Recherche en cours...


Accueil > Rechercher > Recherche Base de données

Recherche

ancienne église conventuelle de cisterciens, actuellement église Notre-Dame de Loc-Dieu

Une première église en bois a probablement servi aux premiers temps de la communauté installée sur le lieu en 1123. En 1143, l'évêque Adhémar vient bénir les bâtiments et

Historique

Datation principale :
2e moitié 12e siècle ; 2e moitié 13e siècle ; limite 13e siècle 14e siècle
Datation secondaire :
2e moitié 19e siècle
Auteur de l'oeuvre :
Gout Paul (architecte)
Justification de l'attribution :
attribution par travaux historiques
Personne(s) liée(s) à l'histoire de l'oeuvre :
Cibiel Alfred (propriétaire)
Commentaire historique :
Une première église en bois a probablement servi aux premiers temps de la communauté installée sur le lieu en 1123. En 1143, l'évêque Adhémar vient bénir les bâtiments et consacrer le terrain où s'élèvera l'église. Celle-ci est commencée en 1159. Mais la construction s'avère laborieuse : faute de crédits, les moines doivent emprunter pour finir les travaux. En 1164, l'abbé de Pontigny facilite l'union de l'abbaye avec celle de Bonneval, dont les revenus permettent à Loc-Dieu de rembourser ses dettes et de poursuivre la construction. Il envoie de plus des ouvriers de Pontigny pour achever le chantier. L'intervention d'un maître d'oeuvre bourguignon pourrait expliquer la parenté architecturale entre l'église abbatiale de Loc-Dieu et celle de Pontigny.
Au bout de 30 ans, le 30 juillet 1189, l'église est consacrée par l'évêque de Rodez, Hugues 1er. La nef est de la 2ème moitié du 12e siècle. Son voûtement, étonnament précoce pour la région, peut être daté de la même époque en raison de sa conformité au modèle de Pontigny. Le chevet avec ses absidioles, le transept, les chapelles latérales, la sacristie et la salle du chapitre sont repris dans le dernier quart du 13e siècle, à la suite d'un don important effectué en 1270 par Alphonse de Poitiers et sa femme Jeanne de Toulouse, avant leur départ pour la 8e croisade. Les deux clefs de voûte du transept nord, ornées d'une croix du Languedoc et d'une fleur de lys, commémore ce don en symbolisant le couple. Cette chronologie fait cohabiter rapidement le style roman et le style gothique.
L'église échappe au saccage des troupes anglaises en 1411. Grâce à sa transformation en grange à la Révolution, elle est conservée à peu près intacte. Cependant, une photographie de 1860 montre la tour du clocher sans toiture. Celle-ci est restaurée à partir de 1885 par Paul Gout qui réalise aussi les joints noirs. La restauration de l'église donna lieu à une nouvelle consécration de l'édifice le 19 octobre 1897. Elle demeure réaffectée au culte.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
calcaire ; pierre de taille ; maçonnerie
Matériaux de la couverture :
ardoise
Plan :
plan en croix latine
Vaisseau(x) et étage(s) :
3 vaisseaux
Voûtes :
voûte en berceau brisé ; voûte d'ogives
Forme de la couverture :
toit à longs pans ; toit en pavillon ; pignon couvert ; toit à un pan
Commentaire descriptif :
L'église est construite sur un plan en forme de croix latine et mesure 54 m de long pour un transept large de 23m. A la croisée s'élève un clocher massif et sobre, de plan carré. Il comporte un étage bas percé par trois baies libres divisées chacune en deux arcs en plein cintre, et un toit couvert en pavillon. Contre le bras nord du transapt est flanquée la tour menant au clocher et aux charpentes. Une toiture à deux longs pans couvre la nef et le transept transversal. Un long pan inférieur couvre chaque collatéral.
A l'intérieur, l'église présente une nef à cinq travées, large de 7,50 m et deux collatéraux de 3,50m. Les collatéraux sont couverts de voûtes en berceau brisé. La nef et le transept sont voûtés d'ogives qui reposent sur les collonnes engagées dans les piliers de la nef, par l'intermédiaire de chapiteaux sans décor. Le clocher ajouré s'élève au-dessus de la croisée de la nef et du transept. Sur chaque bras du transept sont greffées deux absidioles carrées, à chevet plat et, au centre, un choeur avec une abside à cinq pans coupés, profond de 11m.
la nef et les collatéraux sont éclairés par des baies cintrées percées à chaque étage. Une haute fenêtre de forme ogivale, percée dans le mur occidental, diffuse une très large lumière. De hautes fenêtres ogivales à remplages percées dans l'abside, les absidioles et la nef, éclairent largement choeur et transept. Dans le transept sud, un passage conduit à la sacristie en contrebas. Au-dessus, dans l'angle, reste visible le passage muré vers l'ancien dortoir des moines à l'étage. L'accès depuis la galerie ouest du cloître se fait par un escalier qui aboutit dans la 2ème travée du collatéral sud.
Le décor porté reste dépouillé : les chapiteaux de la nef sont épannelés sans décor. Seules sont sculptées les clefs de voûte du transept nord. L'intrados de l'arc du choeur est orné d'un décor peint avec médaillons, surmonté d'une inscription : "IOANNES LEVI ABBAS LOCI DEI 1605" (les armoiries de Jean de Lévi sont également visibles sur une petite chapelle située en bordure du parc, construite lors de la peste de 1620). Quelques traces de décor peint sont visibles sur la voûte du transept. Les orifices percés régulièrement dans la voûte sont des "pièges à sons", artifices destinés à améliorer la qualité acoustique de l'édifice. On observe des piscines à 2 trous dans le mur sud de chaque absidiole et du choeur.
Technique du décor :
sculpture (étudié dans la base Palissy) ; peinture (étudiée dans la base Palissy)
Représentation :
médaillon ; armoiries ; fleur de lys
Typologie :
église cistercienne
Etat de conservation :
restauré ; bon état

Localisation

Commune :
Martiel
Lieu-dit ou secteur urbain :
Loc-Dieu
Aire d'étude :
Aveyron
Edifice de conservation :
abbaye
Référence de l'édifice de conservation :
IA12000103
Référence cadastrale :
2010 I 6
Milieu d'implantation :
isolé

Oeuvres liées

Bâtiment abbatial : façade ouest donnant sur le lac de jardin.
L'abbaye de Loc-Dieu a été fondée par douze moines venus en 1123 du monastère de Dalon en Limousin. Disciples de Géraud de Sales, après avoir mené une vie érémitique, ces moines obtiennent l'appui de l'évêque de Rodez et le don d'un vaste terrain par le seigneur du lieu, Ardouin de Parisot, dans lequel ils marquent par des croix l'enceinte des futurs bâtiments monastiques. Très proche

Illustrations


Martiel (Aveyron), ancienne église conventuelle de cisterciens, actuellement église Notre-Dame de Loc-Dieu.
Référence : IVR73_20111251119NUCA - Le chevet de l'abbatiale : vue prise depuis le nord-est. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Martiel (Aveyron), ancienne église conventuelle de cisterciens, actuellement église Notre-Dame de Loc-Dieu.
Référence : IVR73_20111250921NUCA - La nef de l'ancienne abbatiale : perspective vers le choeur. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Martiel (Aveyron), ancienne église conventuelle de cisterciens, actuellement église Notre-Dame de Loc-Dieu.
Référence : IVR73_20111250922NUCA - Vue du bas-côté nord. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Martiel (Aveyron), ancienne église conventuelle de cisterciens, actuellement église Notre-Dame de Loc-Dieu.
Référence : IVR73_20111250923NUCA - Le voûtement du choeur et l'intrados de l'arc de séparation avec son inscription de 1605 (peinture murale). - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Martiel (Aveyron), ancienne église conventuelle de cisterciens, actuellement église Notre-Dame de Loc-Dieu.
Référence : IVR73_20111250926NUCA - Le chevet vu depuis la terrasse du jardin. - Poitou, Philippe, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Bibliographie :
Lafon Victor (abbé), Histoire de la fondation de l'abbaye de Loc-Dieu, in Mémoires de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l'Aveyron, 1874-1878, pp. 339-???.
Aubert Marcel. L'architecture cistercienne en France. Paris, 1943, 2 tomes.
Bagnéris Françoise. Martiel (Aveyron) : ancienne abbaye Notre-Dame de Loc-Dieu, in Anciennes abbayes en Midi-Pyrénées, Kneubuhler Michel dir., Bagnéris Françoise coordin., Toulouse, Randonnées Pyrénéennes, A.D.D.H.O.C., 1991, pp. 253-255.
Montalivet Camille de. Loc-Dieu. Millau, éd. du Beffroi, 1989, 32 p. (coll. Tourisme et Culture en Aveyron).
Cuerne Louis de. L'abbaye cistercienne de Loc-Dieu, in Connaissance du Monde, N° 84, novembre 1965, 14p.
Leroux Jean-François. Les abbayes cisterciennes. Paris, Ed. Place des Victoires, 1998.

Informations complémentaires

Référence :
IA12000113
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Fournier Claire
Date de publication :
2011
Date de mise à jour :
2013/06/03
Date de la protection :
1989/10/23 : classé MH
Référence de la notice M.H. :
PA00094054
Observations :
Edifice remarquable, appartenant à la filiation de l'abbaye de Pontigny en Bourgogne pour la partie romane, achevé au début de la période gothique.