Recherche en cours...


Recherche

château abbatial, puis château des évêques

Le "château" de Rocamadour fait partie des places occupées par les Anglais en 1385 (G. Lacoste, 1885), mais l'appellation pourrait s'appliquer à l'ensemble de la cité. Il sembl

Historique

Datation principale :
13e siècle ; 19e siècle
Auteur de l'oeuvre :
Sicardie (entrepreneur)
Justification de l'attribution :
attribution par source
Commentaire historique :
Le "château" de Rocamadour fait partie des places occupées par les Anglais en 1385 (G. Lacoste, 1885), mais l'appellation pourrait s'appliquer à l'ensemble de la cité. Il semble donc que nous ne disposions d'aucune information historique sur le château lui-même, si ce n'est la mention tardive, au 17e siècle, du "vieux château, désert pour le présent et sans habitation" bâti "au sommet de tous ces rocs" (J. Rocacher, 1979, p. 199). Jean Rochacher (1979) a proposé de dater du 13e siècle le mur d'enceinte qui subsiste.
La "vieille masure" du château, ayant appartenu au ci-devant abbé de Tulle, est vendue comme Bien national en 1796 à la commune puis revendue en 1836 à l'abbé Cailleau qui projette d'y construire une résidence pour accueillir les prêtres de la Miséricorde. Le premier bâtiment construit par l'entrepreneur Sicardie est achevé vers 1841. La congrégation n'obtient pas la garde des sanctuaires et en 1842, le bâtiment est loué par l'évêque de Cahors qui finit par l'acheter en 1850. D'autres bâtiments sont ajoutés contre l'enceinte sous l'épiscopat de Mgr Grimardias (1866-1896) ; un beffroi est ajouté sur la tour d'entrée en 1895 (J. Rocacher, 1979).

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; pierre de taille
Commentaire descriptif :
Le "château" barrait l'accès au promontoire qui domine les sanctuaires, afin de les protéger. Au nord et à l'ouest, le mur d'enceinte, long de 90 m et épais de 2,10 m à 2,25 m (J. Rocacher, 1979), était armé de trois tours carrées. Vers 1830 (J.-A. Delpon), on voyait encore le fossé de 8 m de large et 6 m de profondeur qui le précédait, et on distinguait à l'intérieur, parmi les décombres, un bâtiment carré de 4 m de côté dans-oeuvre, avec des murs épais de 2,30 m, dont le premier niveau ( le seul conservé ?) était voûté : J. Rocacher proposait d'y voir une maison forte servant de donjon. Le mur était probablement muni d'un crénelage qui aurait été abattu pendant la Révolution (Chaudruc de Crazannes, 1838 ; J. Rocacher, 1979, p. 197).
Le mur d'enceinte et ses tours ont été couronnés de faux mâchicoulis au 19e siècle.

Localisation

Commune :
Rocamadour
Aire d'étude :
Lot
Référence cadastrale :
1825 E5 548 ; 2011 AS 21, 22, 24, 25
Milieu d'implantation :
en village

Oeuvres liées

Aucun dossier n'est lié à cette notice.


Illustrations


Rocamadour (Lot), château abbatial, puis château des évêques.
Référence : IVR73_19864600029N - Vue aérienne du château et des sanctuaires depuis le sud-est. - Henrard, Roger, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Rocamadour (Lot), château abbatial, puis château des évêques.
Référence : IVR73_20134604405NUCA - Vue partielle de la partie centrale depuis le nord-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), château abbatial, puis château des évêques.
Référence : IVR73_20134604404NUCA - Vue partielle de la partie nord, depuis le nord. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), château abbatial, puis château des évêques.
Référence : IVR73_20144604348NUCA - Extrait du plan cadastral 2011 AS. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), château abbatial, puis château des évêques.
Référence : IVR73_20144604349NUCA - Extrait du plan cadastral 1825 E5. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), château abbatial, puis château des évêques.
Référence : IVR73_20144604350NUCA - Vue de la partie nord, depuis le nord-ouest. - Séraphin, Gilles, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), château abbatial, puis château des évêques.
Référence : IVR73_20144604351NUCA - Vue de la partie centrale depuis l'ouest. - Séraphin, Gilles, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Delpon (J.-A.), Statistique du département du Lot, Paris-Cahors, 1831, t. 1, p. 539.
Chaudruc de Crazannes, Rapport fait à Son Excellence le Ministre de l'Instruction publique sur les monuments de Roc-Amadour, le 28 septembre 1838, dans Annuaire du Lot, Paris, 1839, p. 68 (non consulté).
Lacoste (Guillaume), Histoire générale de la province de Quercy, Cahors, Girma, t. III, 1885, p. 282, 284.
Rocacher (Jean), Rocamadour et son pèlerinage. Etude historique et archéologique, Toulouse-Gramat, Privat - Association Les Amis de Rocamadour, 1979, vol. 1, p. 195-200, 230, vol. 2, pl. 62-63.
Didon (Catherine), Châteaux, manoirs et logis. Le Lot, Chauray, Ed. Patrimoine medias, 1996, p. 163.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Parc Naturel Régional des Causses du Quercy
Référence :
IA46101473
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Séraphin Gilles ; Scellès Maurice
Date de publication :
2013
Date de mise à jour :
2015/01/02
Conseil général du Lot