Recherche en cours...


Accueil > Rechercher > Recherche Base de données

Recherche

hôtel Duranti puis de Caulet dit également Resseguier ; actuellement grand magasin les Nouvelles Galeries

Lors de la construction des Nouvelles Galeries en 1960, une partie de l'hôtel a été détruite. Protégé in extremis au titre des Monuments Historiques, cet hôtel du début du

Historique

Datation principale :
2e moitié 16e siècle ; 1er quart 17e siècle ; 3e quart 20e siècle
Datation secondaire :
18e siècle
Année(s) :
1603 ; 1960
Justification de la datation :
daté par source
Auteur de l'oeuvre :
Planiol Antoine (maître charpentier) ; Menville Guillaume (maître charpentier) ;Fenié Jean (maître maçon) ;Pons Gabriel (maître maçon) ; Noble Jean (fondeur) ; Noble Dominique (fondeur) ; Campmartin Pierre (tailleur de pierre) ; Mialhe René (architecte) ;
Justification de l'attribution :
attribution par source
Commentaire historique :
Selon les actes notariés transcris par Michèle Eclache dans son ouvrage "Demeures toulousaines du 17e siècle", cet hôtel, aurait été construit en plusieurs étapes par des propriétaires différents. Les premiers travaux sont réalisés pour Jean Etienne de Durand dit Duranti, premier président au parlement, assassiné par les ligueurs en 1589. Au moment où ses héritiers vendent la propriété en 1600 à Jean Georges de Caulet, trésorier général de France, l'édifice se compose du corps de bâtiment en fond de cour et d'une l'aile en retour côté est. Caulet entreprend aussitôt une nouvelle campagne de travaux pour terminer la bâtisse. A cette occasion cinq baux à besognes sont signés entre 1601 et 1603 pour construire et couvrir le pavillon ouest et édifier les tours d'angle. Le 6 août 1601, le charpentier Antoine Planiol associé à Guillaume Menville, est chargé de tailler la charpente ; les maçons Jean Fenié et Gabriel Pons, maîtres maçon signent un bail le 2 février 1602 pour édifier le pavillon ouest ; 21 jours plus tard, un autre contrat est conclu avec les frères Noble, Jean et Dominique, tous deux maîtres plombeur, pour couvrir le corps de bâtiment d'ardoises et fondre tous les éléments en plomb nécessaires ; le 15 avril 1603, le tailleur de pierre Campmartin s'engage à tailler les cheminées, les marches des escaliers ainsi que toutes les pierres composant les jambages des baies, les cordons, agrafes et consoles ; Le même jour un autre bail est signé de nouveau avec le maître maçon Fenié qui doit ériger les tours d'angle. A la fin du 17e siècle, l'édifice devient la propriété de la famille Rességuier qui au cour du 18e siècle entreprend des aménagements pour mettre l'hôtel au goût du jour : l'ordonnancement de la façade principale est repris et les ouvertures sont modifiées, entraînant la disparition des meneaux et traverses au profit de l'arc segmentaire. De même, le portail sur rue est repris. Au 19e siècle, l'hôtel devient un immeuble de rapport. En 1960, l'édifice est partiellement détruit (façade arrière) pour être accolé à un bâtiment neuf destiné à accueillir le grand magasin les Nouvelles Galeries. Celui-ci est construit pour la société immobilière des Nouvelles Galeries d'après les plans des architectes René Mialhe et André Dubard de Gaillarbois. Les premiers projets datent de mai 1958. Un permis rectificatif datant de 1961 concerne une extension : la création d'un 6e étage pour recevoir un snack bar (A.M.T : 693W231). Cette même année, les vestiges de l'hôtel de Caulet (façade, toiture et escalier intérieur) sont protégés au titre des Monuments historiques. L'inauguration du nouveau magasin se déroule le 7 mai 1962. Les peintures du pafond ont actuellement presque entièrement disparu.
Notice succincte :
Lors de la construction des Nouvelles Galeries en 1960, une partie de l'hôtel a été détruite. Protégé in extremis au titre des Monuments Historiques, cet hôtel du début du 17e siècle possède un plafond peint à la française. Remanié au 18e siècle par la famille Rességuier, il conserve son plan en U mais les ouvertures sont remises au goût du jour, avec notamment les occuli.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
brique ; béton armé ; pan de métal ; mur-rideau ; badigeon ; plaquis
Matériaux de la couverture :
tuile ; ardoise
Plan :
plan régulier en U
Vaisseau(x) et étage(s) :
3 étages de sous-sol ; 6 étages carrés
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; toit à l'impériale ; terrasse
Escalier :
escalier dans-oeuvre ; escalier tournant à retours ; escalier hors-oeuvre ; escalier en vis
Commentaire descriptif :
L'hôtel de Caulet est un édifice en U, disposé à l'origine entre cour et jardin. Deux tours d'escalier en vis sont situées dans les angles. Coiffées d'un toit à l'impériale en ardoise, elles s'élèvent au dessus du reste du bâtiment qui se développe sur trois étages. Construit en brique, le corps de logis et ses ailes sont couverts d'un toit à longs pans de tuile. La pierre est toutefois utilisée pour certains éléments : encadrement des baies, cordons, consoles et agrafes. Le bâtiment neuf du grand magasin a été réalisé avec une ossature de poteaux et de poutres en béton et un remplissage de briques. La façade a été ensuite recouverte de dalles de pierre de travertin. Sur la rue Montardy, la façade est un mur-rideau composé de montants verticaux en aluminium et de verres. Le snack bar réalisé sur le toit terrasse du grand magasin a été démoté. Ce niveau accueille toujours un restaurant mais celui-ci n'occupe que partiellement l'espace, le reste étant dévolu à la vente de produits.
Technique du décor :
sculpture ; peinture
Représentation :
pilastre
Précision sur la représentation :
Plafond peint à la française. Consoles scultptées du portail. Decor de pilastre de l'escalier.
Typologie :
hôtel entre cour et jardin

Localisation

Commune :
Toulouse
Lieu-dit ou secteur urbain :
Alsace (quartier)
Adresse :
Lieutenant-Colonel-Pelissier (rue du) 3 ; Lapeyrouse (rue) 6
Aire d'étude :
Toulouse centre
Référence cadastrale :
2011 310819AB0268
Milieu d'implantation :
en ville

Oeuvres liées

Aucun dossier n'est lié à cette notice.


Illustrations

Aucune illustration n'est disponible pour cette notice.


Documents liés

Bibliographie :
Eclache. Demeures toulousaines du XVIIe siècle : sources d'archives (1600-1630 environ). Collection Méridiennes, Université de Toulouse-Le Mirail, 2006 ; Cattlar. Les Nouvelles Galeries 1958-1962 dans Plan Libre, n°46, janvier 2007.

Informations complémentaires

Sources :
AMT, 693W231.
Référence :
IA31131820
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Ville de Toulouse
Rédacteur(s) :
Friquart Louise-Emmanuelle ; Krispin Laure ; Moussay Sonia
Date de publication :
2007
Date de mise à jour :
2014/02/25
Nature de la protection :
inscrit MH partiellement
Date de la protection :
1961/07/01 inscrit MH partiellement
Référence de la notice M.H. :
PA00094540
Eléments remarquables :
escalier
Observations :
Malgré une dénaturation de l'ensemble de l'hôtel par l'installation du magasin, les peintures du plafond et l'escalier sont des témoignages des aménagements intérieurs du 17e siècle.
Mairie de Toulouse. Archives municipales