Recherche en cours...


Accueil > Rechercher > Recherche Base de données

Recherche

églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon

La première mention du monastère Saint-Sauveur ne date que de 1191, date à laquelle y fut reçu un hommage du vicomte de Turenne. Celle d'un prieur est de 1193 et ce n'est qu'à

Historique

Datation principale :
4e quart 12e siècle ; 1ère moitié 16e siècle
Commentaire historique :
La première mention du monastère Saint-Sauveur ne date que de 1191, date à laquelle y fut reçu un hommage du vicomte de Turenne. Celle d'un prieur est de 1193 et ce n'est qu'à cette date que les moines de Tulle obtinrent une confirmation définitive de leurs droits sur Rocamadour en désintéressant l'abbaye de Marcilhac. Quant à l'église Saint-Sauveur, elle n'apparaît dans les comptes des receveurs pontificaux qu'en 1236, avec la chapelle Saint-Michel. Si l'on considère que le logis abbatial, édifié avec certitude peu avant 1223, fut sans doute bâti après l'église Saint-Sauveur, les documents écrits nous invitent donc à situer la construction de cette dernière entre 1191 et 1223, ce qui revient à l'attribuer non pas Géraud de Scorailles mais à ses successeurs. Edifiée antérieurement, l'église basse pourrait avoir été entreprise autour de 1183. Ces évaluations sont en accord avec le caractère stylistique des bâtiments conservés. Les voûtes d'ogives des églises haute et basse, dédiée au saint Sauveur et à saint Amadour, sont très proches dans leur conception de celles de la première travée de nef de l'abbatiale de Tulle que l'on situe dans les dernières décennies du 12e siècle.
Les caractères stylistiques et la modénature de l'église haute, notamment les tailloirs à baguette et double quart de rond, les bases à scoties aplaties et les branches d'ogives appareillées sont très proches de ceux que l'on observe dans le choeur de Saint-Amand-de-Coly, la première travée de nef de Tulle ainsi que dans la nef d'Obazine. Ces rapprochements confirment les dates suggérées par les textes en situant l'édification des deux églises entre les années 1180 et 1190.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; pierre de taille
Matériaux de la couverture :
tuile plate
Plan :
plan allongé
Vaisseau(x) et étage(s) :
2 vaisseaux
Voûtes :
voûte d'ogives
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; croupe
Commentaire descriptif :
L'église prieurale Saint-Sauveur s'inscrit dans un important édifice quadrangulaire orienté, auquel se greffe, au nord, un corps secondaire à vocation militaire. La déclivité du substrat rocheux a permis de dégager deux niveaux de terrasses et de disposer une église basse, dédiée à saint Amadour, sous le niveau de l'église Saint-Sauveur.
L'église Saint-Amadour, dite "église basse", occupe un volume rectangulaire de deux travées inégales, orienté nord-sud. Le portail d'entrée est à deux ressauts en arc brisé, soulignés par une archivolte torique. Les deux travées sont séparées par un épais doubleau en arc brisé, retombant sur des piles et sont couvertes par des croisées d'ogives à peine bombées, reposant sur des colonnes biaises à chapiteaux lisses et tailloirs en double quart de rond. Les branches d'ogives épaisses et appareillées, à clé composée ou sans clé, offrent une version simplifiée de celles du clocher-porche de Moissac. Deux grandes fenêtres en plein cintre et à double ébrasement ouvrent dans l'élévation est. Au-dessus du portail, un enfeu dont la mouluration est caractéristique du 14e siècle a été réinséré dans la maçonnerie d'origine.
L'église Saint-Sauveur, dite "église haute", est trois fois plus étendue que l'église basse et présente deux nefs égales de trois travées articulées sur deux piliers composés de faisceaux de colonnes. Correspondant aux deux nefs, deux absides on été aménagées dans l'épaisseur de l'élévation orientale. Les chapiteaux lisses diffèrent de ceux de l'église basse par leurs tailloirs insérant une baguette entre les deux quarts de ronds (sauf élévation ouest). Les six croisées d'ogives légèrement bombées présentent des branches chanfreinées sans clé. Deux portails donnent accès à l'église. Le premier, refait au 19e siècle, ouvre sur le parvis. Il est en arc brisé et présente trois voussures étoffées de moulures limousines sous une archivolte à damiers. Le second, très endommagé mais en partie authentique, ouvre sur la chapelle Notre-Dame. Une importante rupture dans le parement de l'élévation sud montre que celui-ci a fait l'objet d'une réfection importante dont l'époque, s'il ne s'agit pas d'une réfection moderne, reste difficile à préciser.

Localisation

Commune :
Rocamadour
Aire d'étude :
Lot
Edifice de conservation :
ensemble religieux
Référence de l'édifice de conservation :
IA46000297
Référence cadastrale :
2011 AS 105
Milieu d'implantation :
en village

Oeuvres liées

Chapelle Sainte-Anne. Portail provenant de L'Hôpital-Beaulieu, à Issendolus. Détail des chapiteaux de droite.
Le toponyme Rocamadour évoque une ancienne fortification de falaise. Une telle fortification a bien existé et apparaît encore sur d'anciennes gravures à l'emplacement de l'actuelle " maison à marie ". L'église (ecclesia Rupis Amatoris) aurait été donnée dans le premier tiers du 11e siècle à l'abbaye de Marcilhac par un évêque de Cahors que le chanoine Albe pensait être de la famille
Vue de l'oeuvre, huile sur toile, copie d'après Le Sueur par Hippolyte-Dominique Holfeld, 1849 (dépôt de l'Etat en 1852).
Ce tableau porte la signature du peintre d'histoire et portraitiste Hippolyte-Dominique Holfeld (1804-1872). Elève à l'Ecole des Beaux-Arts d'Abel de Pujol et Hersent, il participe aux Salons à partir de 1831. En 1832, il est deuxième Prix de Rome. Ce tableau est une copie d'après l'une des 22 compositions du cycle exécuté par Eustache Le Sueur de 1645 à 1648 pour le cloître du couvent de
Vue de l'oeuvre, huile sur toile, copie d'après Le Sueur par Hippolyte-Dominique Holfeld, 1849 (dépôt de l'Etat en 1852).
Ce tableau porte la signature du peintre d'histoire et portraitiste Hippolyte-Dominique Holfeld (1804-1872). Elève à l'Ecole des Beaux-Arts d'Abel de Pujol et Hersent, il participe aux Salons à partir de 1831. En 1832, il est deuxième Prix de Rome. ce tableau est une copie d'après l'une des 22 compositions du cycle exécuté par Eustache Le Sueur de 1645 à 1648 pour le cloître du couvent de

Illustrations


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608409NUDA - Extrait du plan cadastral 2011 AS. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608428NUCA - Elévation est. Le donjon est individualisé par les deux contreforts de droite. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608429NUCA - Elévation est, travée centrale. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608430NUCA - Le donjon vu depuis le nord-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608431NUCA - Elévation nord, fenêtres de l'église Saint-Sauveur. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608432NUCA - Elévation nord de l'église Saint-Sauveur, en retrait par rapport au donjon. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608433NUCA - Parvis, vue depuis le sud-ouest. A gauche, l'église Saint-Sauveur. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608434NUCA - Eglise Saint-Amadour, porte d'entrée, au sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608435NUCA - Eglise Saint-Amadour, vue intérieure depuis le sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608436NUCA - Eglise Saint-Amadour, élévation ouest vue depuis le sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608437NUCA - Eglise Saint-Amadour, élévation ouest, pilier de l'arc doubleau et colonnes engagées. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608438NUCA - Eglise Saint-Amadour, travée de choeur vue depuis le sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608439NUCA - Eglise Saint-Amadour, voûte de la travée de choeur : croisement des branches d'ogives. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608440NUCA - Eglise Saint-Amadour, base de colonne engagée. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608441NUCA - Eglise Saint-Amadour, voûte de la travée sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608442NUCA - Eglise Saint-Amadour, voûte de la travée sud : rencontre des branches d'ogives. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608443NUCA - Eglise Saint-Sauveur, élévation sud, sur le parvis. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608444NUCA - Eglise Saint-Sauveur, voûte de l'angle sud-est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608445NUCA - Eglise Saint-Sauveur, élévation sud. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608446NUCA - Eglise Saint-Sauveur, voûtes de l'angle sud-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608447NUCA - Eglise Saint-Sauveur, pile et voûte de l'angle nord-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608448NUCA - Eglise Saint-Sauveur, pile et voûtes des travées ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608449NUCA - Eglise Saint-Sauveur, chapiteaux et voûtes des travées ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608450NUCA - Eglise Saint-Sauveur, élévation nord : triple colonne et départ des voûtes des travées centrale et orientale. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608451NUCA - Eglise Saint-Sauveur, bases de colonnes d'une pile centrale. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Rocamadour (Lot), églises Saint-Amadour et Saint-Sauveur et donjon.
Référence : IVR73_20114608452NUCA - Eglise Saint-Sauveur, bases de colonnes. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Rocacher (Jean), La cité religieuse de Rocamadour, dans Congrès archéologique de France, 147e session, 1989. Quercy, Paris, S.F.A., 1993, p. 448-451.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Parc Naturel Régional des Causses du Quercy
Référence :
IA46101365
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot
Rédacteur(s) :
Séraphin Gilles ; Scellès Maurice
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2013/10/03
Date de la protection :
2000/12/14 : classé MH
Conseil général du Lot