Recherche en cours...


Accueil > Rechercher > Recherche Base de données

Recherche

collégiale Saint-Jean puis Saint-Louis

Cette église qui remplace un édifice plus ancien, sans doute du 13e siècle, a été élevée à partir de 1507 par Jacques de Castelnau, suivant le voeu de son père, le baron J

Historique

Datation principale :
1er quart 16e siècle
Commentaire historique :
La chapelle castrale est reconstruite dans le premier quart du 16e siècle, à partir de 1507, par Jacques de Castelnau, en exécution du voeu de son père, le baron Jean II de Castelnau-Caylus, chambellan de Louis XI, mort en 1505. Fils de Jean II et d'Anne de Culan, Jacques de Castelnau avait épousé Françoise de La Tour, fille d'Agnet, vicomte de Turenne, et d'Anne de Beaufort. Erigée en collégiale en 1506, l'église prend le vocable de Saint-Louis à la fin du 16e siècle. Le choeur conserve des vitraux des environs de 1510. La chapelle est devenue église paroissiale au 19e siècle.
Notice succincte :
Cette église qui remplace un édifice plus ancien, sans doute du 13e siècle, a été élevée à partir de 1507 par Jacques de Castelnau, suivant le voeu de son père, le baron Jean II de Castelnau-Caylus, chambellan de Louis XI, mort en 1505. Elle fut érigée en collégiale par le pape Jules II et dédiée dans un premier temps à saint Jean. Ce n'est qu'à la fin du 16e siècle qu'elle est placée sous le vocable de saint Louis. Le blason des Castelnau timbre le portail. L'architecture intérieure est sobre mais élégante grâce aux baies ornées de remplages et aux voûtes sur croisées d'ogives à liernes. Cette sobriété est compensée par un riche mobilier, retable et tabernacle du 17e siècle, stalles Renaissance en bois sculpté inspirées de celles de la cathédrale d'Auch. Quelques vitraux du 16e siècle sont conservés, notamment celui du choeur représentant Jean II de Castelnau et Anne de Culan en orants avec leurs saints patrons. Dans la chapelle sud est présenté un trésor dont la pièce maîtresse est le "bras de Saint Louis", reliquaire de la fin du 16e siècle en argent et cuivre doré, donné par Louise de Bretagne, dame d'honneur de Catherine de Médicis et épouse de Guy de Castelnau.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; pierre de taille
Matériaux de la couverture :
tuile plate
Plan :
plan en croix latine
Vaisseau(x) et étage(s) :
1 vaisseau
Voûtes :
voûte d'ogives
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; croupe ; croupe polygonale ; toit à un pan
Commentaire descriptif :
L'église est une construction massive, à contreforts très importants, en raison du terrain escarpé, dont l'abside polygonale fait à peine saillie entre les deux chapelles latérales. La chapelle nord porte un clocher peu élevé. Le portail ouvre à l'ouest : l'arc segmentaire surbaissé est surmonté d'un tympan défini par une archivolte au tracé brisé, où est encastré un relief aux armes des Castelnau dont l'encadrement de bobines est la seule référence, dans l'édifice, au vocabulaire de la Renaissance (il semble d'ailleurs avoir été inséré après-coup). La nef et le choeur sont voûtés d'ogives à liernes, les nervures à double cavet retombant en pénétration dans les colonnes engagées. Une litre funéraire est appliquée à même la pierre. Les chapelles sont couvertes de croisées d'ogives amorties sur des culots.
Technique du décor :
sculpture ; vitrail
Représentation :
tête humaine ; armoiries
Précision sur la représentation :
Les culots des chapelles sont sculptés de têtes humaines. Armoiries des Castelnau-Calmont sur le tympan du portail : aux 1 et 4 de (gueules) au château (d'or) qui est de Castelnau, aux 2 et 3 (d'azur) au lion (d'argent) qui est de Caumont. L'écu est porté par deux hommes sauvages.
Armoiries non identifiées sur une clef de voûte : mi-parti, au 1 écartelé en a de gueules au château à trois tours d'or, en b d'or (?) au lion de sable, qui est de Castelnau, au 2 en a d'azur semi de fleurs de lis d'or à la tour de sable brochant sur le tout, qui est de La Tour, en b coticé d'or et de gueules, qui est de Turenne (support : deux aigles et au-dessous un phylactère enroulé autour d'un bâton écoté).
Armoiries non identifiées sur une clef de voûte : mi-parti, au 1 écartelé en a de gueules au château à trois tours d'or, en b d'or (?) au lion de sable, qui est de Castelnau, au 2 tiercé en pal en a de sable au lambel d'or, en b de sable à cinq fusées de gueules, en c de sable à (...).
Armoiries non identifiées sur une clef de voûte : écartelé, aux 1 et 4 de gueules au château d'or à trois tours, qui est de Castelnau, aux 2 et 3 d'azur au lion passant de sable (qui est de Calmont ?).
Armoiries non identifiées sur une clef de voûte : mi-parti, au 1 écartelé en a (de gueules) au château à trois tours (d'or), en b (d'or) au lion de (sable), au 2 de (...) semé d'étoiles de (...), au lion couronné de (...) chargé d'un verrou de (...) brochant sur le tout.
Etat de conservation :
bon état

Localisation

Commune :
Prudhomat
Lieu-dit ou secteur urbain :
Castelnau
Aire d'étude :
Lot
Référence cadastrale :
2011 A 542
Milieu d'implantation :
en écart

Oeuvres liées

Vue d'ensemble du bras reliquaire de saint Louis.
Ce bras-reliquaire de saint Louis en cuivre et argent repoussé sur âme de bois daterait de la fin du 13e ou du début du 14e siècle. Le geste est celui de la parole, du commandement. Le reliquaire proviendraiet de Louise de Bretagne, descendante des Capétiens, dame d'honneur de Catherine de Médicis et épouse de Guy 1er de Castelnau-Clermont. C'est sous sa régence de la baronnie que l'églis
Vue d'ensemble.
Ce groupe sculpté en pierre polychrome du 15e siècle représente Le Baptême du Christ par saint Jean-Baptiste, iconographie fréquemment associée dans les églises aux fonts baptismaux.
Vue d'ensemble du groupe sculpté : Vierge à l'Enfant.
Cette sculpture en pierre polychrome du 15e siècle représente la Vierge à l'Enfant. La Vierge est habillée à la mode contemporaine et l'Enfant Jésus tient la colombe du saint Esprit et le pain de la vie dans ses mains.
Vue d'ensemble des stalles de la nef depuis le choeur.
Ces stalles forment un ensemble exceptionnel par leur ampleur - peut être moindre aujourd'hui qu'à l'origine - et par la qualité de sa sculpture qui, en ce début de 16e siècle, s'inscrit encore dans le style gothique flamboyant. Si l'iconographie rend hommage aux grandes figures catholiques ainsi qu'à la famille des Castelnau-Caylus, dont le baron Jacques (1505 à 1515) aurait achevé la con
Vue de détail de miséricorde et appui
Ces stalles aurait été commandé par Jacques de Castelnau, baron de 1505 à 1515 au moment de la construction de la collégiale, à partir de 1507. L'historiographie indique que ce serait son neveu, le cardinal François-Guillem de Castelnau Clermont-Lodève, qui aurait fait venir les artisans italiens des stalles de la cathédrale d'Auch dont il fut archevêque entre 1507 et 1511. L'iconographi
Vue d'ensemble de la stalle de célébrant du choeur.
Cette stalle présente la même structure et le même type de sculpture que l'ensemble des stalles de la nef. Elle procède vraisemblablement de la même commande que l'ensemble des stalles conservées dans l'église et datées du début du 16e siècle.
Vue d'ensemble des stalles doubles du choeur.
Cette double stalle présente une structure et un style identique aux stalles de la nef. Elle procède de la même commande au début du 16e siècle.
Vue d'ensemble de la stalle de célébrant de la chapelle latérale sud.
Cette stalle procède de la même commande que l'ensemble des stalles de la nef et du choeur au début du 16e siècle. Sa structure asymétrique invite à penser qu'elle a du être détachée d'un ensemble plus vaste pour être utilisée seule.
Vue d'ensemble du groupe sculpté : Vierge à l'Enfant.
La chapelle latérale sud accueille une sculpture de la Vierge à l'Enfant, entièrement en bois doré à la feuille, probablement du 17e siècle.
Vue d'ensemble de la croix de confrérie.
Cette croix de confrérie entièrement en bois et datable du 18e siècle a perdu deux patères qui permettaient d'accrocher une écharpe de confrérie autour des branches.
Vue de détail de la serrure.
Ce grand coffre en bois à motif de livre ouvert pourrait dater du 16e siècle.
Vue d'ensemble de la croix de confrérie.
Cette croix de confrérie entièrement en bois et datable du 18e siècle : les trois patères permettaient d'accrocher une écharpe de confrérie autour des branches.
Vue de détail du tableau : La Vierge couronnée.
L'autel secondaire à la table d'autel moderne réemploie des éléments sculptés - tabernacle, corniche et pilastres - d'un retable du début du 18e siècle aujourd'hui disparu, tout comme le 2ème autel secondaire qui lui fait pendant au sud. Le tableau représentant la Vierge couronnée pourrait dater de la fin du 18e ou du début du 19e siècle.
Vue d'ensemble de l'autel secondaire.
L'autel secondaire à la table d'autel moderne réemploie des éléments sculptés - fronton, corniche et pilastres - d'un retable du début du 18e siècle aujourd'hui disparu, tout comme le 2ème autel secondaire qui lui fait pendant au nord.
Vue d'ensemble de deux colonnettes du tabernacle.
Le retable en bois porte les armoiries des Castelnau de Clermont-Lodève ainsi que les armes des Clermont-Lodève associées à celles aujourd'hui bûchées mais identifiées par la bibliographie comme appartenant aux Saint-Baussan. En 1663, date portée sur le retable, le baron Louis de Castelnau de Clermont-Lodève se marie à Anne-Marguerite de Saint-Baussan. La bibliographie indique que ce ret
Vue d'ensemble du tabernacle en 1977
Ce tabernacle en bois sculpté et doré pourrait dater de la 2ème moitié du 17e siècle. D'après un cliché de 1977, Il prenait place sur un autel dans la chapelle sud, derrière un tableau représentant La Crucifixion.
Vue d'ensemble du tableau : La Crucifixion.
Le tableau, sans doute datable du 18e siècle, reprend la représentation traditionnelle de la Crucifixion avec Marie et Jean en y ajoutant deux évêques non identifiés mais appartenant peut-être à la famille de Castelnau. D'après un cliché de 1979, le tableau prenait place au-dessus d'un autel secondaire de la chapelle sud, derrière un tabernacle aujourd'hui disparu.
Vue d'ensemble de la baie 5.
Ne subsistent des baies de l'église que des fragments restaurés et remontés dans les années 1990. Si la scène centrale du choeur représentant La Crucifixion est aujourd'hui très partielle, les verrières latérales représentant les époux Jean II de Castelnau, à l'origine de la construction de la collégiale, et Anne de Culan, sont plus complets et lisibles. Fragmentaires et restaurées,
Vue d'ensemble des chandeliers.
Cet ensemble de 6 chandeliers en bronze pourrait dater de la fin du 17e siècle ou du début du 18e siècle.
Vue d'ensemble de l'ostensoir-soleil.
Cet ostensoir-soleil, probablement en argent doré, pourrait dater du milieu du 19e siècle.

Illustrations


Prudhomat (Lot), collégiale Saint-Jean puis Saint-Louis.
Référence : IVR73_20044600677NUCA - Elévation sud. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Prudhomat (Lot), collégiale Saint-Jean puis Saint-Louis.
Référence : IVR73_20064602919NUCA - Vue du chevet, depuis l'est. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Prudhomat (Lot), collégiale Saint-Jean puis Saint-Louis.
Référence : IVR73_20064602916NUCA - Vue d'ensemble depuis le sud-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Prudhomat (Lot), collégiale Saint-Jean puis Saint-Louis.
Référence : IVR73_20064602917NUCA - Portail ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Prudhomat (Lot), collégiale Saint-Jean puis Saint-Louis.
Référence : IVR73_20064602918NUCA - Portail ouest, détail : armoiries des Castelnau-Caumont. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Prudhomat (Lot), collégiale Saint-Jean puis Saint-Louis.
Référence : IVR73_20114608841NUDA - Extrait du plan cadastral 2011 A. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Thibault (Pascale), Le château de Castelnau-Bretenoux (coll. Itinéraires), Paris, Monum, Editions du patrimoine, s.d., p. 62-63 ;

Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de la Vallée de la Dordogne lotoise
Référence :
IA46100567
Copyright :
(c) Inventaire Général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot ; (c) Pays de la vallée de la Dordogne lotoise
Rédacteur(s) :
Séraphin Gilles ; Scellès Maurice ; Pêcheur Anne-Marie
Date de publication :
2006
Date de mise à jour :
2015/01/30
Date de la protection :
1913/03/18 : classé MH
Référence de la notice M.H. :
PA00095187
Conseil général du Lot