Recherche en cours...


Recherche

château

Située dans la vicomté de Turenne, la seigneurie d'Aynac paraît avoir été tenue de longue date par les Lavergne : en 1316, Bertrand de Cardaillac, suzerain de la moitié du ch

Historique

Datation principale :
1ère moitié 17e siècle ; 18e siècle (?) ; 19e siècle
Commentaire historique :
Située dans la vicomté de Turenne, la seigneurie d'Aynac paraît avoir été tenue de longue date par les Lavergne : en 1316, Bertrand de Cardaillac, suzerain de la moitié du château d'Aynac, reçoit l'hommage de Gilbert d'Aynac, fils de Donadieu de Lavergne, en faisant ouvrir les portes et crier par trois fois "Cardaillac" au sommet de la tour (E. Albe, 1910 ; G. Lacoste, 1885). Par son testament de 1399, le vicomte de Turenne Raymond VIII de Beaufort la donne à son fils naturel Hector de Turenne, fondateur de la branche des Turenne d'Aynac ; Hector est nommé viguier de Figeac en 1443 par le dauphin, futur Louis XI, et en 1448 il possède les terres d'Aynac, Molières et Palaret. Son descendant, Annet de Turenne, seigneur d'Aynac en 1504, marié en 1495 Jacquette de Ginouilhac, est capitaine général de l'artillerie et grand écuyer de France ; lui succèdent son petit-fils Galiot en 1539, François en 1591, Flotard en 1642, marié en 1633 à dame d'Aubepeyre Françoise de Chizadour et qui prend le titre de baron d'Aynac, Louis en 1677, qui s'intitule marquis d'Aynac. A partir d'autres sources, B. Tollon (1993) donne une chronologie un peu différente : François (c. 1548-1633), auquel il attribue la construction du château, aurait succédé à Galiot dès 1569 ; les initiales portées par le décor peint du plafond de la salle, où figure une représentation exacte du château, permettraient d'attribuer l'achèvement des travaux à Flotard et son épouse Claude de Gourdon-Genouillac de Vaillac.
Les Turenne d'Aynac conservent leurs propriétés pendant la Révolution et pendant tout le 19e siècle. Le château et le parc sont restaurés dans le dernier quart du siècle, après le mariage en 1874 de Guy de Turenne avec Elisabeth de Berthier-Wagram. Pour le portail d'entrée de l'escalier, Gustave Deloye, grand prix de Rome, sculpte quatre bas-reliefs dans l'esprit de Fontainebleau (V. Rousset, 2006).
Existence probable d'un jardin classique dont l'orangerie fut brûlée à la Révolution. Aménagement d'un parc irrégulier au 19e siècle.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; moellon ; pierre de taille
Matériaux de la couverture :
ardoise
Vaisseau(x) et étage(s) :
5 étages carrés ; étage de comble
Voûtes :
voûte d'arêtes
Elévation extérieure :
élévation à travées
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; croupe ; toit en pavillon ; dôme circulaire
Escalier :
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie
Commentaire descriptif :
Le château est bâti en bordure du village, à peu de distance de l'église qui a sans doute été le noyau initial du regroupement de la population. Aujourd'hui précédé d'une grande prairie, il était entouré en 1639 d'une enceinte munie de quatre petites tours carrés et d'un fossé que l'on franchissait par un pont-levis ; un jardin enclos de murs la précédait (J. Lartigaut, 1985). Le château se signale en particulier par sa très haute tour d'escalier rectangulaire, qui fait figure de donjon, autour de laquelle sont réunis des corps de logis et quatre tours rondes disposées aux angles, tous individualisés par leurs toitures. L'irrégularité du plan de la partie orientale fait supposer l'existence d'un édifice antérieur, qui serait en partie conservé en élévation.
Seules les tours rondes couronnées de mâchicoulis confèrent encore à l'édifice une allure défensive héritée de l'époque antérieure, alors que les façades sont ouvertes de nombreuses fenêtres (dont l'aspect a été modifié par la suppression des meneaux et des traverses).
La tour d'escalier est précédée d'une petite cour qui était fermée par un mur et dans laquelle on pénétrait par un portail. Les paliers de l'escalier, à volées droites et mur noyau, sont portés par des voûtes d'arêtes plates.
Le château est implanté sur une vaste esplanade de verdure. Vestiges de l'ancienne orangerie inclus dans des constructions récentes, en bordure des jardins potagers. Arbres isolés de grande envergure et groupes d'arbres.
Technique du décor :
sculpture ; peinture (étudiée dans la base Palissy)
Représentation :
armoiries
Précision sur la représentation :
Armoiries des Turenne peintes sur le plafond de la salle : coticé d'or et de gueules.

Localisation

Commune :
Aynac
Aire d'étude :
Lot
Référence cadastrale :
1825 F2 612 ; 2014 F 440, 826, 913 à 915
Milieu d'implantation :
en village

Oeuvres liées

Plafond de la chambre : vue d'ensemble.
Le château fut édifié au 17e siècle par François de Turenne (1548-1633). Les deux plafonds possèdent des initiales qui permettent de penser que ces décors ont été commandés par Flottard de Turenne (qui prit possession d'Aynac en 1633). A la génération suivante, les armoiries et les chiffres furent surmontés de la couronne de marquis.£La cheminée et sa peinture font partie intégrant

Illustrations


Aynac (Lot), château.
Référence : IVR73_20064603128NUCA - Vue d'ensemble depuis le sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Aynac (Lot), château.
Référence : IVR73_20094611001NUCA - Vue depuis le sud-est. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Aynac (Lot), château.
Référence : IVR73_20094611002NUCA - Vue depuis le sud-est, détail. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Aynac (Lot), château.
Référence : IVR73_20144605118NUCA - Extrait du plan cadastral 1825 F2. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Marche (Blaise-Adolphe), La vicomté de Turenne et ses principales villes : Beaulieu, Argentat, Saint-Céré, Martel, Tulle, impr. Crauffon, 1879, p. 50-51.
Lacoste (Guillaume), Histoire générale de la province de Quercy, Cahors, Girma, t. III, 1885, p. 67.
Toumieux (Zénon), Le marquisat d'Aubepeyre, dans Bulletin de la Société archéologique du Limousin, t. LII, 1903, p. 86-87.
Esquieu (Louis), Essai d'un armorial quercynois, Paris, H. Champion, 1907-1908, p. 267-268.
Ribier (Louis de), Preuves de la noblesse d'Auvergne, Paris, H. Champion, t. 3, 1909, p. 301.
Albe (abbé), Titres et documents concernant le Limousin et le Quercy, dans Bulletin de la Société scientifique historique et archéologique de la Corrèze, t. XXXI, 1910, p. 593.
Bourrachot (Lucie), Un inventaire du château d'Aynac en 1739, dansBulletin de la Société des Etudes du Lot, t. LXXV, 1954, p. 171-175.
Escat (Monique), Tollon (Bruno), L'apparition de l'escalier droit dans les châteaux du Quercy, dans Cahors et le Quercy. Actes du XXXIIe congrès d'études tenu à Cahors les 17, 18 et 19 juin 1977, Fédération des Société Académiques et Savantes, Cahors, 1978, p. 261-270.
Alauzier (Louis d'), Le dénombrement de 1504 en Quercy pour le ban et l'arrière-ban, dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. CV, 1984, p. 232.
Lartigaut Jean, Le château de Puylaunès au début du XVIIe siècle, dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. CVI, 1985, p. 137.
Pataki (Tibor), Hommages rendus au vicomte de Turenne (XIIe-XVIe siècles), dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. CVIII, 1987, p. 47.
Tollon (Bruno), Le château d'Aynac, dans Congrès Archéologique de France. Quercy, 147e session, 1989, Paris, Société Française d'Archéologie, 1993, p. 151-155.
Didon (Catherine), Châteaux, manoirs et logis. Le Lot, Chauray, Ed. Patrimoine medias, 1996, p. 92-93.
Rousset (Valérie), Le château (Aynac), Conseil général du Lot, notice numérique, 2006.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de Figeac, du Ségala au Lot-Célé
Référence :
IA46100602
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Séraphin Gilles ; Scellès Maurice
Date de publication :
2006 ; 2014
Date de mise à jour :
2015/01/02
Date de la protection :
1988/07/26 : classé MH
Référence de la notice M.H. :
PA00094975
Conseil général du Lot