musiciens.
Les huit métopes montrent du sud vers le nord : un ange jouant du luth, un ange jouant de la harpe, trois scènes illisibles, un ange jouant de la viole, un oiseau échassier, un musicien jouant de la harpe.
Le décor des merrains reprend des motifs floraux et divesr animaux (oiseaux et poissons principalement) ainsi que des motifs grotesques. Y figurent également des représentations masculines et féminines.
Précisions sur les dimensions :
Dimensions non prises
Etat de conservation :
manque
Précisions sur l'état :
La poutre B n'a pas conservé son décor. Le décor d'un métope au-dessus de cette poutre manque. Le décor au-dessus de la poutre C manque
Marques et inscriptions :
inscription donnant l'identité du modèle ; armoiries
Précisions sur les inscriptions :
Au-dessus de la poutre A : écu de gueules à la terrasse de sable sumonté d'un monde d'or sommé d'une croix de même et cantonné de deux arbres au naturel. Au-dessus de la poutre B : écu de gueules à une terrasse de sable surmontée d'un monde d'or sommé d'une croix de même et cantonné de deux arbres au naturel

Localisation

Commune :
Albi
Adresse :
Peyrolière (rue) 20 ; Cloître Saint-Salvy (passage du) 20
Aire d'étude :
Tarn
Edifice de conservation :
maison

Oeuvres liées

Détail de l'arc du rez-de-chaussée, rue Peyrolière.
Au premier étage de cette maison qui date du Moyen Age, se trouve un plafond peint remarquable.

Illustrations


Albi (Tarn), maison.
Référence : IVR73_20138101201NUDA - Croquis désignant l'emplacement des métopes sur le pfafond peint. - Chabbert, Roland, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Bibliographie :
Peyron (Jacques), Robert (Annick), Les plafonds peints gothiques d'Albi, dans Revue Menestral n° 20, janvier-février 1979, p. 6 à 13, n° 21 mars-avril 1979, p. 4 à 11, mai-juillet 1979, p. 5.
Peyron (Jacques), Robert (Annick), Les plafonds peints gothiques d'Albi, Presses Midi-Pyrénées, 1980, 47 pages.
Berges (Elise et Pierrette), les plafonds peints d'Albi XVe-XVIIe siècles), dans Nelidoff (Philippe), Devaux (Olivier) dir., Pouvoirs et société en pays albigeois, presse de l'université des sciences sociales, Toulouse, 1997.

Informations complémentaires

Référence :
IM81001429
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Chabbert Roland
Date de publication :
2012
Date de mise à jour :
2014/04/24
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler