Recherche en cours...


Recherche

monument aux morts de la guerre de 1914-1918 et de la guerre de 1939-1945

La décision prise dès la fin de la Grande Guerre de construire un monument aux morts, le conseil municipal de Betchat et son maire Lucien Martres adressent le dossier à la commi

Historique

Datation principale :
1er quart 20e siècle
Année(s) :
1922
Justification de la datation :
daté par source
Auteur de l'oeuvre :
Dechin Jules (sculpteur) ; Durenne A (fondeur) ; Broue Régis (architecte) ; Armengaud Pierre (tailleur de pierre)
Justification de l'attribution :
attribution par source
Commentaire historique :
La décision prise dès la fin de la Grande Guerre de construire un monument aux morts, le conseil municipal de Betchat et son maire Lucien Martres adressent le dossier à la commission départementale d'esthétique réunie à Foix. Sous la présidence du préfet, cette commission retourne ce dossier que corrigera Régis Broué, architecte de la commune de Saint-Girons, membre de la commission d'esthétique et concepteur du projet de ce monument. Le 5 septembre 1920, le décret présidentiel est signé et autorise le maire à ériger le monument. Une adjudication est aussitôt lancée mais reste vaine. Aussi, c'est sous la forme d'un traité de gré à gré signé en novembre 1921 que le maire Lucien Martres contractualise ce marché avec Pierre Armengaud, maître carrier et tailleur de pierres à Lacrouzette commune située dans le département du Tarn. Le décompte définitif dressé par Régis Broué détaille la facture qui s'élève à 17 5591,65 francs. Le piédestal coûte 8 400 francs, la statue 13 000 francs, le travail du fondeur 4 500 francs, le reste représentant les honoraires d'architecte, le transport, les plaques en marbre blanc fixées contre le monument ainsi que la grille de protection. La commune finance en totalité cette dépense sans faire appel à une souscription mais demande et reçoit une subvention d'Etat d'un montant de 1 000 francs. L'emplacement décidé par la mairie est contesté par certains habitants qui protestent dans une lettre adressée au préfet. En réponse aux explications demandées par ce dernier, le maire évoque une basse oeuvre de déstabilisation politique. Le conseil explique quand même son choix par voie d'affiche auprès de la population. Le 27 août 1922, Paul Laffont, secrétaire d'Etat aux PTT préside la cérémonie d'inauguration du monument aux morts de Betchat, accompagné du préfet de l'Ariège, Marcel Bernard, du sous-préfet Comenges, du conseiller général du canton monsieur Second et de monsieur Aragon président du conseil d'arrondissement. Seuls, messieurs Laffont et Martres prononcent un discours après avoir dévoilé à une foule nombreuse la statue de la "France victorieuse", oeuvre de Jules Déchin. Après la guerre de 1939-1945 la plaque dédiée aux morts de ce conflit est ajoutée. La liste des noms, prénoms des soldats morts pour la France et les dates et lieux de décès, dates de naissance, grades et régiments ainsi que le texte figurant sur l'affiche diffusée par la mairie figurent en pièce annexe.

Description

Matériaux et mise en oeuvre :
marbre ; béton ; granite
Commentaire descriptif :
Dressé près de l'église sur le plateau qui domine la commune, le monument aux morts est orienté vers le village, vers le nord. Sur un soubassement en béton armé, il est constitué d'une base carrée formée par une marche (dimensions : h = 17, la = 360, pr = 360), d'une deuxième marche puis d'un piédestal en granit du Tarn (dimensions : h = 267, la = 180, pr = 180) composé d'une base de plan carré, d'un socle portant quatre panneaux incrustés destinés à recevoir des plaques de marbre puis d'une corniche carrée monolithe et d'une deuxième base carré monolithe destiné à recevoir la statue. Huit balustres en granit blanc et noir, de forme pyramidale, disposés selon un plan carré et liés entre eux par une bordure en béton surmontée d'un grillage fixé dans sa partie haute (70 cm de haut) à une barre en fer entourent et protègent le monument. Un portillon situé à l''est permet l'accès à l'espace mémorial. La face principale nord du socle porte, dans un panneau, une plaque de marbre blanc, la dédicace communale, sous un écusson gravé des dates "1914" et "1918", plaque gravée d'inscriptions peintes en noir suivantes "LA COMMUNE / DE / BETCHAT / A LA GLOIRE / DE / SES ENFANTS / MORTS / AU / CHAMP D'HONNEUR" ainsi que les faces est, ouest et sud. Ces dernières plaques sont gravées des noms des 36 soldats de la commune morts en 1914-1918, celle située au sud des soldats morts en 1939-1945, des personnes tuées par les Allemands et de celle décédée au S. T.O. Le monument a été rénové en 2005, la statue repeinte et les inscriptions peintes en noir depuis, étaient en 2002 peintes dorées.
Technique du décor :
fonderie ; fonderie (étudiée dans la base Palissy) ; ferronnerie
Dimensions :
500 h ; 600 la ; 600 pr
Typologie :
monument statue

Localisation

Commune :
Betchat
Lieu-dit ou secteur urbain :
Bernet
Aire d'étude :
Ariège
Référence cadastrale :
2004 C3 473
Milieu d'implantation :
en écart

Oeuvres liées

Monument aux morts : détail de la statue.
Décidé dès la fin de la Grande Guerre, le projet de monument aux morts à Betchat est aussitôt lancé, le dossier envoyé devant la commission départementale d'esthétique réunie à Foix. Le conseil municipal et son maire choisissent la statue éxécutée par Jules Déchin, "la France victorieuse", bronze rapidement réalisé. Il porte la date de 1920. Jules Déchin, sculpteur né à Lille (

Illustrations


Betchat (Ariège), monument aux morts de la guerre de 1914-1918 et de la guerre de 1939-1945.
Référence : IVR73_20020900902NUCA - Monument aux morts : vue d'ensemble. - Peiré, Jean-François, (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées.


Documents liés

Aucun document n'est lié à cette notice.


Informations complémentaires

Référence :
IA09000589
Copyright :
(c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Rédacteur(s) :
Roques Patrick
Date de publication :
2007
Date de mise à jour :
2013/05/15
Observations :
La statue "la France victorieuse", oeuvre de Jules Déchin, est fixée sur le piédestal du monument de Betchat