Recherche en cours...


Recherche

châsse des bienheureuses Carmélites de Compiègne de style néo-gothique

Cette châsse-reliquaire de style néo-gothique date du 1er quart du 20e siècle. Elle accueille des reliques ex. ossibus ainsi que des reliques minimes (mousse, étoffe) des bienh

Historique

Datation :
2e moitié 19e siècle
Commentaire historique :
Cette châsse-reliquaire de style néo-gothique a été réalisée après 1906, date de béatification des Carmélites de Compiègne.
Notice succincte :
Cette châsse-reliquaire de style néo-gothique date du 1er quart du 20e siècle. Elle accueille des reliques ex. ossibus ainsi que des reliques minimes (mousse, étoffe) des bienheureuses Carmélites de Compiègne, guillotinées en pleine Terreur le 17 juillet 1794 pour motif de fanatisme et de sédition. Une native de Cajarc, la bienheureuse Annette Pelras, faisait partie des martyres. Un autel de l'église lui est consacré.

Description

Catégorie technique :
orfèvrerie
Matériaux et technique :
bronze : fondu, moulé, doré, décor en relief, décor dans la masse, décor rapporté ; verre transparent : taillé ; os ; velours uni : rouge ; papier ; mousse ; photographie
Commentaire descriptif :
La châsse est en bronze doré et comporte un décor en relief dans la masse et rapporté. Elle repose sur une plate-forme rectangulaire à 4 pieds comportant un décor en relief dans la masse. De plan rectangulaire, elle adopte la forme d'un édicule gothique. Les parois sont vitrées et surmontées d'une arcature trilobée se prolongeant verticalement par un décor formant des remplages sommés de fleurons. Ces remplages sont séparés par des pinacles. La châsse est surmontée d'un toit longitudinal à quatre pans dont le décor imite une couverture d'ardoises. Ce couvercle est sommé d'un clocheton à crochets et fleuron. L'intérieur de la châsse est garni de velours uni rouge agrémenté de papier doré et de paillons cousus. La chasse accueille un cartel manuscrit, un morceau d'os, de la mousse fixée à un cartel manuscrit, un morceau de carton imprimé d'inscriptions ainsi que deux estampes. Les parois latérales et celle du revers reçoivent des estampes.
Représentation :
ornement animal (patte : lion) ; scène (Carmélites : guillotine, ascension, Vierge)
Précision sur la représentation :
Les pieds du reliquaire forment des pattes de lion. Les reproductions à l'intérieur de la chasse représentent l'Ascension des Carmélites de Compiègne accompagnées de la Vierge Marie et les Carmélites de Compiègnes groupées autour de la Vierge aux cieux. Deux images, visibles sur une face latérale et sur le revers de la châsse, reproduisent la même gravure représentant les Carmélites s'apprêtant à être guillotinées sous le regard de la Vierge Marie. Une autre reproduction représente une scène similaire. Une dernière représente le portrait d'une carmélite, peut-être Annette Pelras.
Dimensions :
h = 50 ; la = 36 ; pr = 25
Marques et inscriptions :
inscription concernant l'iconographie (imprimée, sur partie rapportée) ; inscription concernant l'iconographie (manuscrite, sur partie rapportée) ; inscription concernant l'iconographie (imprimée, sur partie rapportée) ; inscription concernant l'iconographie (imprimée, sur partie rapportée) ; inscription concernant l'iconographie (imprimée, sur partie rapportée) ; inscription concernant l'iconographie (imprimée, sur partie rapportée)
Précisions sur les inscriptions :
Une inscription manuscrite sur un morceau de papier dans la châsse indique : "Reliquaire des Bienheureuses Carmélites de Compiègne 1794". Le papier accueillant les reliques de mousse est imprimé " mousse recueillie sur la tombe des 16 Carmélites de Compiègne Martyres". Celui sur lequel est fixé un morceau de textile est imprimé "Etoffe ayant touché aux reliques". Un carton est imprimé des inscriptions "Nous devons nous jeter dans le sein du Père avec la plus tendre comme la plus ferme confiance. Bse Thérèse de Saint Augustin". Une des reproductions visibles sur la face arrière porte l'inscription imprimée "Les 16 Carmélites de Compiègne 17 juillet 1794". Une autre fixée sous une paroi latérale est imprimée "[...] Thérèse bénit une dernière fois ses [...]".

Localisation

Commune :
Cajarc
Aire d'étude :
GR 65
Edifice de conservation :
église paroissiale Saint-Etienne
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
sacristie

Oeuvres liées

Extrait du plan cadastral 2010 AK01.
Les vestiges les plus anciens ne semblent pas antérieurs au 16e siècle. L'église a probablement été endommagée pendant les guerres de Religion puis réparée. Si Ghislaine Legrand (op. cit.) ne mentionne que des réparations intérieures effectuées par l'architecte Hector Malo dans les années 1840, l'abbé Clary fait état de réparations en 1850, comprenant la reconstruction du chevet et

Illustrations


Cajarc (Lot), église paroissiale Saint-Etienne.
Référence : IVD46_20124600001NUCA - Vue d'ensemble de l'avers. - Couteau, Anaïs, (c) Conseil général du Lot ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Cajarc (Lot), église paroissiale Saint-Etienne.
Référence : IVD46_20124600002NUCA - Vue d'ensemble. - Couteau, Anaïs, (c) Conseil général du Lot ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Aucun document n'est lié à cette notice.


Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de Cahors et du sud du Lot
Référence :
IM46105453
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Couteau Anaïs
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2014/05/05
Conseil général du Lot