Recherche en cours...


Accueil > Rechercher > Recherche Base de données

Recherche

château fort : tour

La tour de Montcuq, établie sur une éminence rocheuse, domine l'ancien bourg médiéval au nord. L'ensemble constitué par la tour et le bourg correspond à l'ancien castrum dont

Historique

Datation principale :
milieu 13e siècle (?)
Commentaire historique :
Le castrum de Montcuq, qui apparaît dans les textes dès le troisième tiers du 12e siècle, est une fondation vraisemblable du comte de Toulouse Raimond V. Raimond VI semble l'avoir inféodé à un certain Giraud ou Guiraud de Gourdon, supposé appartenir au lignage des Gourdon de Castelnau (Montratier). Pendant la croisade des Albigeois, Montcuq fut occupé par Baudouin de Toulouse pour le compte des croisés (1212), et fut vraisemblablement détruit par Simon de Montfort en 1214 qui en aurait dirigé personnellement le siège, en représailles de l'exécution dont Baudoin avait été victime de la part du comte de Toulouse. Dépossédé de sa seigneurie, Guiraud de Gourdon, fils du précédent, reçut en compensation du comte de Toulouse la seigneurie de Caraman, où il fut connu comme diacre cathare, et participa activement à la défense de Toulouse contre les croisés. En 1229, Montcuq fit partie des forteresses dont le comte de Toulouse s'engagea à détruire les fortifications et qui durent être remises pour dix ans au roi. L'année suivante toutefois, Raimond VII restitua à Guiraud de Gourdon les droits de son lignage sur Montcuq, sur Montaigu de Quercy, sur Mondenard et sur Sauveterre, à l'exception sans doute des fortifications. Après 1242, date à laquelle il fut condamné pour hérésie, on perd la trace de Guiraud de Gourdon. Récupéré pleinement par les comtes de Toulouse, Montcuq devint le chef-lieu d'une importante baylie du Quercy comtal.
Possession du comte puis, à la mort d'Alphonse de Poitiers, du roi, le château est confié, avec d'autres places, à la garde d'un capitaine. Le 8 février 1438, la tour est "prise" par quatre "routiers" alors qu'elle était gardée par deux jeunes nobles et un prêtre, en l'absence de Bertrand d'Orgueil, capitaine du château royal par délégation du sénéchal du Quercy (J. Lartigaut, 1983).
L'escalier en vis a été entièrement reconstruit en 1923 par le service des Monuments historiques. Une restauration intérieure réalisée en 2009 a permis de rebâtir la voûte du premier étage qui était en partie effondrée et de remettre en place des planchers.
L'unité presque parfaite des parements de la tour, à l'extérieur comme à l'intérieur, conduit à la considérer comme un édifice homogène, édifié d'un seul jet. Certains caractères de modernité, notamment les portes et fenêtres en arc brisé, les chanfreins arrêtés par des congés bombés, les cheminées encastrées, les latrines à caisson en encorbellement, ne permettent guère dans ce cas de lui assigner une date antérieure au milieu du 13e siècle. L'archaïsme des fenêtres au contraire n'incite pas à la situer plus tard que le milieu du siècle. Il faut donc supposer que les clauses du traité de Paris (1229) qui prévoyait la destruction des fortifications de la localité et leur abandon pour dix ans furent effectivement appliquées et que la reconstruction de la tour ne put intervenir qu'après 1239. L'hypothèse la plus plausible est qu'elle ait été réédifiée totalement par l'administration de Raimond VII, ou celle d'Alphonse de Poitiers, vers le milieu du 13e siècle, au moment de la création du baillage. L'archaïsme du plan devrait s'expliquer dans ce cas par la volonté (ou la nécessité ?) de tenir compte des fondations d'un édifice antérieur dont seul le socle rocheux témoignerait.
Notice succincte :
La tour de Montcuq, établie sur une éminence rocheuse, domine l'ancien bourg médiéval au nord. L'ensemble constitué par la tour et le bourg correspond à l'ancien castrum dont la morphologie générale reproduit celle de Gourdon. L'intérêt de l'édifice réside, outre sa monumentalité, dans le fait qu'il constitue un exemple remarquable de donjon établi sur une fausse motte et qu'il offre l'un des plus anciens exemples de fenêtres à coussièges dans la région. L'analyse conduit à proposer une date relativement tardive, le milieu du 13e siècle au plus tôt, pour ce donjon habituellement considéré comme un ouvrage "roman", de la fin du 12e siècle.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; pierre de taille
Vaisseau(x) et étage(s) :
3 étages carrés
Voûtes :
voûte en berceau plein-cintre
Escalier :
escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
Commentaire descriptif :
La tour qui domine le castrum est implantée sur une fausse motte partiellement constituée à partir d'un massif rocheux dont le sommet affleure au rez-de-chaussée de l'édifice. Il s'agit d'un édifice de gabarit important dont l'une des particularités réside dans le fait qu'elle était dotée d'une tourelle hors-oeuvre, abritant l'escalier en vis. Son parti général était donc très proche de celui de la tour de Montricoux (Tarn-et-Garonne), édifiée au début du 13e siècle. Son plan affecte la forme d'un parallélogramme déformé, imposé probablement par la forme du substrat rocheux. Accessible de l'extérieur de plain-pied, la tourelle d'escalier donnait accès notamment à la plate-forme sommitale au-dessus de laquelle elle émergeait sous la forme d'une guette. L'escalier a été rétabli en ciment lors d'une récente restauration mais il semble que dès l'origine il ait été conçu avec des marches formant noyau.
La tour de Montcuq comportait originellement quatre niveaux sur un soubassement plein et, peut-être, deux entresols établis sous chacune des deux voûtes en berceau couvrant le premier et le dernier niveau.
La salle basse, voûtée en berceau, est accessible directement par une porte chanfreinée, couverte en arc brisé. On constate toutefois que le couloir coudé constituant l'entrée présente des traces de reprises, possible résultat du réaménagement d'un accès organisé différemment à l'origine. La salle basse est dotée de deux fentes d'éclairage cintrées, dont l'ouverture extérieure, particulièrement étroite, suggère une fonction accessoire d'archère. Le traditionnel cordon d'imposte marquant la naissance de la voûte est ici remplacé par des alignements de corbeaux en quart de rond qui pourraient correspondre à un ancien niveau d'entresol établi sous la voûte. Le substrat rocheux, laissé brut, a été laissé en réserve dans le sol, sans doute pour témoigner emblématiquement de la présence de la "roque" servant de socle à la tour.
Le premier étage, établi sur la première voûte, est doté de deux fenêtres, de latrines et d'une cheminée à manteau chanfreiné en arc brisé surbaissé. Le second étage dispose d'un équipement semblable à l'exception des latrines qui font ici défaut. Contrairement au premier étage, la porte d'accès est orientée à l'inverse et présente son tableau en arc brisé du côté de l'intérieur, disposition qui pourrait évoquer une fonction carcérale. Les fenêtres sont percées dans des niches en plein cintre et présentent un dispositif inhabituel qui peut s'expliquer si on les considère comme l'une des premières réalisations de baies à coussièges dans l'architecture locale. La baie proprement dite, couverte en plein-cintre, ouvre au fond de la niche à coussièges. Le tableau externe est chanfreiné et couvert par un arc monolithe en plein cintre ou en arc brisé. Ce type de fenêtre rappelle celle du donjon de Castelnaud-Lachapelle, réédifié vers 1240 ou celles des logis de Saint-Amand-de-Coly et de la tour de l'Auditeur à Belvès, sensiblement contemporaines. La cheminée, encastrée, ouvre par un manteau en arc brisé segmentaire largement chanfreiné et dispose d'un conduit de section carrée. Le conduit de latrines est coudé et aboutit à un caisson en encorbellement.
Le troisième niveau reproduit les dispositions du second. Le quatrième en revanche, ne dispose ni d'une cheminée, ni de latrines et est doté de trois fenêtres directes à appui plein. Comme dans la salle basse, une ligne de corbeaux disposés à l'emplacement de l'habituel cordon d'imposte, indique l'emplacement d'un possible entresol. La plate-forme est dotée d'un couronnement de consoles de mâchicoulis à trois ressauts qui pourrait avoir succédé à un dispositif initial assimilable à un hourd bien qu'il paraisse solidaire de la maçonnerie sous jacente. L'un des trous d'encastrement de ce hourd primitif subsisterait à l'angle sud de la tour.

Localisation

Commune :
Montcuq
Aire d'étude :
Lot
Référence cadastrale :
2010 L 327
Milieu d'implantation :
en ville

Oeuvres liées

Aucun dossier n'est lié à cette notice.


Illustrations


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604656NUCA - Parties hautes, angle sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604638NUCA - Vue depuis le sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604639NUCA - Vue depuis l'est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604640NUCA - Elévation nord-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604641NUCA - Elévation nord-ouest, détail du 3e niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604642NUCA - Elévation nord-ouest, fenêtre du 3e niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604643NUCA - Elévation nord-ouest, jou en meurtrière du 1er niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604644NUCA - Elévation nord-ouest, fenêtre du 4e niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604645NUCA - Elévation sud-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604646NUCA - Elévation sud-ouest, fenêtre en meurtrière du 1er niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604647NUCA - Elévation sud-ouest, fenêtre du 3e niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604648NUCA - Elévation sud-ouest, partie haute. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604649NUCA - Vue depuis le sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604650NUCA - Elévation sud-est, fenêtre du 3e niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604651NUCA - Elévation sud-est, fenêtre du 4e niveau. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604652NUCA - Elévations sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604653NUCA - Vue depuis le sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604654NUCA - Porte d'entrée dans la tourelle d'escalier. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20104604655NUCA - Vue depuis le sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604579NUCA - Rez-de-chaussée : émergence du substrat rocheux dans le sol. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604580NUCA - Rez-de-chaussée, vue en direction du sud-ouest. Embrasure de la fente de jour. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604581NUCA - Salle du premier étage : élévations nord et ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604582NUCA - Salle du premier étage : élévations sud et est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604583NUCA - Premier étage, fenêtre de l'élévation sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604584NUCA - Deuxième étage, cheminée de l'élévation nord-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604585NUCA - Deuxième étage, embrasure de la fenêtre de l'élévation sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Montcuq (Lot), château fort : tour.
Référence : IVR73_20144604586NUCA - Troisième étage, vue en direction de l'angle sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Alauzier (Louis d'), Présentation de la Tour de Montcuq, dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. LXXVI, 1955, p. 279-283.
Lartigaut (Jean), Un "hold-up" au château royal de Montcuq en 1438, dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. CIV, 1983, p. 329-337.
Panfili (Didier), Mottes castrales et lignages en Pays de Vaux (Bas-Quercy) vers 950 - vers 1300, mémoire de maîtrise sous la direction de R. Mussot-Goulard, Université Paris IV-Sorbonne, 1984, p. 105-112.
Didon (Catherine), Châteaux, manoirs et logis. Le Lot, Chauray, Ed. Patrimoine medias, 1996, p. 283.
Panfili (Didier), Comportements aristocratiques dans les pays de Tarn et Garonne (Bas-Quercy et Haut-Toulousain), XIe-XIIe siècle, thèse sous la direction de Mireille Mousnier, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2008, t. 1, p. 568.
Rousset (Valérie), La tour ou donjon (Montcuq), Conseil général du Lot, notice numérique, 2013.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de Cahors et du sud du Lot
Référence :
IA46101149
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Séraphin Gilles ; Scellès Maurice
Date de publication :
2010
Date de mise à jour :
2015/01/02
Date de la protection :
1904/07/25 : classé MH
Référence de la notice M.H. :
PA00095177
Conseil général du Lot