Recherche en cours...


Recherche

tableau et son cadre : Portrait en pied de Jean de Pomairols, juge criminel au Sénéchal et Présidial de Rouergue

Ce tableau représentant Jean de Pomairols (1592-1656) dans son habit d'apparat est sans doute l'oeuvre d'un peintre local influencé par la peinture parisienne du milieu du 17e si

Historique

Datation :
3e quart 17e siècle
Année(s) :
1667
Commentaire historique :
Ce tableau représentant Jean de Pomairols (1592-1656) dans son habit d'apparat est sans doute l'oeuvre d'un peintre local influencé par la peinture parisienne du milieu du 17e siècle. Son auteur, non identifié, pourrait relever de l'école toulousaine. En effet, par ses charges, Jean de Pomairols est amené à se rendre à Toulouse où il a pu passer commande à un artiste de la ville. Né en 1592, décédé le 21 octobre 1656 et enterré le lendemain dans la collégiale, Jean de Pomairols épouse Jeanne de Maritan le 4 février 1617 dans l'église des Cordeliers de Villefranche-de-Rouergue. Il exerce les charges d'avocat et de procureur du roi (1615), de lieutenant criminel (1623), de président (1630). Durant la peste de 1628 (avril à décembre), les principaux habitants et les consuls quittent la ville pour fuir la contagion, Jean de Pomairols reste dans la cité pour éviter tout pillage et tumulte. Au début de 1629, la ville est réinvestie. Par délibération consulaire du 16 février 1629, le jardin et la maison de Jean de Pomairols sont anoblis. En 1630, on installe dans la salle d'audience du Consulat un tableau et une plaque de cuivre en l'honneur de ses services rendus à la ville. Par lettre patente du 14 juillet 1633, le roi donne 600 livres de pension annuelle à Jean de Pomairols pour ses services rendus à Villefranche-de-Rouergue à l'occasion de la peste de 1628. Toutefois, en 1667, suite à quelques contestations au sujet du Consulat, le portrait peint à l'huile et la plaque sont brisés et enlevés par le sieur François Bouffard, conseiller, beau-frère de Mr Durieu, juge mage. Un procès criminel se tient entre Jean de Pomairols et les consuls, tenus pour responsables de cette violente action. Suite au procès, un arrêt du parlement de Toulouse lui donne raison. Les consuls sont condamnés à refaire, à leurs frais, un nouveau portrait ainsi qu'une nouvelle plaque de cuivre. Ce tableau est à mettre en relation avec une toile du Musée Municipal Urbain Cabrol à Villefranche-de-Rouergue qui illustre l'action de Jean de Pomairols lors de la peste de 1628.

Description

Catégorie technique :
peinture ; menuiserie
Matériaux et technique :
toile (support, en un seul lé) : peinture à l'huile, sur apprêt ; bois (en plusieurs éléments) taillé, mouluré, peint faux or, noir, vernis ; métal : fondu, découpé, peint faux or, noir
Commentaire descriptif :
L'oeuvre est une peinture à l'huile sur un support de toile. La toile, d'une texture assez grossière, est constituée d'un seul lé. La figure se détache sur un fond formé d'un large aplat de couleur marron, à l'exception d'une partie située à l'angle supérieur dextre avec un blason peint polychrome. La partie inférieure de la toile est ornée d'un cartouche rectangulaire peint en trompe-l'oeil avec une inscription peinte en lettres d'or sur un fond noir. Le cadre en bois mouluré peint en noir, assemblé à onglet, comporte également un décor peint faux or. Une plaque en métal peint faux or et de couleur noire surmonte la partie supérieure du cadre. Cette plaque, à usage de cartel, est découpée à l'imitation d'un cartouche, et présente une inscription peinte en lettres dorées sur fond noir.
Représentation :
portrait (homme, juge, en pied, de trois-quarts, fauteuil) ; ornement à forme végétale (palmette : acanthe, cartouche, laurier, perles)
Précision sur la représentation :
Jean de Pomairols est représenté en pied, de trois-quarts, sous les traits d'un homme imberbe d'âge mûr, fixant le spectateur. Il semble poser sa main senestre sur sa hanche tandis que son autre bras repose sur un fauteuil de bois au dossier droit, dont la garniture de siège et de dossier est en tissu noir. Pomairols est vêtu de l'habit noir rappelant sa fonction de juge criminel au Sénéchal et Présidial de Rouergue. La partie inférieure de la toile est ornée d'un cartouche rectangulaire peint en trompe-l'oeil. Le cadre est orné de cartouches à décor de palmettes d'acanthe et de perles, le cartel, d'une frise de tores de lauriers.
Dimensions :
h = 193,5 ; la = 106
Précisions sur les dimensions :
Dimensions de la toile à l'ouverture du cadre. Dimensions avec le cadre : h = 216,5, la = 129. Dimensions avec la plaque : h = 242,5.
Etat de conservation :
mauvais état
Précisions sur l'état :
Une petite déchirure verticale est visible au niveau de la bouche du personnage. La surface picturale est affectée par un réseau généralisé de craquelures et de chancis. Au revers de la toile, on remarque 10 réparations sommaires de déchirures.
Marques et inscriptions :
inscription donnant l'identité du modèle (sur l'oeuvre, latin, sur partie rapportée, français) ; armoiries (peintes, sur l'oeuvre)
Précisions sur les inscriptions :
Cartel : "noble jean/de pomairols/seigneur/de grammond,/président en/1629". Inscription dans le cartouche : "TALIS ERAT QUI ME FUNESTIS CLADIBUS ICTAM/SUSTINVIT PRAESENS ET IN IPSA MORTE REFAECIT/QUEM NUNC ILLA MANET MAGNAE PIETATIS IMAGO/PARVA SED AD SEROS MAIOR VENTURA NEPOTES/SI QUID AMOR PATRIAE SI QUID BENEFACIA INVATIS". Armoiries de Pomairols : "D'argent, au pommier, arraché, de sinople, fruité de gueules, au lion de sable, longé de gueules et passant".

Localisation

Commune :
Villefranche-de-Rouergue
Adresse :
Guiraudet (Promenade du)
Aire d'étude :
Aveyron
Edifice de conservation :
hôtel de ville
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
galerie, 1er étage

Oeuvres liées

Vue de la façade principale de l'édifice construit par les architectes Etiennne-Joseph Boissonnade et Jean-Baptiste Vanginot à partir de 1861.
Suite à l'établissement du siège de la sénéchaussée de Rouergue à Villefranche-de-Rouergue, un bâtiment est construit en 1371, puis agrandi en 1551 suite à la création du Présidial. Occupant l'actuel emplacement du théâtre et de ses abords, le vieux palais de justice tombe en ruine au milieu du 19e siècle, malgré les réparations apportées depuis la Révolution. Dès 1838, l'admini
Vue de l'oeuvre, cuivre, par L. Puergy, 1629.
Cette plaque de cuivre est l'oeuvre du graveur L. Puerguy qui doit vraisemblablement être un artiste local. Portant la date de 1629, cette plaque de cuivre est remarquable par son état de conservation ainsi que par ses décors à relief gravé très travaillés. Les pourtours de la lettre ornée "O" qui contient les armoiries de la famille de Pomairols et le blason de la ville sont délimités p

Illustrations


Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), hôtel de ville.
Référence : IVR73_20051200155NUCA - Vue de l'oeuvre, huile sur toile, 1667. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), hôtel de ville.
Référence : IVR73_20051200156NUCA - Détail du visage et des armoiries de Jean de Pomairols. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), hôtel de ville.
Référence : IVR73_20051200157NUCA - Détail du cartel surmontant la partie supérieure du cadre. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Aucun document n'est lié à cette notice.


Informations complémentaires

Référence :
IM12000396
Copyright :
(c) Ville de Villefranche-de-Rouergue ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Tournemire Luc
Date de publication :
2004
Date de mise à jour :
2014/10/17
Date de la protection :
1977/11/15 : classé au titre objet
Référence de la notice M.H. :
PM12000643
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler