Recherche en cours...


Recherche

console, statue (petite nature) : saint Michel terrassant le démon

Cette statue en plâtre représente l'archange saint Michel en train de terrasser le démon. L'inscription QUIS UT DEUS (qui est semblable à dieu) est une traduction littérale du

Historique

Datation :
limite 19e siècle 20e siècle
Commentaire historique :
Cette ronde bosse en plâtre polychrome représentant saint Michel terrassant le démon relève du style "saint-sulpicien" et pourrait dater de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle.
Notice succincte :
Cette statue en plâtre représente l'archange saint Michel en train de terrasser le démon. L'inscription QUIS UT DEUS (qui est semblable à dieu) est une traduction littérale du nom de l'archange en hébreu mais peut aussi être vu comme une question rhétorique à Satan.

Description

Catégorie technique :
céramique ; sculpture
Matériaux et technique :
plâtre (en plusieurs éléments) : moulé, peint, polychrome
Commentaire descriptif :
La statue est une ronde-bosse en plâtre peint polychrome. Petite nature, son intérieur est creux. Son socle est peint de couleur grise. Elle est posée sur une console d'applique en plâtre moulé scellée au mur.
Représentation :
ornement végétal ; écusson ; figure biblique (saint Michel, foulant aux pieds : démon biblique, combat, épée, lance) ;
Précision sur la représentation :
Saint Michel est représenté terrassant le démon. La console du saint Michel est ornée de feuillages et d'un écusson portant une inscription.
Marques et inscriptions :
inscription concernant l'iconographie (peint, sur l'oeuvre)
Précisions sur les inscriptions :
L'inscription est peinte en lettres noires sur un écusson ornant la console d'applique : "QUIS UT DEUS".

Localisation

Commune :
Lascabanes
Aire d'étude :
GR 65
Edifice de conservation :
église paroissiale Saint-Georges
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
choeur

Oeuvres liées

Nef vue depuis le choeur.
La plus ancienne mention connue de l'église semble être de 1345, lorsqu'elle est donnée au chapelain du cardinal Jean de Via (Clary, 1986). Il semble que l'édifice ait été entièrement reconstruit après la guerre de Cent ans : on sait qu'une cloche est fondue par Pierre Rahard, d'Aurillac, en 1470 (J. Lartigaut, 2000), mais sa fabrication traduit-elle un début d'aisance ou bien marque-t-el

Illustrations


Lascabanes (Lot), église paroissiale Saint-Georges.
Référence : IVD46_20114605578NUCA - Vue d'ensemble. - Couteau, Anaïs, (c) Conseil général du Lot ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Aucun document n'est lié à cette notice.


Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de Cahors et du sud du Lot
Référence :
IM46105319
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Couteau Anaïs
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2014/05/05
Conseil général du Lot