Recherche en cours...


Accueil > Rechercher > Recherche Base de données

Recherche

hôtel de Pins, actuellement hôtel Antonin

L'ancien hôtel de Pins ne résista pas à la percée de la rue du Languedoc (entre 1899 et 1906). Cette demeure Renaissance avait été édifiée à partir de 1528 pour Jean de Pi

Historique

Datation principale :
16e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année(s) :
1528 ; 1542 ; 1903
Justification de la datation :
datation par travaux historiques
Auteur de l'oeuvre :
Bachelier Nicolas (architecte) ; Thillet Joseph (architecte) ; Laffon Alexandre (architecte)
Justification de l'attribution :
attribution par travaux historiques ; signature
Commentaire historique :
Construit en 1903 par l'architecte Joseph Thillet, l'hôtel particulier du 46 rue du Languedoc prend la place d'un ancien hôtel détruit lors de l'élargissement de la rue des Chapeliers, devenue rue du Languedoc (1899-1904). Ce premier hôtel est construit vers 1528 par Jean de Pins, un des plus célèbres humanistes de la Renaissance toulousaine. Il meurt en 1537 et ses héritiers le vendent en 1542 à Jean de Nolet, qui entreprend de le faire restaurer, transformer et agrandir. Un bail à besogne daté du 20 juillet 1542 est passé avec Nicolas Bachelier pour faire édifier une grande boutique ou comptoir sur cave et un passage d'entrée sur la rue des Chapeliers, le tout voûté d'ogive et en berceau. En 1545, un nouveau bail à besogne est passé avec le même architecte pour la réalisation de gargouilles et de fenêtres. Après Jean de Nolet, les propriétaires se succèdent jusqu'à Cassaigneaux de Saint-Félix, contraint d'émigrer à la Révolution. Ses biens sont saisis et vendus. La poste aux lettres s'installe dans le bâtiment de 1795 jusqu'en 1804 puis vers 1843, la recette générale emménage dans l'hôtel jusqu'en 1873. Le 30 juillet 1870, les époux Antonin achètent l'hôtel de Pins et demandent en 1873 le réalignement de la façade de l'immeuble rue Bouquières (4D199/56 et 57). C'est l'architecte Alexandre Laffon qui dresse les plans datés du 14 juin 1873. En 1899, le prolongement de la rue Alsace-Lorraine entre la place Rouaix et la rue du Vieux-Raisin entraîne l'expropriation pour cause d'utilité publique d'une partie de l'hôtel. Peu après, les époux Antonin font construire un nouvel hôtel sur l'emplacement de l'ancien, ne conservant qu'une partie des arcades. Ils font remonter les galeries du 16e siècle, témoins de deux périodes distinctes de la Renaissance toulousaine, en les fusionnant. La double galerie aujourd'hui en place est composée en rez-de-chaussée des arcades de la galerie ouest de Nolet et à l'étage des huit arcades de la galerie sud de Jean de Pins. Les médaillons en façade proviennent de la galerie de Jean de Pins, dont l'écusson martelé apparaît sur l'un des médaillons de l'étage. Sous les arcades, un médaillon porte les armoiries de Jean de Nolet. Après la destruction de l'hôtel, huit autres arcades ont été réédifiées dans la cour de l'hôtel Thomas de Montval 22 rue Croix-Baragnon en 1904. La galerie sur cour est inscrite sur l'inventaire supplémentaire des Monuments Historique le 10 juillet 1995.
Notice succincte :
L'ancien hôtel de Pins ne résista pas à la percée de la rue du Languedoc (entre 1899 et 1906). Cette demeure Renaissance avait été édifiée à partir de 1528 pour Jean de Pins et continuée par Jean de Nolet, qui confia les travaux au célèbre architecte Nicolas Bachelier. De cette séduisante bâtisse ne restent que les galeries ornées de bustes en médaillon présentées en fond de cour. L'hôtel actuel est édifié par Antonin au début du 20e siècle. Dans la mouvance du courant archéologique né dans la deuxième moitié du 19e et qui se poursuit jusqu'au début du 20e siècle, ce dernier intègre des éléments du 16e siècle et fait édifier son hôtel dans un style néo renaissance (pour les façades sur cour). C'est en effet l'époque où les architectes s'inspirent des styles anciens comme au n°3 de la rue Ozenne construit en 1908 dans un style néo-gothique. L'hôtel de Thomas de Montval, au 22 rue Croix-Baragnon, utilise également des vestiges de l'hôtel de Pins.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
brique ; pierre ; bossage
Matériaux de la couverture :
tuile
Plan :
plan régulier en U
Vaisseau(x) et étage(s) :
3 étages carrés
Elévation extérieure :
élévation ordonnancée
Commentaire descriptif :
L'hôtel de Pins se situe à l'angle de la rue du Languedoc et de la rue Bouquières. Le nouvel hôtel construit par Thillet est conçu en fonction de la double galerie du 16e siècle qui vient prendre place en avant-corps au fond de la cour d'honneur de l'édifice en forme de U. La galerie se développe sur deux niveaux. Le premier comprend quatre grandes arcades, ornées de médaillons présentant des bustes en faible relief placés aux écoinçons. La partie supérieure est divisée en quatre paires d'arcades divisées par des pilastres ioniques. L'écoinçon de chaque paire est orné d'un buste en médaillon traité en haut relief. Les corps de bâtiment qui se développent autour de la cour présentent à la fois des caractéristiques architecturales traditionnelles et l'emploi de matériaux nouveaux. Sur les côtés, les fenêtres du premier étage sont inscrites dans une embrasure à arcade, rappelant ainsi les arcades de la galerie dont les médaillons sont également figurés de manière stylisée. Au dessus de la galerie, les encadrements de fenêtres reprennent l'alternance de la brique et de la pierre des monuments toulousains. A contrario, les angles sont occupés par des oriels mêlant une architecture de métal et de verre. Les élévations des corps de bâtiment sur rue abandonnent quant à elles le style néo-renaissance pour un style plus haussmannien avec boutique en rez-de-chaussée, entresol et deux étages. La pierre est ici largement présente et crée un contraste décoratif avec la brique. Sur la rue Bouquières, l'élévation est plus simple, le seul élément de décor est apporté par la corniche qui suit la forme segmentaire des fenêtres du dernier étage, créant un mouvement ondulatoire.
Technique du décor :
sculpture
Représentation :
ornement végétal ; buste ; armoiries ; pilastre ; ordre ionique ; fronton ; guirlande
Précision sur la représentation :
Les façades sur cour sont agrémentées de bustes en médaillon au niveau des galeries et du premier étage. L'un de ces médaillons porte les armoiries de Jean de Nolet. La galerie du second niveau est scandée de pilastres ioniques. Les clés des arcs des baies du second étage des façades sur la rue du Languedoc sont ornées de guirlandes de feuillages.
Etat de conservation :
remanié

Localisation

Commune :
Toulouse
Lieu-dit ou secteur urbain :
Saint-Etienne (quartier)
Adresse :
Languedoc (rue de) 46
Aire d'étude :
Toulouse centre
Référence cadastrale :
2011 310815AB0198
Milieu d'implantation :
en ville

Oeuvres liées

Aucun dossier n'est lié à cette notice.


Illustrations

Aucune illustration n'est disponible pour cette notice.


Documents liés

Bibliographie :
AHLSELL DE TOULZA G., PEYRUSSE L., TOLLON B., Hôtels et Demeures de Toulouse et du Midi toulousain, Drémil-Lafage, Ed. Daniel Briand, 1999 ; CHALANDE J., "L'hôtel de Pins", Bulletin de la Société Archéologique du Midi de la France, 1916, p. 259-268 ; CRANGA Y. (Service Régional des Monuments Historiques), 1995 ; GRAILLOT H., Nicolas Bachelier, imagier et maçon de Toulouse au XVIe siècle, Toulouse, Privat, 1914 ; HOPMAN V., Joseph Thillet architecte, Toulouse, Université de Toulouse-Le Mirail, 1991.

Informations complémentaires

Sources :
Archives municipales de Toulouse : 26Fi36, 24Fi2282, 4D810/1
Référence :
IA31129556
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Ville de Toulouse
Rédacteur(s) :
Noé-Dufour Annie ; Krispin Laure ; Zimmermann Karyn
Date de publication :
1996 ; 2007 ; 2010
Date de mise à jour :
2014/02/25
Nature de la protection :
inscrit MH
Date de la protection :
1995/07/10 : inscrit MH partiellement
Référence de la notice M.H. :
PA00135452
Eléments remarquables :
galerie
Observations :
Les galeries situées en fond de cour révèlent, notamment dans l'emploi différencié des matériaux, deux périodes distinctes de la Renaissance toulousaine. L'hôtel construit au début du 20e siècle est à la fois représentatif du mouvement archéologique (sur cour) et de l'architecture haussmanienne (sur la rue du Languedoc).
Mairie de Toulouse. Archives municipales