Recherche en cours...


Recherche

château du Fossat

La première mention connue du Fossat apparaîtrait avec la vente, en 1292, de la maison appartenant à Hugues de Manhac ; au 14e siècle, le Fossat est aux Caussade, seigneurs de

Historique

Datation principale :
13e siècle (?) ; 14e siècle (?)
Commentaire historique :
La première mention connue du Fossat apparaîtrait avec la vente, en 1292, de la maison appartenant à Hugues de Manhac ; au 14e siècle, le Fossat est aux Caussade, seigneurs de Puycornet (C. Didon, 1996), qui le possèdent encore au début du 16e siècle : Raymond de Caussade, seigneur de Puycornet et vicomte de Calvignac, dénombre pour le Fossat en 1504 (L. d'Alauzier, 1984). C'est l'étude de la famille de Saunhac par Joseph de Bonald (1926) qui permet ensuite de lever les contradictions de la bibliographie : Jean II de Saunhac, qui a épousé en troisièmes noces Marguerite de Caussade en 1489, hérite des biens de son oncle Raymond de Caussade avant 1542 ; marié en 1538 à Jeanne de Peyrolles et mort vers 1560, leur fils François, qui est à l'origine de la branche des Sauhnac-Fossat, est seigneur du Fossat où il réside (G. Lacoste, 1885). Les Saunhac se maintiennent au Fossat jusqu'au 19e siècle : en 1870, Armand-Augustin de Saunhac, baron du Fossat, obtient l'autorisation d'établir une chapelle dans le château (Bulletin des lois, 1871). L'édifice a été transformé en hôtel dans la seconde moitié du 20e siècle.
La tour principale du château peut dater du 13e ou du 14e siècle. Certaines parties pourraient dater du 16e siècle et d'autres du 18e siècle, mais il ne s'agit là que de conjectures : les restaurations réalisées au 20e siècle ont été très importantes et l'édifice n'a jamais fait l'objet d'aucune étude,

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; pierre de taille ; moellon
Matériaux de la couverture :
tuile plate ; tuile creuse
Vaisseau(x) et étage(s) :
2 étages carrés
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; croupe ; toit en pavillon ; croupe ronde
Commentaire descriptif :
Le château a été bâti au bord du Lot, Le plan cadastral de 1837 figure un plan de masse identique à celui d'aujourd'hui ; plusieurs corps de bâtiment irréguliers entourent une cour qui ouvre sur la rivière. Le centre du château est marqué par une haute tour carrée, bâtie en moellons très soigneusement équarris avec chaînes d'angle en pierre de taille ; la porte à arc brisé du deuxième niveau de l'élévation sud semble appartenir à l'état d'origine. Le corps d'entrée, à l'ouest, comporte une tour barlongue semi-circulaire vers l'extérieur.
Etat de conservation :
restauré

Localisation

Commune :
Soturac
Lieu-dit ou secteur urbain :
Fossat (le)
Aire d'étude :
Lot
Référence cadastrale :
1837 E3 1247 ; 2014 AH01 9

Oeuvres liées

Jardin aromatique créé après 1970 par M. Bonas et Russel Page. Parterre symétrique planté entre 1960 et 1970 et restauré en 1990 par Bonas et Coffre. Jardin mixte sur la terrasse au-dessus du Lot dans l'esprit du "giardino secreto" du 16e siècle.

Illustrations


Soturac (Lot), château du Fossat.
Référence : IVR73_20144604602NUCA - Extrait du plan cadastral 2014 AH. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Soturac (Lot), château du Fossat.
Référence : IVR73_20144604603NUCA - Extrait du plan cadastral 1837 E3. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Bulletin des lois..., Deuxième semestre de 1870, Paris, Imprimerie natinale, 1871, p. 610.
Lacoste (Guillaume), Histoire générale de la province de Quercy, Cahors, Girma, t. III, 1885, p. 281.
Bonald (Joseph de), Saunhac. 1070-1926. Rouergue. Albigeois. Quercy. Périgord. Languedoc. Pays des Landes. Bordelais. Paris. Nouvelle-Orléans, Toulouse, Imprimerie Douladoure, 1926, p. 33, 37, 38, 102, 103, 105, 114.
Alauzier (Louis d'), Le dénombrement de 1504 en Quercy pour le ban et l'arrière-ban, dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. CV, 1984, p. 97.
Séraphin (Gilles), Cahors et la vallée du Lot, Cahors, Ed. Etudes et communication, 1990 (Coll. Guides Tourisme et patrimoine), p. 110.
Didon (Catherine), Châteaux, manoirs et logis. Le Lot, Chauray, Ed. Patrimoine medias, 1996, p. 241.
Séraphin (Gilles), Le château de Fumel et la Renaissance dans le Haut-Agenais et le Périgord méridional au temps de Catherine de Médicis, dans Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LVI, 1996, p. 200.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de Cahors et du sud du Lot
Référence :
IA46100066
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Séraphin Gilles
Date de publication :
2005
Date de mise à jour :
2015/01/02
Conseil général du Lot