Recherche en cours...


Recherche

demeure : repaire

Vestiges en ruines d'un logis seigneurial du 13e siècle, appartenant sans doute à la famille de Revel, coseigneurs de Maxou et Calamane.

Historique

Datation principale :
13e siècle ; 17e siècle ; 19e siècle
Commentaire historique :
Les vestiges en ruines permettent d'identifier un logis datable du 13e siècle, qui pourrait être la demeure seigneuriale de la famille de Revel : appartiennent à cette époque le rez-de-chaussée de la façade nord, avec porte en arc brisé, jour d'éclairage et trous de boulins, ainsi que probablement la salle basse voûtée côté est. Il pourrait s'agir du logis seigneurial de la famille de Revel : Pierre de Revel, coseigneur de Calamane et Maxou, juge ordinaire du pariage de la ville de Cahors, assiste le 8 mai 1368 à la cérémonie de fondation du collège Pélegry de Cahors (Foissac, 2010). L'édifice a ensuite été remanié au 17e siècle (fenêtre croisée ; voûte de la salle basse ?) et, surtout, au 19e siècle : figuré sur le cadastre de 1831 (séparé alors en plusieurs logis mitoyens disposant chacun de son entrée, escalier et étage), il n'est plus aujourd'hui cadastré et porté comme ruine sur la carte IGN.
Notice succincte :
Vestiges en ruines d'un logis seigneurial du 13e siècle, appartenant sans doute à la famille de Revel, coseigneurs de Maxou et Calamane.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; moyen appareil ; moellon
Commentaire descriptif :
En hauteur sur un versant situé à environ 500m au sud du bourg de Maxou, à proximité d'un ancien chemin et d'une fontaine, l'édifice en ruines se présente sous la forme d'un grand logis rectangulaire axé ouest-est, dont il ne reste pratiquement que la façade principale orientée au nord. Cette façade présente en rez-de-chaussée une maçonnerie en moyen appareil de pierre de taille quasi cubique monté à chaux et à sable, percé côté ouest d'une porte en arc brisé extradossé et un jour rectangulaire d'éclairage dont l'arrière voussure est en briques ; au centre, six trous de boulins pourraient correspondre à des trous d'encastrement de poutres pour un balcon. La façade se prolongeait initialement vers l'ouest, comme en témoignent des arrachements, le mur en retour n'appartenant pas à la même campagne de construction. L'étage de la façade a été largement remanié, voire reconstruit, aujourd'hui percé côté ouest d'une fenêtre croisée à montants plats sans décor sculpté, et au centre de fenêtres à feuillures dans un assemblage en briques. Le côté est de la façade présente des enduits limitant les observations et des arrachements de murs perpendiculaires, recoupés par un four et un fournil rajoutés postérieurement. Dans l'angle nord-est, une salle basse en rez-de-chaussée présente un grand appareil calcaire en soubassement, puis une voûte segmentaire en briques : elle est percée à l'ouest d'une porte dont l'ébrasement et le tableau (avec trou barrié) se trouvent à l'extérieur côté ouest, ouvrant aujourd'hui sur un amas de ruines.
Etat de conservation :
mauvais état ; menacé

Localisation

Commune :
Maxou
Lieu-dit ou secteur urbain :
Revel
Référence cadastrale :
1831 D1 858, 860, 861, 864 ; 2014 OD 255, 256, 478
Milieu d'implantation :
isolé

Oeuvres liées

Aucun dossier n'est lié à cette notice.


Documents liés

Bibliographie :
Foissac (Patrice), Histoire des collèges de Cahors et Toulouse (XIVe - XVe siècles), Cahors, La Louve Editions, 2010, p. 164

Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de Cahors et du Sud du Lot
Référence :
IA46103009
Copyright :
(c) Conseil général du Lot ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Bru Nicolas
Date de publication :
2014
Date de mise à jour :
2014/03/24
Conseil général du Lot