Recherche en cours...


Recherche

tabernacle

Pièce unique dans le département du Lot, cet édicule orné de roses et bâtons écotés est un tabernacle de la fin du 15e ou tout début du 16e siècle.

Historique

Datation :
limite 15e siècle 16e siècle
Commentaire historique :
La forme des bases prismatiques et la présence de roses et bâtons écotés, motifs sculptés apparus à Cahors vers 1480-1490, conduisent à proposer une datation de cet édicule à la fin du 15e ou début du 16e siècle. L'inscription en lettres gothiques ("Ibi moratur IHS" qui peut se traduire par "Ici demeure le Christ") permet de confirmer la fonction de tabernacle ou réserve eucharistique ; sans cela, il aurait pu s'agir d'une armoire à reliques ou d'un cénotaphe. Le commanditaire de l'oeuvre n'est pas connu, malgré les trois fleurs de lys sur le blason couronné qui pourraient correspondre aux armes de France (il y manque cependant les émaux) ; à défaut d'une attribution au roi de France, il pourrait s'agir d'un simple ornement ou d'une évocation indirecte à mettre en relation avec les seigneurs d'Aujols Raymond de Cardaillac, nommé sénéchal du Quercy par Louis XI en 1490, ou son fils Jacques de Cardaillac, lui -aussi sénéchal du roi en Quercy et qui déclare posséder en 1504 toutes justices sur Aujols. L'emplacement d'origine du tabernacle n'est pas connu : il a été remonté dans la chapelle baptismale, probablement au 19e siècle, placé dans un mur moderne au-dessus d'une cuve surmontée d'un chapiteau lui-même en remploi, après avoir été doté de nouvelles portes et en partie restauré (au moins trois des cinq fleurs sur la couronne paraissent refaites).
Notice succincte :
Pièce unique dans le département du Lot, cet édicule orné de roses et bâtons écotés est un tabernacle de la fin du 15e ou tout début du 16e siècle.

Description

Catégorie technique :
sculpture
Matériaux et technique :
pierre (calcaire) : taillée, sculptée
Commentaire descriptif :
Petit édicule, le tabernacle adopte la forme générale d'un parallélépipède vertical, imitant une maison avec un toit à deux pans. Taillé et sculpté dans un seul bloc de calcaire, il est enchâssé en remploi dans la maçonnerie d'une chapelle latérale de l'édifice, placé au-dessus d'une cuve baptismale elle-même posée sur un chapiteau et une colonne tronquée. Au milieu de la face principale, deux logements cintrés de largeur différente, placés côte à côté, servent de réserve eucharistique : ils sont fermés par deux portes en bois avec pentures métalliques. L'ensemble est rehaussé de différentes sculptures en bas-relief : deux pilastres à baguettes reposant sur des bases forment une bordure prolongée, en haut, par une corniche soulignant le toit et, vers le centre, une baguette cintrée et un tore ; trois bas-reliefs de taille identique sont disposés à l'horizontale en partie basse sous les portes ; deux blasons sont placés respectivement l'un au fronton, l'autre au-dessus des portes ; une inscription est taillée en réserve juste au-dessus des deux portes. Le tabernacle présente plusieurs badigeons recouvrant la pierre, essentiellement blancs ou ocres, mais aussi peut-être colorés, des traces de noir et jaune sous-jacent apparaissant au niveau des bases, baguettes et roses.
Représentation :
ornement végétal (rose ; fleur de lys ; fleurons ; bâton ; feuille de chêne)
Précision sur la représentation :
L'édicule présente des bases prsimatiques et un réseau de baguettes et tores imitant des bâtons aux branches écotées, et trois roses sur la partie inférieure. En partie haute du fronton, un premier blason surmonté d'une fleur de lys porte le titulus du Christ, IHS, aux lettres entrelacées. Au centre, au-dessus des portes, un deuxième blason surmonté d'une couronne à cinq fleurons porte des armoiries (trois fleurs de lys, deux en haut, une en dessous).
Dimensions :
dimensions non prises
Etat de conservation :
bon état ; remontage ; remaniement
Précisions sur l'état :
L'oeuvre a été remontée dans la maçonnerie de l'édifice et a connu une réfection de tout ou partie des fleurs de la couronne (restituées au ciment ?)
Marques et inscriptions :
dédicace ; devise ; armoiries
Précisions sur les inscriptions :
Dédicace : IHS ; devise : Ibi moratur IHS ; armoiries non identifiées : trois fleurs de lys

Localisation

Commune :
Aujols
Aire d'étude :
Lot
Edifice de conservation :
église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
chapelle des fonts baptismaux

Oeuvres liées

Voûtes de la nouvelle église vues depuis l'ouest.
L'église d'Aujols était à la collation de l'évêque, excepté de la fin du 14e siècle à 1475, où la paroisse est possédée par les Larroque-Toirac ; d'abord prieuré dépendant du chapitre de la cathédrale, elle est donnée en 1611 au collège des jésuites de Cahors par l'évêque Siméon de Popian (Clary, 1986).£La travée surmontée d'une tour qui subsiste de l'église romane peut êt

Illustrations


Documents liés

Bibliographie :
Alauzier (Louis d'), Le dénombrement de 1504 en Quercy pour le ban et l'arrière-ban, dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. CVI, 1985, p. 44.
Bru Nicolas, Le mobilier des églises du Moyen Age dans le Lot, Toulouse, Editions Région Midi-Pyrénées, 2014, 124 p., collection "Patrimoines Midi-Pyrénées", p. 29.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Parc Naturel Régional des Causses du Quercy
Référence :
IM46207963
Copyright :
(c) Conseil général du Lot ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Bru Nicolas
Date de publication :
2014
Date de mise à jour :
2014/12/31
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler
Conseil général du Lot