Recherche en cours...


Recherche

mont calvaire

L'idée de la création du calvaire remonte au mois de novembre 1878, date à laquelle, l'abbé Mauriès, curé de Saint-Pierre d'Aguts fit donner une mission de 3 semaines par le
Oeuvre non localisée

Historique

Datation principale :
4e quart 19e siècle
Année(s) :
1879
Justification de la datation :
daté par source
Auteur de l'oeuvre :
Union artistique de Vaucouleurs (fabricant)
Justification de l'attribution :
attribution par source
Commentaire historique :
L'idée de la création du calvaire remonte au mois de novembre 1878, date à laquelle, l'abbé Mauriès, curé de Saint-Pierre d'Aguts fit donner une mission de 3 semaines par le père Bonnaventure, un moine franciscain. En mémoire de cette action, il fut décidé d'ériger une croix monumentale dont la réalisation n'intervient qu'en janvier 1879. Construite à la hâte et menaçant ruine, la croix monumentale dût être rapidement consolidée et le 12 avril 1885, sollicité par l'abbé Fargues, le nouveau curé de la paroisse, le révérend père Bonnaventure fut à nouveau appelé pour présider une cérémonie au cours de laquelle des reliques de la vraie croix furent inserrées dans la croix monumentale et où l'on érigea deux autres croix en métal (achetées à Mr Yaz de Toulouse). Quelques mois plus tard, le 18 octobre 1885, la fabrique reçoit de Jean Viguier, propriétaire à Poudis, un don de 17 ares de terre à proximité du calvaire. Sur ces terres fut construite dès 1886 la chapelle destinée à abriter la mise au tombeau. A la même époque, plusieurs parcelles de terrain sont offertes à la fabrique, qui reçoit également de nombreuses offrandes, permettant d'envisager la construction d'un véritable chemin de croix. Le projet initial prévoit que chaque station, enfermée dans une chapelle disposera d'un groupe sculpté dont le coût devra être inférieur à 3.000 francs. Même si le projet définitif ne voit le jour que dans les années 1930, la mise en place du chemin de croix primitif, coordonnée par l'abbé Fargues s'échelonne entre le 3 mai et le 19 septembre 1889. Les croix primitives sont en bois et sont données par des familles des 20 paroisses environnantes. A l'issue de la cérémonie, l'archevêque fait don de 500 francs pour que soient construits des autels devant chaque station.
En 1890, la fabrique bénéficie d'un don de terrain supplémentaire. Les cryptes des dernières stations sont réalisées en 1892.
En 1893, une croix de pèlerinage national de Jérusalem fut installée sur la colline. Deux croix de Jérusalem sont rappatriées de Terre sainte à cette date, la seconde est déposée dans l'église Notre-Dame des Dunes à Dunkerque. La croix fut enrichie d'un Christ monumental dès l'année 1894 lors d'une cérémonie particulière célébrée le 20 septembre. Les pèlerinages se succèdent au fil des années et le 6 mars 1901, la vicomtesse de la Poèze fait don d'un hectare de terrrain à la fabrique pour permettre de faire communiquer la chapelle du Calvaire avec la route départementale. Les autels devant les stations sont progressivement réaménagés au tout début du 20e siècle : Salvy, maçon de Montgey figure à plusieurs reprises dans les livres de comptes pour ces travaux.
Dans la nuit du 2 au 3 janvier 1906, une tempête renversa la grande croix du calvaire. Elle entraîna dans sa chute la croix de Jérusalem qui y était fixé et cette dernière fut endomagée. Ses débris permirent de fabriquer la croix placée aujourd'hui à l'intérieur de la chapelle. La nouvelle croix fut réinstallée en 1908 et bénie le 14 septembre par l'archiprêtre de Lavaur. Quelques terrains sont acquis en 1911 par le curé et en 1914, des reliques (fragment de la table de la Cène, de la colonne de la Flagellation, clou) ramenées de Rome sont installées dans un reliquaire. L'année suivante la 5e station est réparée suite à un orage.
Les effigies en fonte de la Vierge et saint Jean figurent dans les livres de compte en 1928 (4.000 francs) ; le sculpteur Louis Bot fournit les socles l'année suivante alors que les premières stations en granit sont installées au sommet du calvaire jusqu'en 1935. C'est à cette date qu'est aménagé, grâce au bénévolat des paroissiens, le chemin qui contourne la colline.
En 1935, la 6e station est aménagée.
En 1949, à l'occasion de la visite pastorale de Monseigneur Moussaron, le curé dresse un rapport assez alarmant du mont calvaire : "Le manque de fondements sérieux (...) l'emploi de mauvais matériaux fait que tout branle de partout et qu'il paraît impossible, avec les faibles moyens dont on dispose, de le sauver de la ruine". Des travaux de confortement sont entrepris dans la seconde moitié du 20e siècle : les escaliers sont réparés dès 1946 ; le socle de la grande croix en 1950, en même temps que l'on démonte les croix des larrons. Une nouvelle sation est construite en 1951 (80.380 francs). En 1976, la colline est nettoyée par les paroissiens. Les statues l'année suivante, grâce à une quête à la veille des célébrations du centenaire du calvaire. Un important chantier de nettoyage et de réparation est mené en 1989 grâce à des scouts de Toulouse, aidés par des bénévoles de la commune, à cette occasion les deux grottes au sommet du calvaire sont déblayées, les escaliers ouest sont réparés et les escaliers est sont refaits.
En 1993, une nouvelle croix monumentale est mise en place et l'autel est déplacé pour permettre la célébration face aux fidèles. En 2004 et 2005, divers travaux de restauration sont entrepris sur le chemin de croix grâce à un donateur privé. Une convention entre la mairie et le diocèse est signée en 2010-2011 concernant l'utilisation et la propriété de l'ensemble du mont calvaire. Les travaux les plus récents datent de l'été 2011. Les escaliers descendants vers l'esplanade sont rebâtis.

Description

Commentaire descriptif :
Le mont calvaire est aménagé en écart à l'est du bourg, au lieu-dit Litrone sur une colline boisée qui culmine à environ 300 m d'altitude. Il se compose d'un oratoire, de deux chapelles et de treize stations édifiées en granit (h = 350 ; la = 240 ; pr = 90). Le calvaire situé au sommet, près de la chapelle est construit en béton et métal. Il repose sur un tertre à la base duquel deux grottes sont aménagées avec de part et d'autre deux escaliers.
Technique du décor :
sculpture (étudiée dans la base Palissy)
Représentation :
passion ; calvaire ; Christ
Précision sur la représentation :
Les stations du chemin de croix portent des reliefs de granit noir gravés retraçant les divers épisodes de la passion du Christ.

Localisation

Commune :
Aguts
Lieu-dit ou secteur urbain :
Litrone
Aire d'étude :
Tarn
Référence cadastrale :
2010 ZE 79, 80, 81
Milieu d'implantation :
en écart

Oeuvres liées

Vue d'ensemble de l'élévation antérieure.
Les premiers travaux de construction de l'oratoire semblent démarrer en 1892 si l'on en croit les livres de comptes conservés à la mairie. Les grilles sont commandées et partiellement payées en 1893. On retrouve toutefois en 1910 la paiement d'une facture de 380,50 francs au maçon Paul Salvy pour divers travaux. Les travaux de terrassement sont achevés au mois d'octobre, époque à laquelle
Chapelle du prétoire, vue d'ensemble de l'élévation antérieure.
Les comptes conservés à la mairie révèlent que les matériaux pour la construction de ce batiment sont acquis en 1921. Les 3.000 ardoises sont achetées à Toulouse et les travaux sont menés par le maçon Paul Salvy. L'abbé Bressols fait terminer l'aménagement intérieur et extérieur de cet édifice entre 1929 et 1935
Détail de la façade.
La chapelle fut un des premiers édifices construits sur le mont calvaire en raison de la nécessité d'établir un abri pour les célébrations liturgiques. Les travaux démarrent dès 1886 (construction de la première partie qui forme le tombeau). Les livres de comptes conservés à la mairie montrent que les travaux de terrassement autour de l'édifice sont en cours en 1887. Ses murs sont cré

Illustrations


Aguts (Tarn), mont calvaire.
Référence : IVR73_20118101467NUCA - Localisation du calvaire sur le cadastre. - Chabbert, Roland, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Aguts (Tarn), mont calvaire.
Référence : IVR73_20118101480NUCA - Statue de la Vierge. - Chabbert, Roland, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Aguts (Tarn), mont calvaire.
Référence : IVR73_20118101481NUCA - Statue de saint Jean. - Chabbert, Roland, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Aguts (Tarn), mont calvaire.
Référence : IVR73_20118101482NUCA - Vue d'ensemble du mont calvaire. - Chabbert, Roland, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Aguts (Tarn), mont calvaire.
Référence : IVR73_20118101484NUCA - Détail d'une station du chemin de croix. - Chabbert, Roland, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Aucun document n'est lié à cette notice.


Informations complémentaires

Sources :
La Semaine Religieuse du 18 avril 1896 ; Annales du Calvaire d'Aguts (1878-1996) ; archives départementales : série 2 O 1-1 ; Monographie du centenaire du calvaire, 1978 (C 3416-9)
Référence :
IA81000392
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Chabbert Roland
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2013/12/18