Recherche en cours...


Recherche

statuette : La Muse d'André Chenier

Cette oeuvre de jeunesse du sculpteur ruthénois Pierre Denys Puech (1854-1942), alors Grand Prix de Rome, fut imaginée en 1886-1887. Le Musée d'Orsay à Paris conserve une esqui

Historique

Datation :
1er quart 20e siècle
Année(s) :
1900
Auteur de l'oeuvre :
Puech Denis = Puech Denys Pierre (sculpteur)
Personne(s) liée(s) à l'histoire de l'oeuvre :
Hild Joseph (donateur)
Atelier ou manufacture :
Française (école)
Lieu d'exécution :
Italie, Latium, Rome
Stade de la création :
version
Commentaire historique :
Cette oeuvre de jeunesse du sculpteur ruthénois Pierre Denys Puech (1854-1942), alors Grand Prix de Rome, fut imaginée en 1886-1887. Le Musée d'Orsay à Paris conserve une esquisse en plâtre de la première version de l'oeuvre. Pour son envoi de seconde année à la Villa Médicis, l'artiste avait d'abord pensé à une composition de Homère mourant ou à La mort du grand-père, et surtout à une figure de jeune soldat qu'il abandonna définitivement en février 1887. Le 3 mars 1887, dans une lettre à Chabrier, Puech écrit que sa "petite muse est en bon train, j'ai fait faire des moulages sur nature pour rattraper le temps perdu". On en connaît un exemplaire en plâtre de 1887. Dès 1876, l'artiste souhaite traiter un sujet tiré d'André Chénier : La jeune Tarentine. Lorsqu'en octobre 1886 il reprend cette idée, il s'oriente vers une illustration de sa mort plutôt que de s'inspirer du contenu des écrits littéraires du poète. Le sculpteur prit pour modèle de la tête de la Muse son amie intime, la cantatrice millavoise Emma Calvé, alors en tournée à Rome et Milan. Le médaillon de David d'Angers représentant André Chénier a inspiré Puech pour traiter les traits du célèbre poète girondin. Il semble que l'artiste se soit inspiré de la composition La Muse du sculpteur Louis Hubert Noël dit Louis Noël. L'exemplaire en bronze réalisé en 1900 et offert à la ville de Villefranche-de-Rouergue, en août 1939, par Maître Joseph Hild, grand ami de Denys Puech est une seconde version de l'oeuvre. Il présente quelques différences par rapport aux deux exemplaires en marbre datés de 1888 dont l'un est conservé au Musée Denys Puech à Rodez et l'autre au Musée d'Orsay. En effet, dans la seconde version, Denys Puech à rajouté une draperie sur laquelle la Muse est assise. Il s'agit très vraisemblablement de la réduction en bronze éditée par A.A. Hébrard d'après la réduction en marbre présentée à l'Exposition Universelle de 1900 à Paris. Cette réduction en marbre et en bronze comporte en effet une terrasse en forme de rochers remplaçant la terrasse circulaire moulurée de l'oeuvre exécutée en 1887. Le marbre du musée de Rodez comporte également cette terrasse rocheuse. Réalisé par un atelier de menuiserie local, le piédestal fut également dessiné par Pierre Denys Puech.

Description

Catégorie technique :
fonderie ; sculpture
Matériaux et technique :
bronze : fondu ; chêne (en plusieurs éléments) : taillé, mouluré, peint, faux bois
Commentaire descriptif :
Cette statuette est en bronze. Il s'agit d'une ronde-bosse au revers sculpté. L'oeuvre repose sur un socle en bois de plan à forme complexe imitant le contour de la terrasse en forme de rocher. Ce socle est lui-même posé sur un piédestal en chêne de plan rectangulaire.
Représentation :
figure (muse, jeune fille, nu, assis, baiser, sculpture : tête, homme de lettres : poésie)
Précision sur la représentation :
L'oeuvre représente une jeune fille nue assise une terrasse rocheuse, tenant dans ses bras et semblant embrasser une réplique de la tête du poète André Chenier. Il s'agit d'une allégorie de l'inspiration poétique.
Dimensions :
h = 51 ; la = 40 ; pr = 36
Précisions sur les dimensions :
Dimensions de la statuette.
Marques et inscriptions :
signature (en creux, sur l'oeuvre) ; date (en creux, sur l'oeuvre)
Précisions sur les inscriptions :
Inscription sur la terrasse rocheuse : "D. PUECH/1900".

Localisation

Commune :
Villefranche-de-Rouergue
Adresse :
Guiraudet (promenade du)
Aire d'étude :
Villefranche-de-Rouergue (commune)
Edifice de conservation :
hôtel de ville
Emplacement de l'oeuvre dans l'édifice :
galerie, 1er étage

Oeuvres liées

Vue de la façade principale de l'édifice construit par les architectes Etiennne-Joseph Boissonnade et Jean-Baptiste Vanginot à partir de 1861.
Suite à l'établissement du siège de la sénéchaussée de Rouergue à Villefranche-de-Rouergue, un bâtiment est construit en 1371, puis agrandi en 1551 suite à la création du Présidial. Occupant l'actuel emplacement du théâtre et de ses abords, le vieux palais de justice tombe en ruine au milieu du 19e siècle, malgré les réparations apportées depuis la Révolution. Dès 1838, l'admini

Illustrations


Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), hôtel de ville.
Référence : IVR73_20051200112NUCA - Vue de l'oeuvre, bronze, par Denys Pierre Puech, 1900. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), hôtel de ville.
Référence : IVR73_20051200113NUCA - Vue de la statue, bronze, par Denys Pierre Puech, 1900, sur son piédestal en bois. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Aucun document n'est lié à cette notice.


Informations complémentaires

Référence :
IM12000395
Copyright :
(c) Ville de Villefranche-de-Rouergue ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Guiochon Xavier-Philippe ; Tournemire Luc
Date de publication :
2004
Date de mise à jour :
2014/10/17
Intérêt de l'oeuvre :
à signaler