Recherche en cours...


Accueil > Rechercher > Recherche Base de données

Recherche

église paroissiale Sainte-Radegonde

L'église de Sainte-Radegonde a été étudiée par Louis Causse à l'occasion du Congrès archéologique de France qui s'est tenu en Aveyron en 2009. Il a mis en évidence les dif

Historique

Datation principale :
12e siècle (?) ; 13e siècle ; 3e quart 14e siècle ; 4e quart 14e siècle ; 2e moitié 15e siècle ; 1ère moitié 16e siècle
Commentaire historique :
L'église de Sainte-Radegonde a été étudiée par Louis Causse à l'occasion du Congrès archéologique de France qui s'est tenu en Aveyron en 2009. Il a mis en évidence les différentes phases de construction de l'édifice. Les deux premières travées de la nef, construites en petit et moyen appareil de calcaire avec des contreforts en grès, remonteraient à l'époque romane. Un choeur à chevet plat couvert d'une voûte d'ogives et précédé d'une travée droite est construit, à la place du choeur roman, dans la seconde moitié du 13e siècle. L'église est ornée à la même époque d'un décor peint riche de nombreuses scènes historiées. Il semble que dès la seconde moitié du 13e siècle l'église a pu servir de refuge aux habitants, mais c'est dans la seconde moitié du 14e siècle que sont élevés trois niveaux de refuge dans un volume de tour au-dessus de la travée occidentale de l'église. Les murs romans sont alors chemisés et le portail précédé d'une grande arcade en plein-cintre abritant un assomoir. Au nord et à l'ouest, deux autres assomoirs sont acccessibles depuis le deuxième étage des refuges. Au-dessus de la nef, trois niveaux de chambres éclairées par des fentes de jour sont également élevés. Dans les années 1380, une chapelle est construite au nord du choeur. Elle est surmontée de six étages de chambres, portés par des murs épais aux bases renforcées par un glacis. Dans la même campagne de travaux, la voûte romane de la nef est remplacée par un plancher, ce qui permet de ménager quatre chambres supplémentaires. A la fin du 14e siècle, l'église compte ainsi 29 chambres. Au 15e siècle, une chapelle de plan rectangulaire est construite au sud de la nef, face à la chapelle nord. La tour qui la surmonte compte quatre étages de chambres et un dernier niveau qui s'apparente à une salle de garde. Le premier étage, au-dessus de la chapelle, est réservé à la chambre du prieur, équipée d'une cheminée, d'une armoire murale et d'une fenêtre à coussièges. La chambre située au sommet de la tour nord semble destinée au capitaine. Le premier titulaire du poste fut Déodat Randeynes, nommé par l'évêque en 1477. Au 15e siècle également, un chemin de ronde en encorbellement et porté par des consoles et des échauguettes aux angles est aménagé au sommet de la tour ouest. A la fin du 15e siècle, l'église comptait 42 chambres de refuge. La dernière construction est celle du clocher dans la première moitié du 16e siècle. En 1875, un chevet néo-gothique à trois pans est construit par l'architecte François Mazenq.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; grès ; moellon
Matériaux de la couverture :
ardoise
Vaisseau(x) et étage(s) :
6 étages carrés
Voûtes :
voûte d'ogives
Forme de la couverture :
flèche en maçonnerie ; toit à longs pans ; croupe
Escalier :
escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis ; en maçonnerie
Commentaire descriptif :
L'église, fruit de nombreuses campagnes de construction, présente un plan et des élévations complexes. Une nef de deux travées précède un faux transept créé par deux chapelles jouxtant la nef au nord et au sud. Le sanctuaire est formé d'une travée droite et d'un chevet polygonal à trois pans. La travée occidentale de la nef est surmontée d'une tour pourvue de machicoulis sur acs à l'ouest et au nord et qui compte quatre étages de chambres de refuge. Le sommet de la tour porte un chemin de ronde en encorbellement sur des consoles à triples ressauts et des échauguettes aux angles. Le dernier niveau reçoit le clocher, aux élévations ajourées sur toute leur hauteur de claire-voies de trois baies couvertes par des arcs brisés. La chapelle sud est surmontée par une tour de quatre étages de chambres ; la chapelle nord par six étages de chambres, desservies par un escalier en vis. Au-dessus de la nef, prennent place quatre étages de chambres.
Technique du décor :
sculpture (étudiée dans la base Palissy) ; vitrail (étudié dans la base Palissy) ; peinture (étudiée dans la base Palissy)

Localisation

Commune :
Sainte-Radegonde
Lieu-dit ou secteur urbain :
Sainte-Radegonde
Adresse :
Eglise (place de l')
Aire d'étude :
Communauté d'agglomération du Grand Rodez
Référence cadastrale :
2013 AM 99

Oeuvres liées

Le reliquaire-monstrance, vue d'ensemble.
La facture de ce reliquaire monstrance est, de par sa composition et son style, datable du 19e siècle. Toutefois il semble faire usage d'éléments d'orfèvrerie plus anciens. Il contient les reliques de saint Fortunan, saint Théodore et saint Godence. Actuellement il se trouve dans les réserves de l'église Saint-Joseph à Onet-le-Château.
La peinture monumentale à décors géométriques de la nef.
Louis Causse date les peintures monumentales de la deuxième moitié du XIIIe siècle, elles ont été réalisées afin d'unifier les parements intérieurs de l'église suite aux travaux de réaménagement du choeur et de sa couverture. Ces décors peints sont redécouverts en 1937 lors de travaux d'enlèvement de la chaire, les peintures étaient alors recouvertes d'un badigeon. En 1953, un relev
Le reliquaire-monstrance, vue d'ensemble.
Le reliquaire monstrance est, de par sa composition et son style, datable du 19e siècle. Il est exécuté par l'orfèvre OB dont le poinçon n'a pas été identifié.Actuellement il se trouve dans les réserves de l'église Saint-Joseph à Onet-le-Château.
Le bras reliquaire, vue de l'envers.
Le bras est marqué du poinçon d'Huc Lenfan ou d'Hugues Lavernhe, de Rodez. Il est actuellement conservé dans les réserves de l'église Saint-Joseph l'artisan d'Onet-le-Château et se trouvait à l'origine dans l'église de Sainte-Radegonde. Il est datable du 16e siècle.£Louis Causse, dans son étude consacrée à l'église Sainte-Radegonde, évoque les conditions de la commande du reliquaire

Illustrations


Documents liés

Bibliographie :
Causse (Louis), "Eglise fortifiée de Sainte-Radegonde", Congrès archéologique de France 167e session 2009, Paris, 2011, p. 335-348.

Informations complémentaires

Référence :
IA12002816
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; (c) Communauté d'agglomération du Grand Rodez
Rédacteur(s) :
Joy Diane
Date de publication :
2013
Date de mise à jour :
2014/03/11
Nature de la protection :
classé MH
Date de la protection :
1925/03/14 : classé MH
Référence de la notice M.H. :
PA00094161