Recherche en cours...


Recherche

château de Saint-Dau

La première mention d'un seigneur de Saint-Dau, nommé Pierre de Cayron, remonte à 1559 : le château n'est probablement pas plus ancien. Gabriel de Cayron est seigneur de Saint-

Historique

Datation principale :
2e moitié 16e siècle ; 1er quart 17e siècle ; 1er quart 20e siècle
Datation secondaire :
18e siècle ; 1ère moitié 19e siècle
Année(s) :
1804
Justification de la datation :
porte la date
Auteur de l'oeuvre :
Bories Paul (architecte)
Justification de l'attribution :
attribution par source
Commentaire historique :
La première mention d'un seigneur de Saint-Dau, nommé Pierre de Cayron, remonte à 1559 : le château n'est probablement pas plus ancien. Gabriel de Cayron est seigneur de Saint-Dau en 1565, et en 1580 le château est assiégé par les protestants (G. Lacoste, 1886), sans que l'on sache dans quelle mesure cet événement a pu affecter l'édifice. Fille de Gabriel de Cayron, Catherine de Cayron épouse François de Boisset de la Salle avant 1602 ; elle meurt en 1631 et son mari l'année suivante. Entre temps, le 16 mars 1631, a été fondée la chapellenie de Saint-Dau, avec une chapelle aménagée au premier niveau de la tour sud. Le 18 juillet 1636, le château est vendu à Jean Vignes, bourgeois et garde des sceaux de Figeac, puis il passe à François Dumont vers 1650. Après un partage survenu le 16 juin 1723, le château est la propriété du prêtre Exupère de Blanchefort de Pause, puis celle de son neveu Jean-Jacques Lombard. Ce dernier le vend le 30 septembre 1749 à François Guary. Le nom de Ceint-d'Eau a remplacé le nom d'origine après la Révolution.
La porterie est réaménagée et restaurée vers 1871 pour Eugène Guary (C. Galinon, 2011, p. 224). Le château est agrandi au nord-est dans le style néo-Renaissance et les ouvertures de l'élévation nord sont remaniées vers 1920 par l'architecte Paul Bories, pour Gabriel Guary dont la mort, en 1922, interrompt les travaux (C. Galinon, 2011, p. 225).
Les culots d'une fenêtre de la tour sud-ouest portent les armes de la seule famille de Cayron : il faut probablement attribuer à Pierre de Cayron la construction du château dans la première moitié du 16e siècle. Les armoiries représentées sur les cheminées permettent d'attribuer à Catherine de Cayron et à François Boisset de la Salle l'achèvement ou le remaniement des corps de logis, à la fin du 16e siècle ou au début du 17e.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; moellon ; crépi
Matériaux de la couverture :
tuile creuse ; tuile plate
Vaisseau(x) et étage(s) :
rez-de-chaussée ; en rez-de-chaussée surélevé ; 3 étages carrés ; comble à surcroît
Voûtes :
voûte d'ogives
Elévation extérieure :
élévation à travées
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; toit à longs pans brisés ; toit conique ; croupe ; pignon couvert
Escalier :
escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
Commentaire descriptif :
Le logis est pourvu de deux tours de plan circulaire et d'une tour d'angle en fer-à-cheval. Cette dernière possède sur l'élévation antérieure une demi-croisée chanfreinée. Les corbeaux à triple ressaut en quart-de-rond sont également des vestiges du 16e siècle. Installée en 1631, la chapelle est située au rez-de-chaussée de la tour d'angle. Elle abritait au 16e siècle une canonnière dont il ne reste qu'un trou de visée. Au cours du 17e siècle le château d'inspiration militaire deviendra un château d'habitation. La création des nombreuses ouvertures au siècle suivant a accentué le caractère résidentiel de l'édifice. Les fenêtres du 17e siècle à fronton surhaussé ou en plein-cintre sont à entablement et éclairent les étages sur l'élévation antérieure. Le corps ouest du château comprend deux étages et le comble à surcroît, le corps oriental compte un étage supplémentaire. Toute l'élévation postérieure est remaniée vers 1920 dans un style empruntant aux siècles de l'époque moderne : de nombreuses croisées percent l'élévation nord. La croisée du pavillon ouest est un autre témoin d'un style néo-Renaissance où les moulures des 16e et 17e siècles sont confondues dans l'ouvrage. Deux pavillons de style 16e siècle encadrent un portail orné de merlons et créneaux, souvenir décoratif d'un passé militaire du site. Un des pavillons est accessible par une porte à deux vantaux pastichant le style Louis XIII. Le château est complété de quatre bâtiments dont trois antérieurs à 1833, date du plan cadastral ancien, dont la maison du gardien et un bâtiment en équerre, vraisemblablement une ancienne grange-étable, daté de 1804. La maison du gardien est en rez-de-chaussée surélevé, couvert d'un toit à croupes en tuile plate. Le bâtiment daté 1804 porte un toit à pignons couverts en tuile creuse.
Technique du décor :
peinture ; sculpture
Représentation :
ornement végétal ; angelot ; fleurs ; vase ; armoiries
Précision sur la représentation :
La chapelle porte un décor peint sommaire, un ciel étoilé avec des ornements végétaux autour de la clef de voûte sur laquelle sont représentées des armoiries très effacées (probablement celles des Cayron et des Boisset de la Salle), des angelots de part et d'autre de la fenêtre et deux bouquets de fleurs dans des vases.
Armoiries de François Boisset de la Salle et de Catherine de Cayron (?) sur le manteau d'une cheminée : parti au 1 (d'or) au chêne arraché de (sinople), (au chef d'argent chargé de deux fleurs de lis d'or), qui est de Boisset de la Salle, au 2 (d'azur) au chevron (d'argent) accompagné de trois billettes (du même), qui est de Cayron.

Localisation

Commune :
Figeac
Lieu-dit ou secteur urbain :
Ceint-d'Eau (près de)
Aire d'étude :
Figeac périphérie
Référence cadastrale :
1833 E 1219, 1222, 1224, 1227 à 1229, 1231, 1233 ; 1968 E 514
Milieu d'implantation :
isolé

Oeuvres liées

Aucun dossier n'est lié à cette notice.


Illustrations


Figeac (Lot), château de Saint-Dau.
Référence : IVR73_20134604086NUCA - Logis, détail de la façade. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Figeac (Lot), château de Saint-Dau.
Référence : IVR73_20134604085NUCA - Façade du logis, vue depuis le sud-ouest. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Figeac (Lot), château de Saint-Dau.
Référence : IVR73_20134604087NUDA - Extrait du plan cadastral 2013 E. - Séraphin, Gilles ; Scellès, Maurice, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Figeac (Lot), château de Saint-Dau.
Référence : IVR73_20134604090NUCA - Extrait du plan cadastral 1833 E3. - Galinon, Christophe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Conseil général du Lot.


Documents liés

Bibliographie :
Champeval (M. J.-B.), Pages d'histoire locale. Saint-Dau, dans Revue religieuse de Cahors et de Rocamadour, 1894, p. 106-107.
Didon (Catherine), Châteaux, manoirs et logis. Le Lot, Chauray, Ed. Patrimoine medias, 1996, p. 196.
Bru (Nicolas), L'occupation du sol au Moyen Age dans le canton ouest de Figeac, mémoire de maîtrise d'Histoire sous la direction de Mme Sylvie Faravel et de M. Gérard Pradalié, Université de Toulouse-Le Mirail, 1998, vol. 2, p. 214-215.
Galinon (Christophe), Le château de Saint-Dau, dans Bulletin de la Société des Etudes du Lot, t. CXXXII, 2011, p. 222-230.

Informations complémentaires

Nom du pays :
Pays de Figeac, du Ségala au Lot-Célé
Référence :
IA46001523
Copyright :
(c) Service du patrimoine, Ville de Figeac ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Hadjadj-Jadaud Julien ; Galinon Christophe ; Scellès Maurice
Date de publication :
2007 ; 2013
Date de mise à jour :
2015/01/02
Date de la protection :
1925/10/30 : inscrit MH
Référence de la notice M.H. :
PA00095072