Recherche en cours...


Recherche

église paroissiale Saint-Martin

La première mention connue de l'église de Mayrinhac se trouve dans le testament, établi vers 930, du vicomte de Turenne Adhémar des£Echelles, qui donne l'église à l'abbaye d

Historique

Datation principale :
11e siècle (?) ; 12e siècle ; 2e moitié 14e siècle (?) ; 2e moitié 15e siècle (?) ; 1er quart 16e siècle (?)
Commentaire historique :
La première mention connue de l'église de Mayrinhac se trouve dans le testament, établi vers 930, du vicomte de Turenne Adhémar des
Echelles, qui donne l'église à l'abbaye de Tulle, possession confirmée par plusieurs bulles au cours du 12e siècle. Mayrinhac est qualifié de prieuré, mais nous ne savons pas à partir de quelle date ; en 1527, le prieuré n'est plus conventuel (Clary, 1986), et ce depuis déjà longtemps sans doute, car en 1461 n'est mentionnée que la maison du desservant (Lartigaut, 2000).
L'église a été "fouillée" et "restaurée" au cours des années 1972-1989, et a fait l'objet en 2005 d'une étude archéologique (V. Rousset, 2007) à laquelle sont empruntés les résultats qui suivent.
Le chevet et la travée d'avant-choeur bâtis en petits moellons assisés et à contreforts semi-cylindriques relèvent des techniques de construction "préromanes" ou du "premier âge roman" et peuvent dater du 11e siècle. La nef a été reconstruite au 12e siècle, puis à nouveau en partie dans la seconde moitié du 14e siècle, alors que le chevet est surhaussé pour servir de refuge. Une nouvelle campagne de travaux survient après la guerre de Cent ans, avec l'aménagement d'une citerne qui impose de surélever le sol de 3 m, la réfection de la toiture et la construction d'un clocher-mur à l'ouest, travaux qui pourraient être placés dans la seconde moitié du 15e siècle ou au début du 16e siècle. Une cloche porte cependant la date de 1444, et il faut remarquer que l'édifice ne présente pas les formes qui accompagnent si souvent les reconstructions des environs de 1500.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; pierre de taille ; moellon
Matériaux de la couverture :
tuile plate
Plan :
plan allongé
Vaisseau(x) et étage(s) :
1 vaisseau
Voûtes :
cul-de-four ; voûte en berceau brisé
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; croupe
Commentaire descriptif :
L'église a un aspect massif et se signale plus particulièrement par les contreforts semi-circulaires, très hauts, de sa partie orientale. C'est aussi la maçonnerie de moellons équarris disposés en assises régulières qui distingue le chevet et la travée d'avant-choeur, et qui, avec la petite fenêtre à encadrement de travertin conservée dans l'élévation nord, la rattache aux techniques de construction pré-romanes. Les contreforts placés aux angles du chevet n'ont pas de véritable fonction architecturale car les murs ont à cet endroit une épaisseur d'autant plus importante qu'au plan carré extérieur répond un tracé intérieur semi-circulaire. La travée d'avant-choeur, un peu plus large que le chevet, portait sans doute une tour-clocher barlongue, peut-être une tour-lanterne car il semble qu'elle n'ait jamais été voûtée.
La nef associe des parties en pierre de taille et d'autres en moellon et montre de multiples traces de reprises laissées par les modifications et reconstructions successives. Dans l'élévation sud, ce sont trois portes (pour une, seule subsiste une partie de l'embrasure intérieure) qui témoignent des changements apportés au niveau du sol de la nef : la plus haute correspond à l'installation d'une citerne qui a entraîné un exhaussement de 3,50 mètres dont les murs ont conservé la trace après le décaissement complet réalisé en 1975. Des corbeaux conservés dans les murs latéraux indiquent qu'une tribune occupait l'extrémité occidentale de la nef, à laquelle donnait accès une porte haute, à arc brisé et à arête vive, ménagée dans l'élévation nord. La nef est couverte par une voûte en berceau brisé renforcée par un arc doubleau qui retombe sur des culots. L'élévation ouest, dont les angles sont épaissis par des contreforts enveloppants, s'achève sur un clocher-mur.
L'église a été surélevée d'un niveau destiné à servir de refuge : il est subsiste des pans de murs en pierre de taille avec archère dans les élévations latérales du chevet.
Technique du décor :
sculpture ; peinture
Représentation :
ornement géométrique
Précision sur la représentation :
Les culots recevant l'arc doubleau de la nef sont sculptés de fleurs et de croissants. Sur l'arc doubleau et au fond de la nef, traces d'un faux-appareil peint.
Etat de conservation :
restauré

Localisation

Commune :
Rocamadour
Lieu-dit ou secteur urbain :
Mayrinhac-le-Francal
Aire d'étude :
Lot
Référence cadastrale :
2011 AD01 138, 139
Milieu d'implantation :
en village

Oeuvres liées

Aucun dossier n'est lié à cette notice.


Illustrations


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605219NUDA - Extrait du plan cadastral 2011 AD01. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605267NUCA - Nef, élévation sud vue depuis le sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605268NUCA - Chevet, élévation sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605269NUCA - Nef, élévation sud, portail muré. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605270NUCA - Vue du chevet depuis le sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605271NUCA - Vue du chevet depuis l'est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605272NUCA - Elévation nord vue depuis le nord-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605273NUCA - Fenêtre de l'élévation nord. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605274NUCA - Elévation nord de la nef : porte dans la travée occidentale. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605275NUCA - Vue depuis le nord-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605276NUCA - Vue intérieure depuis l'ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605277NUCA - Choeur : fenêtre et cul-de-four. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605278NUCA - Nef vue depuis le choeur. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605279NUCA - Nef vue depuis le choeur. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605280NUCA - Nef, élévation sud : portails successifs et colonne engagée tronquée. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605281NUCA - Arc doubleau de la nef, : traces de décor de faux-appareil peint. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), église paroissiale Saint-Martin.
Référence : IVR73_20114605282NUCA - Arc doubleau de la nef, culot sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Clary (Abbé), Dictionnaire des paroisses du diocèse de Cahors, Cahors, Imp. Tardy, 1986, p. 189-190.
Lartigaut (Jean), Le Quercy après la Guerre de Cent Ans (vers 1440 - vers 1500). Aux origines du Quercy actuel, Cahors, Editions Quercy-Recherche, 2000, p. 280.
Rousset (Valérie), L'église Saint-Martin à Mayrinhac-Le-Francal (Rocamadour, Lot), dans Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXVII, 2007, p. 75-96.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Parc Naturel Régional des Causses du Quercy
Référence :
IA46101300
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Séraphin Gilles ; Scellès Maurice
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2013/10/03
Date de la protection :
2003/02/24 : inscrit MH
Référence de la notice M.H. :
PA46000029
Conseil général du Lot